Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 5 179 fois
  • 95 J'aime
  • 6 Commentaires

Un vrai coup de foudre

Chapitre 11

Hétéro

— Arrrgh ! Arrrgh ! Arrgh !

— Poussez encore Madame, vous y êtes presque.

— Vas-y mon cœur, t’as bientôt fini.


Me voici allongée sur la table, les jambes écartées devant une sage-femme qui a le visage à quelques centimètres de mon intimité, qui se fait déchirer pour la seconde fois de sa vie par un petit être qui veut en sortir. Je pousse encore, donne toutes mes forces dans cette dernière poussée. Et voilà que c’est terminé. Je fais retomber ma tête, exténuée par cet accouchement. Ma chevelure brune est trempée par la transpiration, mon teint est rouge et mes muscles me font mal. J’entends les pleurs d’un nourrisson, mon mari coupe le cordon et la sage-femme vient me donner mon enfant, la posant sur mon buste.


— Tenez Madame, voici votre fille.


Mes yeux se posent sur la créature, mon Lorenzo se pose à côté de moi et nous contemplons notre petite Gabriella. La même sensation qu’avec Luciano, notre fils qui va sur ses deux ans, le même bonheur.



Les passages dans la chambre d’hôpital se succèdent. D’abord, la rencontre entre notre fils et sa petite sœur, puis nos parents accompagnés de mon frère et ma belle-sœur. Finissant avec nos meilleurs amis, dont Clem, toujours présente à mes côtés. Moment familial, tout ce qu’il y a de classique lorsqu’il y a un nouveau-né.


Une fois rentré à la maison, on débute donc un nouveau chapitre de notre vie. Après le mariage, le premier bébé, le deuxième bébé... Je vous assure qu’il n’y en aura pas de troisième. Avec mon amour, on s’est mis d’accord là-dessus. On voulait deux enfants de base. On a tous les deux grandi avec quelqu’un dans nos âges et du sexe opposé (j’ai un petit frère et il a une grande sœur) ce qui sera le cas de nos enfants. Quand je nous regarde, je me dis que c’est parfait, il n’y a rien à rajouter. Après la naissance de mon Luciano, je voulais déjà un autre enfant, et une fille. Je voulais deux enfants au total et un coup du roi. Comme plusieurs personnes, je voulais plusieurs enfants qui grandissent ensemble. Le mari, la maison, les chats et les deux enfants... Je n’aurais jamais cru avoir cette vie-là un jour, comme je vous l’ai déjà expliqué, et avec le recul, je n’aurais pas pu rêver mieux.


Je repense à tout ce chemin parcouru. Il y a environ cinq ans, j’étais une petite brunette de 23 ans, baisée dans les toilettes d’un bar par un quasi-inconnu avec qui j’avais commencé à flirter.

Je repense à la suite de la soirée, où ce beau mec mer m’amène chez lui pour une nuit somptueuse. La sodomie qui a suivi le lendemain.

Je repense à ce mec qui devient mon copain, chez qui j’emménage.

Je repense à ce bel italien qui devient ma relation la plus sérieuse et la plus longue et la plus enrichissante dans ma vie sexuelle.

Je repense à ce voyage en Italie, où il me demande ma main.

Je repense à ce mariage, le plus beau jour de ma vie, où je deviens sa femme et lui mon mari.

Je repense à cette lune de miel qui est l’un de mes plus beaux souvenirs en tant que femme mariée. Un moment unique dans la vie d’un couple de jeunes mariés.

Je repense à ce matin où le test de grossesse est positif.

Je repense à ce moment où je deviens une mère.

Je repense à ce moment où ma deuxième enfant est née. Mon mari à mes côtés.


Toute cette vie que je ne pensais pas avoir et que j’ai eue. Cette vie que je n’avais pas spécialement demandée mais que je remercie le ciel de me l’avoir donnée (même si je ne suis pas croyante, on s’en fout).


Je repense alors à notre toute première rencontre. Tout est parti d’un groupe de mecs abordés par ma meilleure amie Clémentine. Un groupe de mecs qui vantaient les miracles au lit de leur ami, qui m’a tapé dans l’œil et vice et versa. Un défi que je lui lance, pour voir s’il est aussi bon que ça. Moi, la mal baisée qui a l’occasion de me faire un vrai homme qui me plaît vraiment et à qui je sens que je plais vraiment.

Je repense à ce moment où sa bite a pris possession de ma petite chatte pour la première fois.

Je repense à cette sensation d’être remplie à merveille par cette queue de dix-huit centimètres et d’une bonne largeur. Une sensation que je n’avais encore jamais éprouvée.

Je repense à mon orgasme, le plus formidable que j’ai eu, qui m’a fait prendre conscience que c’était lui le bon. Tout part de là, tout part de cette soirée.


Je repense aussi aux autres, à mon petit-copain de l’époque qui m’avait dépucelée. Un moment nul, mais qui m’avait fait devenir femme. À ce Sénégalais au pieu de 25 centimètres qui m’avait cassée en deux, à cet enfoiré qui m’avait ramenée chez moi pour me baiser pour son seul plaisir avant de partir dans mon sommeil après avoir pris soin de recouvrir ma poitrine de son sperme, à tous ces hommes qui me sont passés dessus et qui ne m’ont rien apporté sexuellement, à part nourrir ma chatte de mauvaise saucisse.


Je repense surtout à ce Diego, mon premier bisou, le premier à m’avoir touché les seins quelques années plus tard. Celui qui voulait être le premier à me baiser, faire de moi une femme ou plutôt sa chienne. Ce mec qui rêve toujours de me baiser. Et qui m’aurait sûrement bien baisée et donné le plus de plaisir que les autres, car d’après ma meilleure amie, c’est un super coup avec une queue supère épaisse. Mais bon, cela reste le pire moralement que tous les autres... Bref, les anciens de ma vie sexuelle ne sont vraiment pas des médailles d’or.


Je repense à tous ces hommes et au fait qu’ils n’arriveront jamais aux chevilles de mon mari.


— Claudia, t’es dans ton monde ?


Je sors de mes pensées, mon amour me rejoint dans notre lit, il se rapproche de moi et je l’embrasse. Toutes ces pensées m’ont donné envie de lui, comme toujours à vrai dire. Très vite, notre baiser sensuel se transforme en léchouille sur le corps de l’autre, sa langue venant s’occuper de ma douce paire de seins alors que je lui lèche le cou. On bascule rapidement en 69 pour se donner un plaisir mutuel. Je le suce langoureusement et il me lèche avec passion. Une dizaine de minutes suffisent pour nous donner l’envie irrésistible de nous encastrer. Et me voilà me déhanchant sur lui, sa queue bien placée dans ma chatte trempée, son gland tapant contre mon col de l’utérus. On gémit, on halète, on prend notre pied érotiquement. On en aura eu des parties de jambes en l’air débridées, mais là, il ne s’agit que de sentiment. Ce n’est pas nos corps qui baisent, ce n’est pas nos sexes qui se niquent, ce sont nos sentiments amoureux qui se font l’amour.


Quelques minutes plus tard, on se retrouve en cuillère et mon homme me susurre à l’oreille « j’ai une surprise pour toi mon amour ». Après avoir cherché quelque chose dans le tiroir de sa table de nuit, il me met sous le nez un gode d’au moins vingt centimètres et d’une plus grosse épaisseur que son sexe à lui.


— Au début de notre relation, tu m’avais dit que ton fantasme était une double pénétration, mais que tu ne voulais pas deux hommes avec toi. Seulement un homme de confiance et un gode.

— hann, tu te souviens de ça mon cœur.


Il me caresse la chatte pour me pendre de la mouille et venir humidifier mon cul et il commence à doucement me pénétrer mon anus alors que je grogne légèrement. On ne pratique pas souvent la sodomie, car ce n’est pas ma pratique préférée. Une fois bien rentrée, il me pose le gland du gode sur mes lèvres et je commence à sucer ce gode au goût fade de plastique afin de l’humidifier. Il me l’enfonce ensuite avec délicatesse dans mon vagin. Cela me donne une sensation incroyable d’être remplie par-devant et derrière en même temps. Il commence à faire des va-et-vient dans mon anus tout en faisant remuer le sexe en plastique qui visite ma chatte.


— Hann, ouuuuh, hannn, ouuuh.

— Tu aimes mon amour ?

— Hannn, ouiiii, bébéééé, ouiiii, hannn, je t’aiiiime, ouiiiiii, hannn.

— Jouis mon amour, jouis.

— Hannn, uggg, urrgh...


Cet orgasme restera dans ma mémoire, cette double pénétration est magique. Une fois que je reprends mes esprits, je retire finalement le gode pour me retirer mon cul de la bite qui est enfoncée à l’intérieur. Je m’allonge doucement sur le dos et invite mon homme à venir jouir à son tour. Une fois de retour dans ma chatte, il recommence ses coups de bite érotiques, et excité comme un dingue, il vient rapidement remplir mon vagin de sa semence.

On s’embrasse, se câline encore, on se dit que l’on s’aime, pus petit à petit, on se blottit l’un contre l’autre pour s’endormir paisiblement, dans les bras de l’amour de notre vie.

FIN

Diffuse en direct !
Regarder son live