Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 4 390 fois
  • 15 J'aime
  • 0 Commentaire

Un vrai coup de foudre

Chapitre 8

Hétéro

Sept mois que je suis marié avec Lorenzo. Sept mois... C’est fou comme le temps passe vite. Ces derniers mois ont été magnifiques, notre vie de couple est parfaite et notre vie sexuelle est très active. On fait énormément l’amour depuis notre mariage. Bon, vous allez me dire qu’on était tout le temps encastrés : sa bite dan ma chatte, sa bite dans ma bouche, sa langue sur ma chatte et parfois sa bite dans mon cul. Bref, nous nous envoyons énormément en l’air. Mais là, c’est différent. Avant, on baisait pour baiser. J’aimais qu’il me lime la chatte jusqu’à ce qu’un fabuleux orgasme me submerge (c’est d’ailleurs toujours le cas), mais maintenant, nous baisons pour une autre raison qui nous tient à cœur...


Deux mois après notre mariage, nous avons lâché son appartement pour une belle maison. Quatre chambres de bonne taille, dont une avec une salle de bain intégrée (Pas la peine de vous préciser qu’il s’agit de la nôtre). Les autres chambres ne sont pas beaucoup aménagées sauf une qui nous sert de chambre d’amie quand ma meilleure amie Clémentine ou sa sœur Eleonora reste dormir à la maison. Nous avons un joli salon, une belle cuisine, deux toilettes au total (une en bas et l’autre à l’étage) tout comme les salles de bains. La première est en bas dans notre chambre et la deuxième en haut avec les trois autres chambres et l’autre toilette. Nous avons aussi une petite terrasse et un beau jardin. Ainsi que deux chats au passage. Bref, vous vous demandez sûrement pourquoi je vous raconte la configuration de notre maison dans les détails à la place de vous expliquer comment ma chatte s’est fait déchirer lors du baptême de chaque pièce ? Ou alors, pourquoi avoir autant de chambres ?


La réponse est simple et je pense que vous l’avez déjà devinée : nous voulons avoir des enfants.


Ce matin, je me lève plus tôt que mon amour. J’ai un décalage dans mon cycle menstruel, je n’ai toujours pas eu mes règles. Toute tremblante, je fais le test de grossesse que j’ai acheté la veille, mais je n’avais pas eu le courage de le faire. Je veux tellement que la réponse soit « OUI ».


Dix minutes viennent de passer depuis que j’ai eu le résultat. Lorenzo rentre dans la salle de bains.


— Tu es matinale mon amour. C’est rare que tu te lèves avant moi.


Je viens m’enlacer contre lui et l’embrasser. Nos lèvres se touchent, nos langues s’enroulent autour d’elle, nos salives s’échangent. Mon baiser devient de plus en plus sensuel, passionnel. Il est torse nu, moi en nuisette transparente qui ne recouvre que la moitié de mon joli fessier rebondi. Il doit sentir les pointes de mes petits seins pointés contre son torse à travers de ma fine nuisette sexy. Une main me caresse la joue, l’autre ma fesse droite bien ferme. Mes mains à moi lui caressent les cheveux, les épaules, son dos musclé.


— Hum, ma chérie, en plus d’être matinale, tu es très câline. Que me vaut ce traitement divin dès le matin ?

— J’ai forcément besoin d’une raison pour embrasser tendrement le père de mon bébé à son réveil.


Je continue de l’embrasser, mais je vois bien qu’il vient de buguer, hihi. Il met un petit temps à bien comprendre.


— Je n’ai pas rêvé ? Tu as bien dit le père de ton bébé ?

— Oui mon cœur, tu es bien réveillé et ceci n’est pas un rêve. Je suis enceinte mon amour, on va avoir un enfant. Il m’embrasse à son tour de manière très sensuelle. Je retire ma nuisette, lui son short, et on se dirige dans notre douche. L’eau commence à couler sur nos corps.

— Je t’aime ma chérie, tu ne pouvais pas m’apporter une plus belle nouvelle.

— Je t’aime aussi mon cœur.


Sa belle queue est dure contre mon ventre plat et musclé. Je passe ma main droite sur ses testicules remplie du sperme qui m’a fécondée, je les caresse, les malaxe, les masse avec douceur et amour avant de les pétrir avec plus de fermeté. Tout en continuant à embrasser l’homme de ma vie, en lui caressant les cheveux. Ma main remonte sur son sexe bien bandé, elle l’entoure, mais mes doigts ne se rejoignent pas, il y a un petit écart de deux-trois centimètres. Quoi qu’il en soit, je commence à branler cette belle queue. De doux et lent va-et-vient pour commencer avant d’y aller avec plus d’entrain. Nos langues se livrent un combat sensuel dans notre bouche, ma main joue avec son sexe, mais Monsieur ne reste pas en reste. Une de ses mains sur mon cou, l’autre me caressant. Elle me caresse le dos avant de venir empoigner mes fesses qu’il aime tant. Il me les masse, malaxe, pétrit, claque de temps en temps de manière gentille. Comme moi, l’intensité de ses caresses monte crescendo.


Je me mets à genoux devant mon homme qui semblait impatient que je réalise ce geste. Eh oui, je sentais bien qu’il avait envie que ma branlette qui lui a procuré beaucoup de plaisir se transforme en une fellation qui lui procurera encore plus de plaisir. Je le prends donc en bouche, mes lèvres emprisonnent le gland gonflé pour le torturer en le suçotant gentiment avant de prendre plus de chaires dans ma petite bouche. Je me mets à le pomper en le regardant sensuellement dans les yeux. Je le prends même parfois en entier dans ma gorge. Ma fellation passe d’un tempo lent et sensuel à un tempo rapide et plus intense avant de revenir à un tempo lent puis d’accélérer de nouveau. Mon chéri grogne et souffle de plaisir. Il prend ensuite ma chevelure brune m’arrivant aux épaules, maintenant complémentent trempé et qui vire au noir, comme s’il voulait me faire une queue-de-cheval.


Il commence des doux va-et-vient dans ma bouche tandis que mes mains lui caressent les cuisses avant de venir lui peloter les fesses. Je ferme les yeux pour mieux profiter de la fellation qu’il me fait subir, ma langue léchant tout ce qui se présente. Il me relâche et je me relève en lui tournant le dos, l’invitant à me prendre en levrette debout. Il me pénètre d’un coup sec et commence des va-et-vient bien rythmés en me tenant par la hanche et l’épaule. Je gémis en subissant ce sexe bien au chaud dans le mien. « Hann ! C’est bon mon amour ! » L’eau ruisselle le long de mon dos et sur le galbe rebondi de mon si beau fessier qu’il ne met pas longtemps à venir pétrir pendant la pénétration. Au bout d’une bonne dizaine de minutes, il se retire et m’attire vers lui pour me mettre face à face. Il lève ma jambe droite et m’enfonce sa bite dans la chatte. L’eau nous tombe sur le visage pendant qu’on s’embrasse avec hardeur.


D’ailleurs, sa bite me ramone aussi avec pas mal d’ardeur à tel point qu’elle me donne un orgasme. Je gémis fort alors que je continue à embrasser mon cher et tendre. Il prend ma seconde jambe et me porte, me faisant rebondir sur son pieu, en restant debout alors que je suis bien accroché à lui. Je sens qu’il va bientôt venir.


— Quand tu sens que tu vas jouir, fais-moi descendre. J’ai envie de te finir à la main.

— D’acc, prépare-toi, ça va pas tarder.


Une minute plus tard, je suis reposé genoux à prendre son sexe en main pour le branler énergiquement. Il se met à cracher son foutre chaud dans un râle viril. Je dirige les jets de foutre sur mon beau visage pour me prendre pour la première fois de ma vie une éjaculation faciale. Et mon mari en avait à revendre. Mon visage va prendre pas moins de neuf jets puissants de sperme ! Il finit de jouir et me dit encore à quel point je suis une déesse. Je lui donne toujours des orgasmes incroyables comme lui le fait avec moi. Je me lave rapidement le visage avant de retourner me blottir contre lui. Nous nous lavons ensuite.

Nous passons la journée à parler de notre bébé, du nom qu’on pourrait lui donner selon si c’est un garçon ou une fille. Qui sera son parrain et sa marraine. Sur ce coup, rien de compliqué. Ma meilleure amie Clem sera la marraine. Je n’ai pas pu résister à déjà la mettre au courant. Elle est folle de joie et prend déjà son rôle à cœur.


— Tu verras Ma Chérie (c’est comme cela que nous nous appelons) je serais la meilleure des marraines. Si c’est un gars, je lui apprendrais à mettre des capotes, et si c’est une fille, je lui donnerais des conseils pour bien sucer.

— Calme-toi Ma Chérie, pour l’instant, ce n’est qu’un futur bébé. Ne parle pas encore de sa sexualité.

— Ah ah, t’inquiète Claudia ! Mais tout au long de son enfance, je lui achèterai plein de bonbons et de jouets à tel point que tu regretteras ton choix. Ah, ah !

— Ah, ah. Il va en avoir de la chance cet enfant.


Une chose est sure, cette grossesse sera fabuleuse !

Diffuse en direct !
Regarder son live