Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 6 551 fois
  • 52 J'aime
  • 7 Commentaires

Vous avez dit un plan à trois ? Non ... deux !

Chapitre 1

Des débuts à plusieurs ... foudroyants !

Avec plusieurs femmes
52
5

Ô toi, lecteur, laisse-moi te raconter l’accomplissement de l’un de mes plus grands fantasmes, lui-même datant de l’époque où au lycée, dans une classe de seconde, je n’avais d’yeux que pour les nombreuses filles qui m’entouraient (à six gars dans une classe de 36, je vous laisse imaginer...). Mais à l’époque mes fantasmes étaient entièrement intérieurs. Je n’osais pas aller vers elles, je ne faisais que les contempler et je m’imaginais secrètement les séduire et leur proposer les choses les plus folles à réaliser.


Les temps ont passé. Première fois... Longue relation de couple... Séparation, puis découverte d’une certaine liberté, du pouvoir de conquête que j’avais désormais, avec une assurance nouvelle, inhabituelle. Plein de belles rencontres, d’aventures, d’essais, qui feront peut-être l’objet d’autres histoires ; mais venons-en aux faits.


Je connaissais Léane depuis longtemps. Plus d’un an. Elle avait désormais 20 ans, vivait au bras d’un homme, puis d’un autre, mais partageait toujours son esprit aventurier avec moi, dans nos discussions, et on projetait de se voir depuis longtemps également. Elle n’avait pas eu la vie facile : des soucis de santé qui la rendaient plus battante que les autres, mais aussi avec l’envie d’explorer la vie à pleines dents. Et si notre première rencontre avait eu lieu lors d’une visite alors qu’elle était hospitalisée, pour lui tenir compagnie, c’était pour moi le signe que je serais prêt à partager les meilleurs moments, tout comme les pires, avec elle.


Elle avait les cheveux longs, roux, et bouclés, un corps frêle qu’elle voulait faire tatouer pour y conserver des traces de ses souffrances et de ses désirs.


Nous évoquions régulièrement notre fantasme de vivre une aventure à plusieurs, quelle qu’en soit la forme... L’excitation de vivre de nouvelles aventures, de tester de nouvelles combinaisons, de connaître d’autres sensations, encore plus fortes ?


Si j’ai toujours eu de nombreuses amies avec qui j’échangeais par écrit, rares étaient celles ouvertement partantes pour tester "plus" et s’engager. Certaines car elles pouvaient ne pas me connaître assez, d’autres car ne s’imaginant pas autrement que dans une relation à deux.


Eliane, elle, était ouverte également. Aimant ouvertement les filles plus âgées qu’elle, ayant des certitudes sur ce qu’elle désirait, même si elle avait des difficultés à trouver la bonne personne pour. J’avais été son premier. Elle m’avait fait confiance de par mon assurance, mon sérieux, mes envies toujours folles... On s’était perdus de vue puis retrouvés ; elle avait 22 ans désormais, et était toujours très demandeuse sexuellement parlant, même si elle n’avait connu aucun autre homme depuis nos aventures inaugurales. Elle avait bien été séduite par une femme, mais l’œil trop protecteur et intransigeant de ses parents l’empêchait de vivre ce que son corps voulait. Elle avait un visage de type asiatique, les cheveux noirs, quelques formes, de beaux seins bien ronds aux tétons proéminents, et un appétit féroce.


Imaginez ma joie quand – enfin – j’eus l’occasion de les mettre en relation un soir de décembre 2017. De les voir rigoler de concert, s’entendre à merveille, parler de ce qu’elles entreprendraient avec moi... car c’était décidé : ça se passerait ! Un plan à trois. Oui, mais quand ? Comment ? Eliane était surveillée par ses parents, malgré son âge qui aurait dû lui garantir son indépendance. Léane, elle, devait trouver une excuse pour monter sur Strasbourg, en ville.


Deux mois passèrent. Rien en vue, pas de possibilité. Puis... la rencontre qui bouleversa tout.


Céline, 18 ans tout juste. Sur un site de rencontres. Une âme perdue, en peine peut-être, mais voulant tout explorer. Et la confiance réciproque qui se fit du jour au lendemain. Elle se mettait à nu quand je le voulais, quand je l’excitais sur Snapchat. Je la sentais prête à tout, prête à se lancer avec moi. Et peut-être plus.


Eliane n’avait pas attendu, elle ; c’était février, les vacances, et elle avait besoin de chaleur. Elle voulait en prendre pour son grade, se rappeler le bon temps, que ce soit à deux ou à trois... C’était tout vu. Jeudi, ses parents pensaient qu’elle travaillerait pour son job d’étudiante ; mais non, elle me l’avait dit, elle viendrait chez moi. Comme dans le temps, pour une folle aprèm’...


Céline était pressée de me voir. Je lui parlai d’Eliane : "Je la vois jeudi ! Tu peux passer aussi si tu veux, tu sais ?" Loin de se défiler, et même si elle laissa planer le doute dans un premier temps, elle accepta.


À Eliane : "Cela te dérange si j’invite Céline à nous rejoindre ?"

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

La réponse était de la faire venir, bien sûr ! Elle me fit confiance.


Léane ne fut pas mise hors du coup, mais elle n’était pas disponible jeudi. C’est à distance qu’elle allait avoir connaissance de notre première à plusieurs. L’envie se lisait dans les messages qu’elle laissait dans notre petit groupe de discussion.


* * *


Le jour dit, Eliane est chez moi dès 14 heures. Céline doit nous rejoindre à 16h30. Ni moi ni Eliane ne l’avons vue en vrai. Honnêtement, je n’y crois pas : vu l’enjeu et l’aventure, c’est évident que Céline va se défiler : elle ne peut pas me faire confiance aussi vite.


Je suis décidé à passer mon temps avec Eliane, à lui en faire partager le maximum possible en première partie d’après-midi ; et si d’aventure il y a une suite...


Je m’occupe d’Eliane en la caressant. Je l’embrasse à pleine bouche en fermant les yeux, joue avec ses seins, puis sans tarder je lui fais un cunnilingus comme elle les aime. Elle adore terriblement qu’on s’occupe de sa chatte... Son petit clito léché délicatement pour qu’elle ne résiste plus. Lui sauter dessus ensuite pour la prendre, lui faire l’amour en enfonçant ma queue à fond en elle, dans sa chatte qui n’a plus connu d’homme depuis si longtemps... Elle se fatigue vite devant mes coups de queue, mais que c’est bon d’en profiter tous les deux à fond de nouveau ! Elle est toujours aussi docile, et la deuxième fois je lui fais avaler mon sperme quand je me termine. C’est une fille qui a toujours accepté que je me lâche, et prête à assouvir toutes les envies qu’elle peut.


Vient le temps du repos. 16 heures... Nous allons tous les deux dans le salon nous poser dans le canapé, boire un verre, discuter, rigoler. Eliane me dit être bien fatiguée par nos deux fois successives.


— Je vais voir si Céline vient.


Je lui téléphone ; elle est en bas de chez moi, ne trouve pas la sonnette. Oui, elle est là, prête à monter : elle nous a fait confiance ! Je deviens instantanément dur ; cet ancien fantasme va se réaliser ! Je pose une main sur la cuisse d’Eliane et la regarde avec un sourire. On se rafraîchit chacun en buvant un verre d’eau, reprenant nos esprits. Je suis moi-même déjà prêt à enchaîner, avide de faire encore l’amour avec cette belle inconnue.


Elle sonne. Elle est devant la porte. J’ouvre. Elle est là : blonde, cheveux mi-longs, un visage de poupon, de grands yeux et des lunettes. Un petit sac à main, des chaussures à talon, une chemise légèrement décolletée. Elle est sur le pas de la porte et nous lance un timide :


— Salut...


Échange de regards entre nous trois ; elle entre, et je la referme prestement. Je pose mes bras sur ses épaules et l’embrasse directement ; elle me rend ce baiser fougueux dont je me rappellerai toute ma vie, et qui signifie "J’ai peur mais je te fais confiance, et j’ai terriblement envie d’en profiter".


Eliane nous regarde puis se place derrière Céline qui se sent prise en sandwich entre nous deux. Je relâche sa bouche pour l’embrasser au-dessus de la poitrine. Eliane a envie d’elle ; elle tourne la tête vers elle pour l’embrasser également. Je caresse son corps ; je n’en reviens pas que Céline soit venue et qu’elle soit à moi : elle ne sait pas dans quoi elle s’aventure ! Mais personne ne le sait, c’est notre première à tous les trois.


Eliane et moi sommes complices pour initier Céline ; elle la monopolise par ses caresses, et quand elles s’embrassent elles ne s’arrêtent plus. Que c’est beau de voir deux filles s’embrasser sensuellement... Je plonge mes mains entre les jambes de chacune. Je les désire toutes les deux. Je sens les culottes mouillées d’envie...


— Passons dans la chambre.


Les filles me suivent. Elles s’allongent sur le lit, enlèvent leur haut... ou ce qu’il en reste. Elles découvrent réellement leur corps, se caressent les seins, s’embrassent. C’est moi qui les débarrasse de leurs jeans puis de leurs culottes pour les avoir à moi. Les laissant faire entre elles, je porte mes mains sur leurs chattes, puis pendant que je caresse Céline j’embrasse la chatte d’Eliane, passe ma langue entre ses lèvres, remonte sur son clito ; elle en profite un peu puis me fait signe de m’occuper de Céline, que j’entends pousser des gémissements d’envie. Je me glisse entre ses belles jambes, les embrasse, remonte vers son sexe ; sa chatte est parfaite : fraîche, les lèvres fines, légèrement rosées. Je glisse ma langue en elle, l’enfonce bien à fond puis remonte aspirer son clito. Eliane s’occupe de ses seins pendant ce temps ; quant à moi, je viens glisser mes doigts à l’entrée de sa chatte, puis en enfonce un... Deux, et fais des va-et-vient en elle.


Céline est prête à être prise, elle n’attend que ça ! Alors qu’Eliane continue de façon complice à la caresser et l’embrasser, je la pénètre. Elle crie :


— Oh oui, Phil !


Eliane est à quatre pattes à ma gauche, sa tête par-dessus elle, en train de lui lécher les tétons alors que Céline est elle-même couchée sur le dos dans le lit, la tête dans les nuages. Je la ramone et viens pendant ce temps claquer les bonnes fesses rondes d’Eliane ; une tape qui se transforme en caresse sur sa chatte, et deux doigts qui la pénètrent vigoureusement. Mais c’est que j’ai envie de la prendre elle aussi ! Ces deux femmes sont à moi, je n’en reviens pas...


Je quitte Céline pour Eliane afin de la prendre à quatre pattes. Ma queue s’enfonce facilement. Je sens sa chatte toute mouillée mais également déjà mise à rude épreuve par les frottements de nos premiers ébats. Elle en profite, se laissant faire, mais m’indique de m’occuper de notre autre partenaire en me disant :


— J’en ai assez pour aujourd’hui...


Quel esprit de partage ! Je l’adore. C’est tout ce que je cherche et veux avec elle.


Céline se redresse, vient m’embrasser sur la bouche et se met à quatre pattes au bord du lit. Je la prends à son tour, mais sa chatte est bien plus serrée ; et puis elle crie plus fort. Je la tire par les cheveux ; elle gémit :


— Oh oui, encore... Prends-moi derrière !


Je réfléchis : « Quoi ? Mais tu ne l’as jamais fait... ». Elle insiste :


— Prends-moi derrière, j’en ai terriblement envie... Là, maintenant !


Une terrible excitation s’empare de moi. Elle est toujours dans la même position au bord du lit. Je mouille mes doigts à l’aide de ma salive et les place à l’entrée de son petit cul. Un doigt glisse facilement dedans : elle est effectivement prête à encaisser bien plus. Eliane, placée maintenant en dessous d’elle, lui caresse le clito comme pour l’encourager à ce qu’elle va subir...


Je prends ma queue dure et humidifiée par sa chatte et l’enfonce directement dans son cul, qui manifeste étonnamment peu de résistance. Elle gémit. Je n’y vais pas à fond, mais je la sens ouverte. Je suis au-dessus d’elle à la sodomiser ; elle se donne entièrement à moi bien que ce soit notre première rencontre ! Eliane ne se préoccupe pas de nous et continue de l’embrasser. Pour l’accompagner. Pour l’encourager. Pour l’en faire profiter.


Je place une main sur un sein d’Eliane pendant que je continue de tenir Céline. La tension monte en moi, j’ai envie de tout lâcher pour jouir... Je la prends à fond, ma queue entièrement dans son cul, puis j’en sors précipitamment, enlève ma capote et gicle tout mon sperme sur son dos.


Eliane et Céline ne se quittent plus, collées l’une à l’autre. Je nettoie Céline mais les laisse continuer à s’embrasser et se toucher pendant que je vais me rincer. Quand je reviens dans la chambre, Eliane est couchée langoureusement sur le dos, et c’est Céline qui lui caresse à son tour les tétons. Elle l’embrasse fougueusement, comme elle m’avait embrassé au début, et comme pour la remercier de l’avoir accompagnée dans cette première. Eliane tient la tête de Céline pour mieux recevoir ses baisers. Je reste là à les regarder, n’osant les interrompre : les femmes savent se faire plaisir bien plus longtemps que les hommes ! Elles sont toujours là au bord du lit et je les observe en me caressant. Mes envies ont été déjà bien éreintées par tout cet après-midi, mais elles sont tellement excitantes toutes les deux que je me remets à bander...


D’une main je me branle tandis que de l’autre je caresse une fesse, puis l’autre. Je regarde leurs langues s’enrouler l’une autour de l’autre. Mon envie remonte tellement fort qu’il faut que je me lâche à nouveau ; je leur giclerais bien dessus, mais j’hésite : il s’agit d’une première fois ensemble tous les trois. Les seins bien ronds d’Eliane sont excitants... Elles me regardent rapidement avec un sourire coquin mais redeviennent rapidement totalement occupées à leur baiser. Alors je me fais monter comme je sais le faire et décide de me vider sur les seins d’Eliane car je n’ose pas interrompre leur baiser et ne désire pas imposer ma queue entre elles.


Elles remarquent à peine que je viens de finir mais elles doivent se séparer : l’heure tourne, et elles sont attendues chacune de leur côté par leurs obligations. C’est le moment de se rhabiller. Que de sourires de bonheur devant toutes ces émotions, ces frissons, ces folies partagées ! Le temps de boire un verre et c’est le moment de les raccompagner. Un baiser pour chacune, un message de bonheur en leur direction, puis le retour. Direction ses parents pour l’une, comme si elle revenait de son petit job, et une maison sans parents pour l’autre. Passer de l’excitation à un univers plus morne.


Mais qui aurait cru que cette aventure était possible ?


Il est temps de se reconnecter. De raconter tout ça à Léane.

Et si on intégrait Céline à notre groupe de discussion ?


Léane est envieuse, elle veut vivre la même chose : "Ah oui, c’était bien ? Raconte ! Comment elle est, Céline ? Ah oui, Eliane m’a raconté, waouh ! Je suis libre demain, et vous ?"


La suite... au prochain épisode !

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder