Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 2 589 fois
  • 52 J'aime
  • 2 Commentaires

weed end de sexe

Chapitre 1

Divers

Divicorcée, depuis plusieurs années, j ai un amant que je vois au gré de mes envies. Un soir celui-ci, m’a exhibé, cela s’est passé ainsi. J avais laissé mon chien Scout a ma fille pour le weekend car je passais ces deux jours avec Jean, il avait loué un mobil home en bord de mer, il y avait une plage naturiste Jean mon amant avait insisté pour s y rendre, prude et malgré tout j avais accepté a condition de se mettre a l abri dans les dunes, pensant être tranquille et que si nous nous étions embêtés, nous quitterions l endroit immédiatement. Je me rendrais compte de mon erreur un peu plus tard.

Installes dans le creux d une dune, nous étions mis nus .Allongée nue sur le ventre, je demandais a mon mari de me mettre de l huile solaire, il m enduisait le dos, reprenant le flacon, je l entendais marmonner, il y avait un homme assis en haut de la dune. Chauffée par le soleil, troublée aussi d être vu nue par un inconnu.

« Fais comme s il n était pas la », dis je, continue à me mettre huile solaire sur les fesses «

Ensuite, il d était allongé a mes cotés, je lui demandais ce que faisait l homme. Il me répondit : il est toujours la, je pense qu’il se touche en te regardant.

Cela m excitait un peu, toujours allongée sur le ventre la main de Jean sur les fesses, je parvenais à attraper la verge de mon homme Jean. Je commençais à le branler de son coté, sa main avait glissé dans mon entrejambe, tu es trempée, ca t excite ??

Tout en me caressant, Jean m informait du comportement de l inconnu. »Ca y est c est sur il se branle, continues ma chérie, laisses toi aller, va s y écartes un peu plus les jambes. Il se lève, il bande, retournes toi tu le verras. »

Je me mettais sur le dos, appuyée sur les coudes je regardais l homme, bite en main se branler. Jean m écartait les jambes, découvrant mon intimité fraichement épilé a cet inconnu.Il s était approché a un mètre de nous lorsqu’ il lâcha ses giclées de sperme sur le sable.

Aussitôt l éjaculation finie il tourna les talons et s enfuit a vivre allure.

Nous éclations de rire. Un rire a la fois nerveux et heureux

Tandis que Jean remettais son slip, j enfilais ma robe de place, nous rentrions au bungalow car l heure d départ s approchait. Je m étais trouver a l aise nue sous cette robe, si bien que je ne changeais pas toujours nue sous ce semblant de robe de tissus.

Nous roulions sur l’autoroute, J’étais éreintée par notre péripétie dans les dunes, et la monotonie du trajet, me fit m’endormir très rapidement.


Lorsque je m’éveillais, ma robe était anormalement remonté et un de mes seins était apparent, je pensais qu’en me bougeant, j’avais du la remonter sans faire exprès. Je pensais alors au routier que nous avions pu doubler et qui ont bien du se régaler en me matant. Cette pensée m’humidifia un peu la chatte. Je n’avais toujours pas ouvert les yeux, car j’étais entre deux eaux. Je sentis la main de mon mari sur ma cuisse, tentant d écarter mes jambes. Je me rendais compte que ce n’était alors pas un accident si ma robe était remontée et que ma chatte ainsi que mon sein était à la merci de tous les usagers de la route. C’était mon mari qui était à l’origine de cette exhibition.


Cela m’excitait beaucoup de savoir que mon homme aimait ainsi me montrer. Je décidais alors d écarter les jambes et de ne pas bouger. Par moment je sentais notre véhicule ralentir un petit peu, puis accélérer de nouveau. Souvent après cela, un coup de klaxon joyeux nous saluait. En fait mon mari s’amusait à dépasser un camion ralentir au niveau de sa cabine afin d’attirer son attention, puis accéléra de nouveau. Certain routier pour remercier mon mari de la vue qu’il leur avait offert de ma chatte et mon sein lui disait merci par un petit coup de corne.


Nous arrivions au péage. Une fois stopper dans la file d’attente, mon chéri remonta le plus haut possible ma robe en prenant soin de ne pas me réveiller afin qu’il puisse continuer de m’exhiber. Ma chatte était bien visible du coté de la guérite du salarié de la compagnie d’autoroute.


Une fois a la cabine péage, je crus entendre un léger hum joli, de contentement de la part de l’employé qui encaissa mon époux. Après avoir roulé quelques kilomètres après cela, j’avais toujours les fesses à l’air, bien qu’il n’y ait plus de camion qui pouvait en profiter. Mon époux stoppa la voiture. Ce salaud m’avait emmené en foret, sans doute dans un coin ou les voyeurs viennent pour mater les couples en train de baiser.


Mon chéri m’avait emmené ici pour offrir mon corps à ces voyeurs. J’entrouvris à nouveau un œil. Manifestement, nous n n’étions pas seuls. Je pouvais voir deux voyeurs agiter leurs queues en regardant le bas de mon corps.

C est à ce moment, que je feignais de me réveiller.

Je poussais un OHH de surprise, Jean s excusa, disant qu’il en mourrait d envie, que l aventure dans les dunes lui avait donné des idées et, que c était Patrick qui y amenait sa femme, qui lui avait indiqué ce lieu.

-Non, non, au contraire, j adore cela et j’aimerais faire plus que m exhiber, si tu es d accord

-Tu veux dire baiser avec des inconnus ?

-Oui, à condition qu’ils mettent des préservatifs

Ils me baissèrent trous les trois, j ai du les pomper tous les trois, ils me fouillèrent les deux orifices, je refusais cependant la sodomie. Pour finir ils ont éjaculé de concert m aspergeant le visage et la poitrine de leur sperme



Nous avons ensuite repris la route. Arrivés à quelques pâtés de maison de chez moi, je remettais ma robe en place histoire de ne pas passer pour une salope auprès des voisins, la pénombre masquant les traces de foutre sur mon visage et dans les cheveux .Je rentrais chez moi, ma fille avait ramené Scout, qui me faisait la fête, je lui caressais les flancs et je constatais que son sexe était en érection.

Un mot était posé sur la table, il y était noté : maman, il faut qu’on parle, ta fille qui t aimes, Zoé.

Soucieuse, je laissais Scout et je décidais de prendre une douche. Je passais dans la chambre poser ma valise. Et la, surprise, une armoire était ouverte, le soutien gorge seins nus, la guêpière et le short cycliste découpé ainsi qu’une boite contenant des photos de Scout et de moi dans des situations assez hard, réalisées a l’aide d une télécommande.

Mon secret a été percé, il faudra que j assume auprès de ma fille.

Enervée, je me dénudais, sortais de la chambre nue, il fallait que je me calme, je m installais dans le fauteuil, tapotais ma chatte. Signal pour Scout de venir me lécher le sexe. En moins de cinq minutes, il me fit jouir, je le faisais se coucher et pour le remercier je lui prodiguais une pipe avalais sa pine jusqu’ a la base de la boule, et il déversa tout son jus dans la bouche.

Calmée, je me relevais et je prenais ma douche. Apres une légère collation, je me couchais.

Le petit mot de ma fille me revenait en tête.Après tout, c est ma vie, je la mène comme je l entends, mais je n échapperais certainement pas a une petite discussion avec Zoé ma fille.

Diffuse en direct !
Regarder son live