Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 12 173 fois
  • 343 J'aime
  • 5 Commentaires
  • Corrigée par l'équipe

Voyeurisme dans les chambres étudiantes

Chapitre 1

Je découvre ma voisine

Voyeur / Exhibition

Je m’appelle Julien, j’ai 19 ans et suis en couple avec Justine, ma copine de lycée. Cette année, je rentre enfin à l’université pour suivre un cursus en informatique. A l’occasion de mon entrée dans les études supérieures, j’ai réussi à trouver une place dans les logements étudiants de mon campus. Mes parents habitant à 1h de l’université, il est compliqué pour moi de faire la route tous les jours. Je vais avoir plus de mal à voir ma copine maintenant, mais étant en BTS dans un lycée non loin de l’université, elle pourra venir de temps en temps dormir dans ma nouvelle chambre.


Notre bâtiment-dortoir est composé d’une soixantaine de chambres sur 3 étages. Chacune d’entre elles fait environ 12-13m² et est composée d’une petite pièce sur la droite en entrant, disposant d’un lavabo et d’un w.c.. La chambre est composée d’un lit une place plutôt grande sur la droite, derrière les toilettes et d’un bureau au fond à gauche. Les douches sont communes et un réfectoire par étage nous permet de pouvoir manger à notre aise et apprendre à connaître nos voisins. Il est même possible d’y faire sa lessive soi-même grâce à quelques machines à laver mises à disposition des étudiants.


Nous sommes le 30 août et je vais enfin pouvoir emménager dans ma nouvelle chambre ! Le déménagement est plutôt rapide, la chambre étant déjà partiellement meublée, j’ai juste à y emmener quelques affaires personnelles pour décorer et travailler en toute tranquillité.


Bien que le bâtiment soit relativement récent et bien équipé, on remarque rapidement que les coûts ont été tirés vers le bas, rien qu’à en voir l’isolation entre les chambres.


Enfin ! Je ne m’en plains pas, il est déjà compliqué de trouver un logement étudiant bon marché et la chambre est spacieuse pour le modeste étudiant que je suis.


En installant ma déco, un détail sur le mur en face de mon lit m’intrigue... une espèce de feuille blanche maladroitement scotchée dessus à hauteur de bassin. Je m’approche, retire délicatement le scotch et enlève la feuille.


Je comprends mieux... il y a sous cette feuille un trou de 2-3 centimètres de diamètre sûrement provoqué par un ancien déménagement... A travers, on y voit le fond d’une plaque en bois, sûrement la paroi de séparation de nos chambres. Je recolle la petite feuille blanche proprement afin de ne pas être crédité de ce désagrément et continue mon installation.


Nous sommes le mardi 15 septembre, tout se passe pour le mieux. Je me sens bien dans ma chambre, le bâtiment-dortoir n’est pas toujours très calme, mais ça fait partie du charme de la vie étudiante. Etant dans la première chambre de mon couloir, je n’ai qu’une chambre voisine et c’est une belle nana plutôt calme.


Ce soir-là, en rentrant dans ma chambre, je vois une auréole lumineuse sur mon mur de gauche, à l’endroit où la feuille blanche est scotchée. Intrigué, je m’approche de celle-ci, retire de nouveau délicatement le scotch et vois la lumière perçante de la chambre de ma voisine. Visiblement, la plaque en bois n’en était pas une, peut être juste un meuble déplacé ? Enfin, peu importe, je remets la feuille et me tourne vers mes devoirs.


Les minutes passent, mes pensées fusent...


— est-ce que je peux voir ma voisine à travers ce trou ?... “ Pensais-je.

— Non, mais ça ne va pas bien Julien ! T’as une copine en plus...”


5 minutes, 10 minutes, impossible de me concentrer sur mes leçons.


En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

— Bon... Je peux bien regarder juste un peu à quoi cela ressemble... ”


Je sens mon cœur s’accélérer, je retire de nouveau le scotch, me mets à genoux afin de placer mon œil fasse à ce petit trou et... La chambre semble vide, je vois le lit en face, un petit bout du bureau sur la droite, enfin rien d’étonnant quoi, la même configuration que ma chambre après tout. Quoique, la déco est sympa, ma voisine doit apprécier les jeux vidéo et le cinéma, j’aperçois quelques posters de Halo, World Of Warcraft, Star Wars... Un point en commun !


— Bon allez, retourne à tes leçons, curieux !”


Je me relève, me replonge dans mes devoirs, la tête soulagée d’avoir épongé ma curiosité maladive.


À 19h30, je vais manger au réfectoire, je croise le regard de ma voisine, et lui fais un petit sourire, comme heureux de découvrir des points communs avec elle. Elle me retourne un sourire et semble retourner vers sa chambre, elle vient sûrement de finir de manger.


Je finis mon repas et retourne dans ma chambre, je m’installe sur mon lit, allume ma petite télé que j’ai ramenée de chez mes parents et me plonge dans une émission de divertissement. Entre les rires des téléspectateurs, j’entends un petit bruit étrange... des gémissements.


Je baisse le son de la télé, tends l’oreille, les bruits semblent venir de ma chambre voisine.


— Non ?! Ne me dis pas que... ? En même temps, pourquoi elle ne le ferait pas, elle a bien le droit de se faire plaisir.”


J’essaye de me replonger dans mon émission, mais mon pénis sanguin à l’écoute de ma voisine me perturbe la tête. Je baisse mon pantalon, diminue à nouveau le son de la télé et profite des petits bruits de ma voisine.


— Bon... autant que ce soit profitable pour moi aussi.”


Je me masturbe en l’imaginant nue, bien humide, en train de prendre son pied sur son lit en même temps que moi.


— Mmhhh putain, c’est bon...”


D’un coup, je relève la tête, regarde le trou non recouvert...


— Je pourrais peut-être juste regarder un peu... ?”


Je m’approche délicatement sans faire de bruit, dirigé comme un zombie par mes pulsions sexuelles et colle mon œil sur le petit trou.


Elle est bien nue, d’un corps plutôt fin et de beaux seins bombés qu’elle semble bien cacher en dehors de sa chambre, en position idéale pour mon angle de vision où je la vois se toucher et se cambrer de plaisir.


Je bande comme jamais, la peur de me faire prendre m’excite encore plus, j’agrippe mon gourdin et me masturbe énergiquement.


Elle glisse deux doigts de sa main gauche dans son vagin, tandis que sa main droite vient caresser son petit bouton. J’entends d’ici qu’elle semble bien mouiller, ce qui me durcit d’autant plus.


— Vas-y continue !”


Elle se cambre davantage, de grands soupirs annoncent son orgasme imminent, je m’active davantage.


— OH OUIIIII !!! Chuchote-t-elle, essayant un maximum de contenir sa voix.


Sur cette image, je jouis également et lâche un effluve de sperme sur le mur venant presque toucher mon visage de sa puissance.


— Putain !!! C’était dingue !”


Je ressens un immense plaisir et un petit remords de m’être masturbé devant une autre femme que ma copine...


— Après tout, je ne l’ai pas trompée ? Si ?”


Le lendemain, en retournant à ma chambre, je vois un petit papier par terre, écrit dessus :


Chacun son tour ?


Je ne comprends rien... peut-être une erreur... ou ma voisine ? Non impossible, elle n’a pas pu me voir.


Le reste de la semaine, je fais un peu la moue, me sentant sale d’avoir osé me laisser tenter par mes envies de voyeurisme. Mais j’ai le sourire, car nous sommes jeudi et ma copine vient pour la première fois me retrouver dans ma chambre étudiante où nous allons passer la nuit ensemble ENFIN tranquille sans parents dans les pattes. La soirée s’annonce torride !


Il est 18h, je viens de finir mon cours de réseaux et retourne à ma chambre faire un peu d’ordre avant que Justine arrive.



18h30, la voilà !


— Coucou mon bichon ! Dit Justine en me sautant dans les bras.

— Coucou mon cœur !! Allez viens, je vais te montrer ma nouvelle demeure.

— Elle est où ta chambre ?! dit-elle, pressée de passer du temps rien qu’avec moi.

— Attends ! On va y venir ! dis-je en rigolant.


Nous faisons un petit tour rapide du bâtiment pour lui montrer le réfectoire et les douches puis nous rentrons dans ma chambre.


— Sympa ta chambre ! Elle est plutôt grande pour une chambre étudiante, veinard !

— Ouais j’étais agréablement surpris, ça fait du bien d’être un peu autonome.

— Bon... ça ne te dit pas d’inaugurer ça ? dit-elle.

— Ouh toi ! Je vois où tu veux en venir !


Elle me saute dessus, me faisant tomber sur le lit, retire son haut, le mien, et vient m’embrasser tendrement sur le lit.


— Que c’est bon de la retrouver”


Elle descend le long de mon ventre, venant déboutonner mon pantalon, je bande déjà comme un dingue. Un bruit d’un objet tombant venant de chez ma voisine nous fait sursauter.


— Fais pas trop de bruit, ici les murs ne sont pas bien épais. Dis-je à voix basse.

— Pourquoi t’as peur de passer pour l’Apollon du couloir ? dit-elle en rigolant.

— Non, mais faut être vigil...


Je n’ai pas le temps de répondre qu’elle baisse d’un coup sec mon caleçon et fourre ma verge dans sa bouche.


— Oh putain Justine ! C’est bon !


Sa langue saliveuse vient caresser chaque recoin de mon gland, me donnant des frissons de plaisir. Elle retire son pantalon tout en continuant sa fellation et se redresse, me regardant d’un air malicieux.


— Tu sais ce que je veux ? Dit Justine.

— A ton tour ?!


Elle me sourit d’un air satisfait de se comprendre et vient en position 69 sur moi, m’offrant généreusement sa belle vulve sans poils.


Je rapproche ses fesses en m’aidant de mes mains et viens plonger ma langue de son vagin vers son petit bouton récupérant au passage suffisamment de cyprine pour bien humidifier chaque partie de son jardin secret. Je roule de ma langue son clitoris, laissant s’échapper, à chaque tour, de petits gémissements pendant qu’elle reprend sa fellation bien entamée.


— Mhhhh *Glurp glurp*, continue !! dit-elle sans retenue.


Je m’active de plus en plus tout en retenant au maximum ma montée de plaisir afin de profiter le plus longtemps possible de ce moment tant attendu.


— Doucement Justine ! ... Je vais venir sinon !

— Mmhhh t’aimes quand je la prends comme ça ?


Ses paroles ne font qu’augmenter l’arrivée de mon orgasme.


— Mmhhhh Justine doucement, sinon je vais vraiment venir !


Elle se redresse d’un geste, se retourne pour être face à moi, telle une bête affamée.


— Retiens-toi Julien, interdiction de venir avant moi, me dit-elle en souriant.

— D’accord, attends, je vais prendre une capo...


Elle me retient en serrant mes mains sur le lit, me fixe profondément du regard avec un sourire malicieux et descend délicatement, laissant mon pénis entrer dans son vagin terriblement chaud et humide, centimètre par centimètre jusqu’au fond de celui-ci.


— Justine... t’es sûr que...


Elle se baisse vers mon oreille est me susurre :


— T’inquiète pas, je prends la pilule maintenant.


Et elle active son bassin, claquant à chaque reprise ses fesses sur mon corps.


— Ohhh Justine ! Vas-y, lâche-toi !


Elle ne se fait pas prier et active son mouvement tout en lâchant des cris de plaisir.


— Putain c’est trop bon Julien ! C’est tellement mieux !

— Oh oui !! Vas-y continue !!!


Elle accélère de nouveau, notre respiration s’accélère, nos corps sont humides de transpiration.


— Je... Je vais... je vais venir Julien !

— Vas-y !!! Putain je peux plus me retenir !


Mes jambes se tendent, ma respiration est saccadée, et je lâche une volée de sperme en Justine pendant que je la sens trembler de plaisir, l’orgasme imminent pour elle également. Et après quelques secondes, pendant que mon pénis est encore dur, elle jouit à son tour, laissant un cri s’échapper de sa bouche, sûrement pas passé inaperçu.


— Wow Julien... c’était bon... ça fait du bien de te retrouver.

— C’était dingue... je me sens vidé.


Elle se retire de mon pénis, laissant couler une grosse partie du sperme envoyé en elle.


— Ah ça oui, tu t’es bien vidé. Dit-elle en rigolant.

— Tiens prends ça vite !


Je lui tends la boîte de mouchoir afin d’éviter que cela n’en mette partout sur les draps.


Nous passons le reste de la soirée à regarder la télé l’un contre l’autre et le lendemain, elle repart à son école pendant que je m’active à l’université. Je passe le week-end chez mes parents afin de profiter de plus d’espace.


Le lundi suivant après les cours, je rentre dans ma chambre réviser.


20h30, je reviens du réfectoire après avoir mangé un bout. J’ouvre ma porte et y découvre de nouveau par terre un bout de papier griffonné. Dessus y est écrit :


Joli petit cul ! rendez-vous 21h


En lisant ces mots, mon sang ne fait qu’un tour, je tourne directement le regard vers le trou me séparant de ma voisine, le cœur en palpitation, je crois bien mettre fait prendre à mon propre jeu !


Merci de votre lecture, j’espère que ce petit récit vous a plus, bientôt la suite ! N’oubliez pas de mettre un j’aime si c’est le cas et on se retrouve bientôt !

Diffuse en direct !
Regarder son live