Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 41 820 fois
  • 424 J'aime
  • 9 Commentaires
  • Corrigée par l'équipe

Voyeurisme dans les chambres étudiantes

Chapitre 2

Pris à mon propre piège

Voyeur / Exhibition

Le lundi suivant après les cours, je rentre dans ma chambre réviser.


20h30, je reviens du réfectoire après avoir mangé un bout. J’ouvre ma porte et y découvre de nouveau par terre un bout de papier griffonné. Dessus y est écrit :


Joli petit cul ! rendez-vous 21h


En lisant ces mots, mon sang ne fait qu’un tour, je tourne directement le regard vers le trou me séparant de ma voisine, le cœur en palpitation, je crois bien m’être fait prendre à mon propre jeu !


Que faire ? Aller la voir ? M’excuser ? Non... C’est ridicule... Sait-elle que je l’ai vue l’autre fois ?


Les minutes défilent 20h40, 20h50, 21h00, je ne sais quoi faire et transpire à grosses gouttes.


Un bruit me sort de mes pensées... un bruit familier... je tends l’oreille, ma voisine laissant aller de petits gémissements, comme la semaine dernière. Il est 21h pile... Le mot vient bien d’elle. Mon angoisse monte de plus belle... tout comme mon érection d’ailleurs.


— Putain, mais Julien, pourquoi tu bandes ?”


Chaque petit gémissement perçu me donne des montées d’excitation incontrôlables.


— Non, non, non tu ne peux pas faire ça !”


21h05 comme un appel de sirène, je me sens attiré de plus en plus et me rapproche malgré moi vers ce fameux trou me séparant de ma voisine. Je baisse mon pantalon machinalement, comme possédé par mes envies de voyeurisme.


Je me mets à genoux, plonge mon regard à travers, et la vois de nouveau nue gémissant de petits cris en se caressant avec un petit vibromasseur de la taille d’un surligneur. Je bande comme un taureau, cette fille me fait vriller la tête et mon excitation m’empêche de fermer les yeux. Je l’entends soupirer de petits mots :


— Mmhhhh, t’aimes ça Julien ?


Je me retire d’un bon, la sueur coule sous mes aisselles, comme pris au piège par cette femme. Je l’entends murmurer :


— Vas-y fais-toi plaisir !


Beaucoup trop excité par cette situation, je replonge mon regard à travers le trou et profite du spectacle comme un bon porno plus que réaliste. Je baisse mon pantalon, attrape mon pénis et masturbe ce gourdin terriblement sanguin.


— Mmmhhh j’espère que tu es là Julien... Je sens ton regard sur moi et ça m’excite.

— Putain... elle m’excite grave...”


Je la vois mouiller aussi fort que je bande et je sens que je suis au bord de l’orgasme. Je prends une grande inspiration, accélère le mouvement, me concentre sur l’arrivée imminente de celui-ci. Et lâche par à-coups de violentes giclées de sperme avec un petit gémissement de plaisir.


— Mmmmhhhh !!


Un silence se fait entendre de l’autre côté de la cloison.


— Déjà ? Dis donc, je te fais plus d’effet que ta copine.


Mon cœur s’accélère. Pris de ma masturbation, j’avais complètement oublié sa présence... C’est sûr... elle m’a entendu...


Je regarde de nouveau dans le trou et la vois se rapprocher. Je recule ma tête, pris de panique.


— N’aie pas peur Julien, reviens.

— Putain, elle me regarde !”


Je recule de nouveau comme pour m’éloigner du danger.


— Euh Julien... tu sais que plus tu te recules, plus je te vois... Joli pénis d’ailleurs.

— QUOI ?! Mais quel con !”


Complètement pris au piège, ne sachant quoi faire, je cours dans les toilettes et ferme la porte derrière moi. Je me bouche les oreilles et y reste une bonne dizaine de minutes le temps de me calmer et de reprendre mes esprits.


— Julien, pourquoi t’as fait ça... encore... et Justine...”


Je finis par ressortir des toilettes, la mine tremblante. Elle semble ne plus regarder. Je m’empresse de remettre la feuille afin de cacher de nouveau ce trou. La soirée se termine avec une angoisse toujours présente... La nuit va être longue...


Mardi, mercredi, je fais en sorte d’aller manger en dehors des heures habituelles afin de ne plus croiser ma voisine. La feuille de nouveau scotchée sur le trou nous séparant semble avoir calmé les ardeurs de ma voisine.



Nous sommes jeudi et c’est le jour où ma copine revient dormir dans ma chambre, j’ai hâte de la retrouver et j’essaye d’oublier cette mésaventure avec ma voisine.


18h, je rentre des cours dans ma chambre pour y faire un peu d’ordre. En faisant le ménage, je regarde le trou... Le trou ! De nouveau visible et ouvert, la feuille tombée par terre, je trouve à côté d’elle un papier roulé sur lui-même. Je le déroule, et reconnais immédiatement la même écriture que sur l’ancien papier de ma voisine. Il est écrit dessus :


Nous sommes jeudi. J’imagine que ta copine revient ce soir. Redonne-toi en spectacle, donne tout ce que tu as. Donne-moi les meilleurs angles possible.

PS : Je me suis permis de filmer tes actes la dernière fois, réfléchis bien...


Ça recommence... je suis pris de panique... pris de nouveau au piège dans ce cercle vicieux.


— Putain... Que vas-tu faire Julien... Est-ce qu’il y a une solution ?”


Je sais très bien qu’il n’y a pas d’autre solution. Ma voisine sait que je la regarde, elle m’a apparemment filmée pendant mon dernier ébat avec ma copine. Si elle venait à en parler à Justine, cela pourrait être dramatique...


— J’ai bien peur de devoir me plier aux demandes de ma voisine”



Il est 18h30, Justine est arrivée à l’entrée du bâtiment. Je vais l’accueillir, l’air stressé, elle me dit :


— Bah alors, mon lapin, ça n’a pas l’air d’aller ? T’es malade ?

— Euh non non, juste une journée... un peu compliqué.

— Ah ça l’université, ce n’est pas aussi facile hein !

— Ouais, voilà c’est ça !

— Allez viens, je vais te faire un petit massage, ça va te faire du bien.


Elle me prend la main et me dirige vers ma chambre. Je vois au loin ma voisine qui ouvre sa porte et sort dans le couloir, je sens mon cœur battre plus fort, j’essaye du mieux que possible de garder mon angoisse.


— C’est ta voisine ? dit-elle en continuant de marcher vers ma chambre.

— Hein ? Ah euh... Oui oui.

— Mignonne !

— Euh ouais, enfin je ne sais pas.

— Eh oh ! Pas touche hein !

— Oui bien évidemment Justine ! Voyons... Dis-je la mine pâle.


Chaque pas nous rapproche d’elle, je vois ma voisine statique nous regardant en souriant, nous sommes à quelques mètres d’elle et mes sens s’activent, les gouttes de transpirations coulent sous mes aisselles.


— Bonjour ! Je m’appelle Maéva. Nous dit-elle d’un air naturel.

— Salut, moi c’est Justine, je suis la copine de Julien.

— ... tu ne dis pas bonjour toi ! Me dis Justine.

— Ah si euh... désolé, bonjour Maéva.


Elle me regarde avec un grand sourire puis se tourne vers ma copine.


— Enchantée Justine, bon je vous laisse ! Au plaisir de se revoir !

— Bonne journée, à bientôt. Dit Justine.


Maéva... Elle s’appelle donc Maéva ! Je la vois s’éloigner de nous et nous rentrons dans ma chambre.


— Elle a l’air super sympa ta voisine ! Tu la connais bien ?

— Euh ouais, enfin juste de vue quoi... Je n’ai pas trop eu l’occasion de discuter avec elle.

— Julien ! Ne reste pas que dans tes bouquins, t’as le droit d’avoir des potes, même fille, tu sais.

— Ah euh oui oui, ça viendra.

— Bon allez, déshabille-toi que je te détente un peu là, t’es tendu comme un string.


Je m’allonge sur le lit après m’être mis en caleçon et Justine commence son massage. Elle est vraiment douée de ses mains, je me laisse porter et oublie mes soucis... enfin surtout MON souci. Après 5 minutes de massage, j’entends la porte de ma voisine claquer... La voilà rentrée... sûrement prête à nous regarder comme un félin regardant sa proie. Je ne dois rien faire qui pourrait mettre des doutes à Justine.


Ma copine retire délicatement mon caleçon, elle me retourne, vient m’embrasser et descend délicatement vers mon pénis.


— Dit donc, c’est un peu mou tout ça, attends on va monter le drapeau.


Elle touche de ses mains chaudes mon pénis et vient lécher le bout de mon gland, ne tardant pas malgré la situation de me faire bander.


— Voilà ! J’aime mieux ça ! me dit-elle.


Elle fourre mon pénis dans sa bouche et je profite de cette fellation divine... Mais une pensée vient perturber la situation... Le fameux mot : “Redonne-toi en spectacle, donne tout ce que tu as. Donne-moi les meilleurs angles possible”. Ces mots trottent dans ma tête et j’entends un petit toussement derrière la cloison, un toussement qui semble me dire : “Tu te moques de moi... Attention !”.


Je n’ai pas le choix... je me redresse d’un coup.


— Bah, ça ne va pas Julien ? Je t’ai fait mal ?

— Non non t’inquiète, euh je veux juste qu’on profite tous les deux.


Et je la déshabille pour la mettre nue comme moi.


— Voilà ! Viens sur moi en 69 !

— Dis donc ! Bien entrepreneur aujourd’hui Julien, j’aime ça !


Et elle s’exécute, venant coller son vagin sur ma bouche et sans le savoir, se donne en spectacle à ma voisine en me donnant de belles gorges profondes. Je ne peux m’empêcher de voir ma voisine nue derrière ce petit trou en train de se toucher en nous regardant. Nous filme-t-elle de nouveau ? Peu importe, je me donne à fond pour donner du plaisir à ma copine en roulant sous ma langue son clitoris gonflé et dur.


— Julien ! Tu vas... tu vas me faire venir !


Elle se retire d’un geste tremblant au bord de l’orgasme.


— Wow, tu es magique ce soir. Me dit-elle.


Et je me relève, me mets parallèle au lit et rapproche le fessier de Justine pour la prendre en levrette, donnant à ma voisine Maéva l’angle parfait pour nous voir.


— Putain Julien, j’aime quand tu me prends comme ça, fais de moi ta...


Elle s’arrête d’un coup de parler, regardant avec insistance la cloison sur la gauche.


— T’as vu, y a un trou dans le...

— Ahhh !! Ça non euh t’inquiète pas, c’est en emménageant, j’ai cogné un meuble sur le mur, on s’en fiche.


Et avant qu’elle ne réplique, je claque sa fesse droite, agrippe ses fesses et fourre mon pénis en elle sauvagement.


— Mmhhh vas-y Julien continue ! Défonce-moi ! Me dit-elle en se cambrant davantage, mettant sa tête contre le matelas.


Les gémissements de ma copine me font accélérer le mouvement.


— Mmhhh mmhh mmhh oui !



Après quelques minutes de plaisir intense.


Julien, défonce-moi le cul !


Je m’arrête d’un coup.


— Hein ? Tu veux dire...

— T’as bien entendu, retire-toi s’il te plaît.


Je sors mon pénis de son vagin, elle se redresse à 4 pattes, venant prendre dans sa bouche à l’aide de ses doigts une bonne dose de salive et vient caresser son petit trou. Elle se cambre de nouveau.


— Vas-y Julien, je me suis entraîné, tu sais.


Surpris de découvrir ma copine de la sorte, mon sang ne fait qu’un tour et je pose mon pénis luisant de cyprine sur sa petite rondelle.


— Fais-toi plaisir mon beau.


Et je pousse l’entrée de son jardin secret, découvrant une nouvelle sensation à la fois étrange et plaisante. Je n’ai pas de mal à entrer en elle et je la sens aimer ce que je fais.


— Allez Julien, donne tout, fais-moi jouir.


J’agrippe de nouveau ses fesses faisant des aller-retour de plus en plus rapides, Justine passe sa main sous son ventre venant caresser vigoureusement son clitoris.


— Vas-y continue !


J’accélère, sentant arriver l’orgasme à chaque seconde.


— Justine ! Je... je vais venir.

— Mmhh mhhh !!! Vas-y viens en moi !


Je donne de gros coups de bassin laissant gicler mon sperme dans son anus et l’entends jouir à son tour, contractant son anus me faisant sortir d’elle.


— Wow... Justine c’était bon !

— C’était dingue, on dirait bien que l’université te réussit.


Je m’allonge sur le lit avec Justine et nous entendons des petits gémissements orgasmiques venant de ma voisine. Justine me regarde d’un air surpris.


— Tu penses que c’est ta...

— Euh ! tu veux regarder quelque chose en particulier ? répondis-je en lui coupant la parole.

— T’es bizarre aujourd’hui Julien. Pas tout de suite, je vais prendre une douche, tu viens avec moi ?

— Non je vais rester là, je pense.

— OK à toute !


Elle prend ses affaires et sort de la chambre pour aller vers les douches communes. Je me plonge dans mon émission et repense à ce qu’il vient de se passer, la situation de voyeurisme ainsi que cet échange animal avec ma copine. Rien que d’y penser, j’arrive à avoir la mi-molle !


15 minutes plus tard, j’entends du bruit dans le couloir, deux filles discutant ensemble. Et d’un coup, la porte de ma voisine se referme. Rien d’intriguant en vue, je retourne vers mon émission.

Cependant, un petit bruit provenant de la cloison me sort de nouveau de la télé, un petit papier tombe du trou. Ma voisine vient de nouveau de m’écrire. Je me lève rapidement et vais regarder le mot avant que Justine ne revienne. En ouvrant le papier, l’écriture me semble familière... L’écriture de Justine ! :


Je sais tout. Justine


Mon cœur bat comme jamais, je tremble des mains. J’entends chez ma voisine qu’elle n’est pas seule... qu’elle est avec ma copine !



Merci de votre lecture, j’espère que ce petit récit vous a plus, bientôt la suite ! N’oubliez pas de mettre un j’aime si c’est le cas et on se retrouve bientôt !

Diffuse en direct !
Regarder son live