Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 2 177 fois
  • 1 J'aime
  • 0 Commentaire

Voyage fantastique

Chapitre 1

Avec plusieurs hommes

Cette histoire s?est déroulée il y a trois ans. Elle a bouleversé notre vie de couple, comme un electrochoc. Vous faire partager ces instants est pour moi comme un nescessaire exutoire.Nous étions respectés de tous et avions une belle petite vie tranquille. Je crois toujours que notre complicité atteignait son paroxysme au plan sexuel, nous nous permettions tous nos fantasmes et en parlions sans aucune espèce de retenue. Complicité totale et absolue. Je crois que nous étions vraiment très ouverts d’esprit. En effet, imaginer ma douce épouse se faire pénétrer par un autre m?excitait étrangement. Je voulais la voir hurler, pleurer de plaisir. Je voulais qu?elle découvre enfin son véritable jardin secret. Nous avos été toujours

fidéles, l?un à l?autre et un de nos fantasme revient, celui où ma femme fait l?amour devant moi avec autre homme.


Nous avons déjà eu quelques expériences de mélangisme et même une ou deux d’échangisme. J’ai toujours été très excité par l’idée de ma femme baisant avec un autre, ce fantasme est né à l’époque ou nous étions fiancés.Ma femme savait que j’avais très envie qu’elle ait une autre expérience mais cela demeurait un jeu entre nous car elle n’était pas prête à faire ce pas.

L’homme sur lequel je jetai mon dévolu était Johnny, une relation de longue date avec lequel je n’entretenais pas de véritables rapports d’amitié. Nous nous étions connus au boulot. Mon épouse Lucy donc fait la connaissance de Johnny qu?était mon pote; avec qui nous avons passé une admirable première soirée. C’est maintenant devenu un véritable ami qui a parfois partagé nos nuits. Puis Johnny s’est trouvé une nouvelle petite amie et nous a avoué avoir un peu peur de lui parler de nos relations. Ses visites se sont donc espacées, à notre grand regret.



Mais quand je vis le regard de lui sur ma femme quelques fois, je sus tout de suite qu’elle lui plaisait. elle aussi avait compris que Johnny la désirait... Il m?était venu à l?idée que le futur amant de Luçy aurait put être ce Johnny. Je sens à sa façon qu?il a de regarder ma femme, de lui parler qu?il la trouve très jolie...............Elle savait que lui était attiré ce dont je ne doutais pas un instant, à 29 ans Lucy était une jeune femme très désirable et si ses seins n’étaient pas très gros elle avait d’autres arguments dévastateurs, ses jambes, ses fesses, une silhouette fine et nerveuse, une crinière brune frisée qui accentuait sa féminité...Les hommes la regardent dans la rue d’autant plus qu’elle porte des jupes ou des robes très courtes qui découvrent ses longues jambes et sa petite culotte quand elle monte un escalier, s’assoit ou se baisse. Cela l’amuse et moi j’aime assez que d’autres hommes aient envie d’elle, ça m’excite.


Les quelques jours de réflexion de Johnny me permirent d’échafauder un plan capable de faire céder ma tendre et fidèle épouse.les derniers temps je prenais de plus en plus de plaisir à imaginer des scénarios avec lui.

J’avais invité Johnny à prendre l’apéritif à midi, je me trouvai enfin face à face avec lui, dans un coin du bar, les discussions vont bon train et la bonne ambiance prend place. Je lui explique que je suis voyeur et cherche complice pour pierger mon épouse Lucy, et la voir entre les mains d?un tiers, pour première experience à trois.................comme elle le trouve un homme sympathique ! Je propose alors à lui de venir avec-nous de passer trois jour à bout de la mer. Il est encore sous le coup de la surprise ! Il ne m?y attendais absolument pas............et c?est pour lui une véritable révelation..............


— Et alors ? Qu’en pense-elle Lucy ? demande-t-il

— Euh. ça l’a un peu excitée, bien sûr.

— C?est vrai que sa femme changeait, mais sans plus devenait de plus en plus sexy.

— Tu aimerais essayer ?

— Sans doute. Enfin pour l’instant, je ne sais pas vraiment. Repondit Johnny


La proposition la tente beaucoup.L’invitation fut acceptée, plus tard à chez-nous elle alors me dit :


— Oh oui j’aimerai bien qu’il me baise. J’aimerais sentir sa bite me défoncer la chatte !


Elle devenait terriblement excité en me racontait à quel point elle fantasmait de le sentir lui lècher la chatte et le cul. Elle finit par dire qu?elle accepterait de faire l?amour avec lui si c?était le bon moment et le bon endroit. Je lui redis une fois encore mon fantasme et ce soir à chez-nous,moi et ma femme Lucy, nous fîmes l’amour intensément. Après que nous ayons fait l’amour elle me demanda si j’avais toujours envie d’être cocu, ce que je lui confirmais tendrement. Johnny était en train de prendre la place de son amant dans nos fantasmes amoureux.



En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

Lucy s’admira dans le miroir. Je l’aidais ensuite à choisir un chemisier et une jupe courte, mais pas trop, et des sandales de la même couleurs qui soulignaient la finesse de ses jambes, sexy sans être provocatrice. Elle tournait sur elle-même et visiblement ravie de son choix, elle eut un sourire malicieux et demanda l’avis de son époux. ’ Beaucoup trop moulant ! ’ Tout en elle était sensualité et appel à l?amour. C’était la première année que nous partions et nous avions loué un appartement au littoral à une Week-end especiel que nous avons prénus de passer trois jours.


Nous avions convenu que je resterais le plus possible passif et voyeur, n’intervenant éventuellement qu’à la demande expresse de Lucy. Moins d’une minute après, la sonnette retentit et j’ouvrais, c’était Johnny, vêtu d’une chemise blanche et d’un pantalon de toile légère couleur crème, élégant, et une masculinité, tout à fait seduisantes. Nous nous sommes salués et je l’invitais à entrer dans le séjour ; Il tendit à Lucy un magnifique bouquet de roses jaunes, couleur de l’amour passion mais aussi du cocufiage, délicate attention... Mon épouse Lucy le remercia et l’embrassa sur les joues, de plus son eau de toilette à la fois forte et ambrée avait déjà tilité ses natines........... visiblement gênée.


Elle s’empressa de rejoindre la cuisine et revint 1 à 2 minutes après, les roses dans un vase de cristal. Se penchant, elle le posa sur la table basse, nous dévoilant des cuisses magnifiques, et la naissance d’un fessier prometteur. Johnny et moi nous sommes assis dans le canapé, tandis que Lucy nous proposait un apéritif. Elle me servit un grand whisky, en se penchant pour l’offrir une superbe vue plongeante sur ses seins lourds, libres, pointant leurs mamelons raidis vers le bas, puis elle offrit le même apéritif et la même vue à Johnny qui en profita largement. Chaque fois que ses yeux croisent les de Johnny. Le pauvre bafouillait des mots sans suits.

Maintenant occupé à la mater comme un pauvre allant fondre sur sa proie.

elle tombe sous le charme. Sa voix est douce et elle se laisse berger par ses paroles...........Une bosse était déjà visible dans son pantalon.


— Je suis heureux de te dire que tu as une très belle femme ! Dit Johnny


Je lui réponds avec un petit sourirem. Je connais bien Lucy, et je sais que lorsqu’elle a bu quelques verres de vin elle est encore plus cochonne. À chaque fois que je voulais initier Lucy à quelques choses de nouveau, c’étais après qu’elle ait bu plusieurs verres de vin. Et le promenade s?annonçait bien car l?alcool lui faire perdre la plupart de ses inhibitions.


Johnny est recroquevillé derrière et je demarrais la voiture et prenait ensuite l?autoroute vers littoral. Le voyage devait durer entre 4 et 8 heures, dépendant de l’état de ce qu’ils appelaient la route et des incidents de parcours...Nous partimes tôt le matin avec un soleil radieux, mais déjà nous en étions à près de 30C.les regards de moins en moins discrets posés sur elle par Johnny ne m’avait pas échappés et elle avait elle même entrepris de détailler avec attention son anatomie. Il a 25ans, brun,son corps était couvert de muscles puissants, même ses pieds étaient énormes...Son imagination tentait de concevoir un pénis proportionnel à son physique et les images qui s’apparaissaient provoquaient des frémissements non-équivoques dans son intimité.


Je sais très bien que les deux se sentent sexuellement attirés l?un vers l?autre. Dans le siège du passager Lucy lui offrit donc son spectacle, et assis l?arrière derrière moi, confortablement installé il sorriait également........Lucy s?aperçut qu?elle pouvait ressentir ce que les hommes avaient dans le crane en la regardait. Oh, la vision était encore un peu floue, mais elle voyait en lui le désir, la crainte d?une femme comme elle, et parfois lui arrivaient des images mentales ou, invariablement, l?homme en qui elle lisait s?imaginait en train de la baiser. Lucy ne pût en supporter plus.......La chaleur était devenue suffocante et......



Elle recule son siège au maximum et le bascule vers l’arrière. Je suis donc en position presque allongée. Puis, bientôt, emportée par cet flot nommé désir, elle croisa ses jambes et pivote sur son siège de manière à lui faire face et sans lâcher son regard, puis elle décroise et ouvre lentement ses cuisses faisant remonter sa jupe sur ses cuisses, offrent au regard de lui se dévoilant la plus suggestive, la plus luxurieuse.pour lui laisser entrevoir sa petite culotte rouge. Elle a aux pieds des sandales au talons hauts, donnant encore plus de longuer à ses jambes. Et là où est placé Johnny , il peut distinguir la culotte de mon épouse avec facilité. Les yeux de johnny s?arrondissaient au fur et à mesure de l?apparition qu?il semblait attendre, elle se raidit, redresse son buste, ses seins hissent leur arrogance, et lui adressais alors un des ses plus beaux sourires.......

Pour le retroviseur je le voyais bien son désir......je vois Johnny porte sa main sa braguette, elle forme une bosse bien visible. Je sens ma bite gonfler.....


Un panneau m?indique une aire de repos à dix kilomètres cela paraître assez proche, et ma femme me demande d?aller à des toilettes. Son sourire me laisse penser que ses rêves devaient être forts agréable peut-être un petit jeu erotique. Arrivés sur le parking la station service la voiture est garée au fond du stationnement derrière le gros camion-remorque qui se trouve à l?opposé des toilettes. Elle se décide enfin a sortit du véhicule mais plutôt en marchant de manière assez provocante à travers le parking pour atteindre rapidement le lieu. Et là puis de faire son pipi, elle retirait sa petite culotte qu?elle roulait en boule dans sa main. Minutes plus tard elle se retourne dans notre direction et puis elle s?installe dans la voiture. De retour de moi et de Johnny elle prit un plaisir à glisser son sous-vêtement dans son sac de manière à ce qui ni moi, ni lui ne perde une miette de l?opération. je l’ai embrassée et je lui ais dit que ce soir elle était notre salope. J’ai pris sa main et je lui montré que ma queue était bien bandée. Elle semblait en extase. Elle me demande alors de me retourner et de bien faire admirer sa chatte. Elle était assise de côté sur le siège pour meilleur dévoiler sa vulve à nos invité.


— Montre-nous, comme tu es si belle et si sexy aujourd?hui......


J’ai mis mes mains sous sa jupe et elle était toute mouillée. Sa chatte était vraiment trempée, je passai longuement un doigt sur ses lèvres humides, puis revins vers son bouton. Elle sursauta un peu, je lui enfonçais un, puis deux et enfin trois doigts dans la chatte et commençais une caresse énergique. Elle écarta un peu les jambes pour m’aider.


— Continues comme cela, c’est bon, mais ne t’acharnes pas tant sur mon clito, il est très sensible tu sais.

— Excuse moi Johnny.

— T’excuse pas tout le plaisir est pour moi.

— Le plaisir était aussi pour moi, j’avais une très belle vue, elle a un cul magnifique. répond Johnny


Je dis à johnny qui la regarde et mordre ses lèvres d?envie de la toucher.


— Ses seins ! Tu peux les toucher Johnny, elle adore ça ! Lucy adore les hommes qui ont un gros queue.


Sans plus hésiter il pose ses deux mains sur la poitrine de ma femme. Elle frissonne. Il commence à lui malaxer les seins. Je suis très excité par ce spectacle encouragé par mon silence complicé. Puis il ouvre sa braguette et il exhibe une queue rigide et longue que Lucy admirait avec stupéfation la taille de cet engin........elle doir faire plus de 20cm, son gland décalotte est violacé et très épais. Il band très dur, sa queue pointe jusqu?à son nombril.



j’ai proposer à Lucy de s’asseoir à l’arrière avec Johnny par politesse et j’ai vu fait un clin d’oeil à lui. Il a alors compris qu’il avait le champs libre et que je lui offrait ma femme.Mon sang ne fait qu’un tour. Allais je avoir la frustration de ne pas assouvir mon fantasme de voyeur ? Alors ma femme approche de lui . Elle aussi semble apprecier ce moment d?intimité à trois. Il prend la main de mon épouse sur son membre. Je vois les doigts de ma chèrie femme de se fermer sur l?objet de son plaisir et commencer à le branler d?abord doucement, puis de plus vite. Il passa ses main sous sa jupe et alla lui triturer les fesses. Durant le trajet je regardais par le retroviseur et soudainement ils se sont embrassé.


— Je vais te sucer ! Je vais te lécher ces couilles et je le ferais bien.


De son coté, l?instinct peut-être, elle sut tout de suite que faire. Elle plaque sa jolie bouche maquillée de rouge vif sur la queue et l?enfourna sans hésitations, et commença à faire des allers-retours la bite entre ses lèvres, commençant une fellation comme une dingue, elle aspire son sexe et la prend bien à fond, Lucy était désolée que sa bouche ne puisse accuellir qu?à peine la moitié de cette grosse queue bien tendue. Puis lui léche aussi les couilles. Se mettant de côté.


— Tu suces merveilleusement bien, dit donc Johnny.

— Oh mon dieu, c’était bon........... Eh bien, ça me fait plaisir.


Je voyais que Johnny lui caressait les seins et j’entendais leurs gloussements de plaisirs. Ce qui suivit était encore plus extraordinaire, et je matais comme un fou. Lucy n’a jamais aimé le goût du sperme, et après plusieurs tentatives, nous avions, il y a quelques années de là, convenu que les fellations se feraient toujours avec préservatifs si je voulais éjaculer dans sa bouche.


Là, c’était différent, Lucy retira effectivement le membre de sa bouche, mais pour demander à lui de la laisser faire. Elle le remit en bouche et se mit à le branler à toute vitesse avec sa main. Johnny n’en pouvant plus, je vis son regard partir, son membre se crispa à plusieurs reprises dans la bouche de mon épouse. IL était en train d’éjaculer dans la bouche de ma femme, et je voyais celle-ci déglutir, avaler cette semence étrangère.


— Aaaah, je vais jouir, donne-moi ta bouche !

— Nonnnn, inondes moi !

— Avale. Avale-le. Goûte-le. Bois-le.


Après quelques instants, elle sortit le membre et entreprit à grand coup de langue de le nettoyer. Elle me regardait avec un grand sourire, du sperme coulait encore le long de son menton. Tu as aimé, moi oui me dit-elle. Elle me demanda de l’embrasser, je m’exécutais, sentant le goût du sperme de Johnny sur ses lèvres. Introduisant la langue dans ma bouche, elle m’envoya alors une partie de son sperme dans la bouche. Surpris, je reculais. Elle sourit : avale s’il te plait. Et je le fis, mi-dégoûté, mi-ravi, c’était acide. Je ne la reconnaissais plus.


De retour à la route j`essayais à me concentrer sur la route, mais cela devenait très difficile. La route serpentait de plus en plus et il devenait nescessaire de changer régulièrement de rapport de boîte de vitesse. C?est une situation nouvelle pour nous, et l?excitation fabuleuse.


Une fois dans l?appartement, temps plus tard, la conversation s’est orientée assez vite sur le sexe tout allait bien. Un petit détail attira quand même mon attention : Elle ne portait que son slip jaune vif,et tee-shirt court, et ses hauts-talons... C’était la mi-saison il faisait pas trop chaud. Heures plus tard, ma femme,elle se promenait dans l?appartement quasiment à poil avec juste un string qui lui mettait son beau cul rebondi bien en valeur. De la voir se promener, comme ça sans pudeur, le cul à l’air elle vint sur moi, m’enlaca et me dit -


— Voyez-vous même comme votre femme pourra être désirable.

— Oh ! Ma jolie femme ! se disait Johnny

— Il faut que tu me baises ! Je veux que, dans chaque pièce de cette appartement...


Elle l?embrasse fouguesement et elle le déshabilles. Alors il la caresse son corps, ses seins, ses fesses, et ça m?excite aux max............mon pénis se gonfle à bloc et je dens qu?elle veut beaucoup de plaisir aussi.

C?était nos première relation sexuelle complète à trois. Il se courbant alors sur le sexe de Lucy et mettant son nez tout entier dans sa chatte.

Puis il porta sa bouche à plusieurs reprises en grumelant entre ses dents certaines paroles luxurieuses, en continuant d?agiter son énorme membre qui s?en émouvait davantage. Enfin ses lèvres collèrent hermetiquement à celles de son con. Lucy, alors parut transportée du délire le plus voluptueux; non seulement il dévora tout sa humidité morve dont elle était couverte. Mais Johnny darda lubriquement le bout de sa langue dans ses lèvres intimes alternativement, et avec tant d?art provoquant cet écoulement qu?il désirait et dévorait avec tant d?empressement. J?ai trouvé cela très agréable. La verge dure, gonflée à bloc enfoncée en elle, j’enregistrais ce que je venais d’entendre sans autres pensées qu’elle, ma femme, se faisant baiser par un vieux ami.


— Je veux que tu me prennes, que tu me baises, que tu m?enfiles, que me pilonnes de ton gros dard violacé, ta grosse bite est pour moi..............c?est une vraie bite.


Il la pénètre maintenant sans ménagement et, Lucy grimace, sous l?effort son visage se crispe. Mais ces moues ne parviennuent pas à en effacer la beauté rayonnante, comme elle me l’a dit, maintenant, elle est bien. Cela se voit à l’image qu’elle apprécie les mouvements réguliers de son amant qui accélère de plus en plus. Elle se cambre, s’avance, recule, s’offre autant que ses liens le lui permettent. Tout à coup, je vois la rougeur caractéristique de son plaisir poindre sur ses joues. Tout au plus, elle lui donnent un petit air de satisfation qui semble nier l?applications qu?elle met à faire l?exercice de l?amour.Je n’arrive pas à croire que c’est elle qui est là, le sexe d’un autre homme que moi fiché en elle et qui se fait ainsi ramoner sous mes yeux. Ce ne peut être elle, étendue sur le canapé avec les cuisses écartelées dans une posture obscène qui se fait besogner, qui gémit de plaisir sous les coups de butoir de ce mâle qui va en jouir.


— AHHHH ! OUI ! c’est bon..... c’est bon... J’aime la bite... J’aime les grosses bites dans ma chatte... j’aime me faire défoncer... je suis une salope et j’aime ça... ! AH... ouiii... Je Joui !! ahhh Je joouii...

baise-moi !


Il la bourre ardemment, il fouille ce con que je connais si bien. Elle ne peut pas aimer se donner aussi totalement à un autre homme et pourtant, j’éprouve un plaisir extraordinaire à la voir ainsi, possédée devant moi.

Elle me cocufie et cela m’excite... Son halètement s’accélère encore et soudain elle crie pendant que son orgasme l’emporte, mon épouse hurlait, se tordait sous les coups de boutoir...Johnny se retira quand elle eût finit et qu’elle râlait, l’allongea sur le dos, et vint se placer au dessus d’elle, mit sa queue entre ses seins...

— Allez ! Tiens tes seins que je me branle un peu...

Il allait et venait entre ses seins...

— HUMM SALOPE... je vais venir..... ça vient... OUVRE LA BOUCHE .. ! OUVRE LA BOUCHE Bon Dieu !!

Il n’eût pas le temps de répéter... Se masturbant entre les seins de Lucy, le plaisir était arrivé...Le premier jet de sperme l’atteignit sur le menton et sur la bouche, les autres arrivèrent dans le cou et sur les seins...Johnny avait hurlé, et geignait maintenant... Il termina la queue plantée dans la bouche de ma femme, qui, maculée de sperme, devait nettoyer la queue de son baiseur avec sa langue...Lucy se releva sur les coudes, vit le sperme qui coulait sur ses seins, regarda et fit ’ Ohhh....’

— Oui, tu es pleine de foutre....


— Mon amour, il me fait jouir ! . Je jouis, mon amour, tu m’entends !... Il me fait jouir ! . Oh, c’est bon ! . Tu aimes qu’il me baise, mon chèri ?

J’aime. Tu entends comme il me baise bien à fond ? . Tu aimes quand il me fait jouir ? Ohhh..........Johnny.................


Le spectacle est grandiose


Lorsqu’elle était sous la douche, j’ai sorti sa robe la plus sexy. Une robe noire très courte avec de fines bretelles et un devant avec un voile transparent jusqu’au milieu du buste. Bas de nylon noir, souliers à talons hauts, et de beaux sous-vêtements noirs. Lucy a les cheveux mi-long bruns frisés et de beaux seins fermes et assez gros. Je bandais déjà. J’ai déposé le tout sur le lit, je lui ais mis un verre de vin sur sa table de nuit et je suis sorti de la chambre avant qu’elle finisse sa douche. J’étais déjà prêt et je l’attendait avec appréhension.

Lorsqu’elle est sortie de la chambre j’étais estomaqué. Elle était superbe, mais elle s’était maquillée un peu plus que d’habitude et avait l’air d’une vrai pute de luxe. Je regarde ma charmante épouse et me dis en moi-même : ’ Dieu qu?elle est belle ’ Elle alors dit à moi qui va sortir avec son nouvel amant à balade. Je lui reponds que je suis complètement d?accord.


Lucy monta dans la voiture à Johnny, le véhicule démarra sous mes yeux qui j?avais du mal à avaler ma salive. Lucy partait avec notre ami, et allait passer la nuit avec lui.......je n?eu pas le temps de réfléchir beaucoup. Je pense à mon épouse qui va prendre de la queue tout la nuit !!! Je suis complice avec lui dans motre voyerisme, et notre réaction bien naturelle..........alors la premiére gêne passée.....


Voilà, il est presque 03 h 30 du matin, ce dimanche, et j’attends ma femme avec impatience. Elle a téléphoné, il y a quelques instants, juste pour me dire qu’elle serait à l?appartement vers 04 h 30. Car voyez-vous, ce soir, je lui ai donné l’autorisation de sortir avec un autre homme. Ne sachant comment m’occuper l’esprit, j’ai décidé de coucher sur le papier mes sensations. Je pense que je dois commencer par le commencement. Tous les hommes bavent quand elle marche en bikini sur la plage l’été. Lorsque nous faisons l’amour, j’imagine souvent pouvoir inviter d’autres hommes à lui faire l’amour. Nous avons souvent fantasmé sur ce sujet, nos ébats étant alors magnifiques. Il semble que mon orgueil souffle à laisse voir mon épouse dans un pareil etat d?excitation, et ce degoôt que j?éprouve alors n?est que le sentiment d?une âme rassasiée à qui le bonheur déplait parce qu?il vient de la fatiguer.


Quand Lucy est revenue, je n’ai pas regretté ma tolérance.. Je me doutais que quelque chose venait de se produire, elle semblait préoccupée depuis son retour tardif. Je lui demandais ce qui n’allait pas et elle me répondit en évitant mon regard qu’il n’y avait rien, qu’elle se sentait un peu fatiguée, c’est tout. Puis elle change. Je peux même dire que mon épouse était encore toute excitée et ne m?a alors épargnée les détails de la bonne bourre qu?elle venait d?avoir avec Johnny comme elle disait.


Elle avait des cernes sous les yeux, mais un sourire radieux. Nous n’avons pas beaucoup parlé, nous nous sommes enlacés. Elle était très douce avec moi, mais aussi très franche à sa manière. Elle m’a tout raconté, en douceur et avec le sourire, pendant ce temps que je la caressais amoureusement.

Quand mes doigts se sont posés sur sa culotte, j’e suis passé en tachycardie : l’entrejambe était encore tout gluant ! Je suis devenu comme fou, je me suis jeté entre les jambes de Lucy pour lui bouffer le sexe. Je ne pouvais m?empêcher de regarder ses lèvres grandes ouvertes. Elle écarte les jambes.


— Viens mets-y un doigt. Touche. Cela m’excite que tu me regardes ainsi !


Son sexe est tout nu, tout lisse. Ses lèvres sont toutes rouges. Elle les écarte, et le sperme de son amant qui continuait de couler doucement le long de sa cuisse.


— Regarde. Tu vois. Je te l’avais promis. Je ne me suis pas lavée.


Son jus est encore là. Sa chatte était trempée. J’enfonce mon doigt dans la chatte de mon épouse. Elle coule, son vagin est rempli du jus de son amant.


— Tu sens comme elle est trempée. Et ce n’est pas tout. Descend ton doigt.

Plus bas. Oui dans mon petit trou.


Dans un cunnilingus éperdument amoureux, j’ai nettoyé de ma langue son petit nid d’amour encore tout plein du sperme de son amant.


— Viens mon petit cocu de mari..................Mets-moi ta queue mon petit mari.

— Cocu... ça y est, tu es cocu mon chéri...

— Il t’a fait jouir ?

— Oh oui ! Il faut que je te dise... pas seulement. Oh la la.

— Tu sais est un bon coup, tu devrais l?essayer maintenant que tu as le goût de son sperme en bouche......


Puis dans un désir irrépressible de la reconquérir, je suis monté sur elle pour la pénétrer son vagin qu?était encore tout tiède et tout moelleux. Le fait de savoir qu’une autre queue était passée par là quelques heures plus tôt décuplait mon ardeur. Nous avons fait l’amour comme des fous, ce fut fulgurant.Cette nuit là j’ai dormi comme jamais, épuisé par tant de plaisir et me promettant de recommencer aussi souvent que possible.



Le matin fut laborieux. Un mal de cheveux et une langue pâteuse m’attendaient au réveil. Tout pour faire plaisir. Lucy dormait toujours, elle semblait calme et heureuse. Et pour cause, sa nuit avait été mouvementée mais sexuellement satisfaisante. Je l’embrasse délicatement sur la joue en faisant bien attention à ne pas la réveiller. Je sors du lit et entreprend de m’occuper du petit-dejeuner pour la laisser récupérer de sa folle nuit.


L’expérience s’était révélée positive. Tellement positive que nous l’avons bien vite réitérée. Je sentais inconsciemment qu?il ne me faufrait plus attendre bien longtemps.Et Lucy y a pris goût !mais cela m’a énormément appris sur toutes les sensations, que l’on peut avoir en amour.


Fin


Vos commentaires sont toujours les bienvenus


Ici, S?o Paulo - Brésil

?crivez-moi sur irl70@hotmail.com


Ivan Eibeiro Lagos

Diffuse en direct !
Regarder son live