Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 39 412 fois
  • 82 J'aime
  • 0 Commentaire

Un week-end avec Guillaume et Coralie

Chapitre 1

Avec plusieurs hommes

J’ai fait la connaissance de Guillaume, lycéen, il y a quelques mois lors d’un trajet en covoiturage qui s’est déroulé de manière surprenante (voir "Un covoiturage avec Guillaume") et nous nous sommes revus pour de nouvelles aventures.


Après les fêtes de fin d’année, nous avons repris contact et il m’a proposé qu’on se voie en fin d’après midi dans un café en ville, il souhaitait me présenter quelqu’un. Et tous les personnages de ce récit ont bien sûr l’âge requis pour figurer dans les histoires du site Xstory.


***************************************


Il fait très doux, il est 17h environ et le jour décline rapidement. Je suis en terrasse et Guillaume apparaît, accompagné d’une jeune femme qui me semble avoir son âge à peu près, sans doute une copine de lycée. Evidemment, compte tenu de ce qui s’est passé entre nous je suis un peu surpris.


— Salut, je te présente Coralie, c’est une copine du lycée ...

— Bonjour Coralie, ravi de faire ta connaissance.

— Bonjour Monsieur ...


Ah, OK, moi j’ai droit à "Monsieur", bien joué. Ils s’assoient, je laisse passer le temps nécessaire au garçon pour prendre les commandes et je m’adresse à mes "jeunes".


— Alors Coralie, tu es dans la même classe que Guillaume ?

— Euh non, c’est une autre classe, mais en gros, on fait la même chose, on a des cours en commun, et donc on a fait connaissance ...


Fort bien, mais il va falloir entrer dans le vif du sujet, car j’ai bien compris que Coralie n’était pas là ce soir avec Guillaume et avec moi sans que Guillaume lui ait parlé de ce qui s’était passé entre nous ... mais jusqu’à quel point exactement, et pourquoi me présente-t-il cette jeune femme ?


Coralie est petite, je dirais 1 mètre 60 environ, donc bien plus petite que Guillaume et moi, elle est brune avec des cheveux raides, en fait presque noirs, elle a un beau visage un peu passe-partout et elle est un peu ronde, mais ce que je vois, c’est aussi une poitrine assez volumineuse pour sa taille. Sa peau est mate, une peau que je trouve "chaude" et qui me donne toujours envie de caresser.


Je me tourne vers Guillaume et le regarde fixement :

"Alors, dis-moi Guillaume, raconte-moi pour quelle raison, ou dans quel but, tu me fais rencontrer Coralie ?


Bon, il est un peu gêné mon lycéen, et manifestement il ne sait pas très bien par quoi commencer :

"

Eh bien ... En fait ... Euh ... Enfin, avec Coralie on a discuté un peu de choses, comme ça tu vois ...


— Hum, non, Guillaume je ne vois pas, raconte-moi, de quoi vous avez parlé, quand, comment, pourquoi ? (Je vois bien que mes questions le torturent, le pauvre).

— Ben, j’ai raconté à Coralie ce qui s’était passé entre nous, et ... ben elle m’a dit qu’elle voulait ... qu’elle aimerait ...

— Guillaume, Coralie, il y a une chose importante entre nous, c’est qu’il est toujours préférable que cela reste entre nous, quoi qu’il se passe, quoi qu’on se dise, je vous demande d’être discrets.


Silence ...


— Donc Guillaume tu as discuté de sexe avec Coralie et de tes récentes expériences, j’ai compris. Coralie, tu en penses quoi et pourquoi es-tu ici ?


Ah ben moi, y a pas de problème, je dis rien c’est sûr ...


— Et qu’attends-tu de notre rencontre ?

— ... Ça me plaît ce que m’a raconté Guillaume, et j’ai envie de ... enfin de faire pareil.

— Très bien, mais pourquoi avec Guillaume et moi ? A priori, ce qui s’est passé entre lui et moi, c’est une relation homosexuelle, non ?

— Oui oui, mais il m’a dit qu’il n’y avait pas de problème, que lui et ... vous, ben vous n’êtes pas vraiment homo quoi ... enfin, c’est ce que j’ai compris ...

— D’accord, c’est vrai, je ne suis pas "homo" ou alors pas seulement ... En fait, Guillaume est ma première liaison homosexuelle et effectivement, nous n’avons pas a priori fixé de limite entre nous, même si j’avoue que j’ai eu du plaisir à cette relation ... Et toi aussi Guillaume ?

— Euh oui oui, j’adore ... mais c’est vrai que ... enfin, voilà, on en a parlé avec Coralie et ... ben, voilà, elle me plaît bien (dit-il avec un air gêné, je crois qu’il ne le lui avait jamais dit encore)."

— C’est super mon grand ! Et alors, qu’est-ce que je peux faire pour vous dans ce cas ?


C’est Coralie qui répond :

"Ben moi, je veux faire quelque chose de plus quoi ... Je suis déjà sortie avec des garçons, je suis plus vierge tu vois (elle me tutoie ...) et il y a des trucs que je veux essayer, quoi, enfin tu comprends ...


Eh bien, évidemment que je comprends, mais ce que je comprends surtout c’est que si j’étais son père, je n’aimerais pas, mais alors pas du tout, ce qu’elle est en train de me raconter.


"

Tu es mignonne Coralie, j’ai compris. Tu as envie d’explorer la sexualité et ce que t’a raconté Guillaume t’a semblé ... intéressant, c’est ça ?


— Ben oui, grave ... "

— Et toi Guillaume, tu as envie aussi que nous invitions Coralie avec nous ? Et tu vois ça comment ?

— Ouais, ça me ferait plaisir ... Comment ? Ben je sais pas ... j’ai pensé que chez toi ...

— OK, je m’en doute. Mais comment vous voulez venir chez moi tous les deux un soir, ou même peut-être un week-end, comment vous voyez les choses ?


C’est Coralie qui répond et je me rends compte qu’elle sait ce qu’elle veut et que c’est sans doute elle qui a l’ascendant sur Guillaume dans cette histoire.


— Oui, ben c’est simple, Guillaume reste.


Je les observe, manifestement ils ont déjà bien discuté de leur projet et je n’ai plus mon mot à dire. Je suis certain qu’ils ne comprendraient même pas que j’hésite : un plan à trois avec deux jeunes gens comme eux, ils sont sûrs que je vais sauter dessus.


"Parfait, vous avez donc déjà préparé vos alibis ! Et juste pour mon information, c’est pour quand ?


— On a pensé au week-end prochain ...

— Ah ! D’accord ... Bon c’est vrai que tu sais que je suis disponible Guillaume, puisqu’on avait échangé des SMS à ce sujet ... OK ... Bon, eh bien alors, je vous propose de vous inviter tous les deux à passer le prochain week-end avec moi, hein, vous êtes d’accord ?


Évidemment, cela se sent que je suis pris de court et même un peu embarrassé, mais dans le fond ça a été comme ça avec Guillaume depuis le début, quelque chose d’imprévu à la limite de ce que je peux contrôler, des surprises, des risques, aussi, et ça continue avec Coralie maintenant.


Donc les jeux sont faits, ces deux lycéens ont tout organisé et me placent devant un fait accompli : ils se sont invités chez moi le week-end prochain pour du sexe ! Super la jeunesse ! Les choses ont bien changé depuis l’époque – qui me paraît du coup tellement lointaine – où j’étais au lycée.


Je me permets de leur exposer mes états d’âme, pour que les choses soient claires, évidemment je suis flatté, et je leur avoue même que je bande en les écoutant – Coralie est un peu surprise de ma spontanéité, mais Guillaume sourit – et je leur recommande encore une fois la discrétion et ...


"

Mais attention, hein, vous n’invitez pas un copain ou une copine de plus, OK ?


Cela les fait rire et détend l’atmosphère, on est arrivé au bout du deal, tout est d’accord entre nous. On discute encore un peu, j’interroge un peu plus Coralie sur ses "expériences amoureuses" et l’adjectif "amoureux" n’est manifestement pas adapté à ce qu’elle me raconte : du sexe, que je trouve assez sordide, du lourd, de la pornographie d’adolescents qui imaginent faire comme des grands ... mais où va la jeunesse ? Je commence à me dire que je dois imaginer autre chose pour cette jeune femme, elle m’attendrit avec ses récits tellement au-delà de ce qu’est l’amour. Je vais y réfléchir.


***************************************


Guillaume, Coralie et moi avons rendez-vous vendredi en milieu d’après-midi sur le parking d’un supermarché à la sortie de la ville. Le temps est pluvieux, mais toujours aussi doux. Nous allons faire quelques commissions pour notre week-end, je discute un peu avec Coralie sur les denrées à acheter, elle ne fait pas vraiment la cuisine, je sens que ça va encore être moi qui vais devoir m’y coller. Je leur explique qu’on ne va pas se jeter les uns sur les autres en arrivant, qu’on va prendre le temps de se préparer et notamment de préparer des menus pour nos repas, que je tiens à ce que ce soit assez "classe" et pas trop "trash". Ils ont l’air de comprendre l’idée et d’être d’accord. Je prends du champagne, du mascarpone pour que Coralie prépare un tiramisu (elle m’assure qu’elle sait faire) et je prends une assez grande variété de fruits, de chocolats, y compris de la pâte à tartiner ... Oui, j’ai des idées en tête.


Nous arrivons chez moi un peu avant 18h, nous débarrassons la voiture, je mets de la musique (enfin, bon, je leur laisse le soin de décider de la musique, mais ça va, ce n’est pas trop dur à mes oreilles). Même si les hostilités ne sont pas encore lancées, je prends toutes les occasions pour des gestes d’intimité : j’embrasse Guillaume et lui tapote les fesses, puis je complimente Coralie sur sa silhouette, je caresse ses cheveux et lui dépose des petits bisous dans le cou ... Bref, j’installe autant que possible une ambiance érotique pendant que nous préparons le repas : rien de bien compliqué, des œufs durs (qui a vu l’Empire des Sens ?), des crudités, un bol de houmos, du jambon, des cornichons ... de quoi grignoter en faisant d’autres choses. On passe au salon, on prend place sur les canapés, on dispose le repas sur la table basse, la musique en fond sonore (j’ai repris le contrôle et baissé le volume) et lumières douces, bougies et cataphores.


— Les jeunes, je vous ai préparé un jeu pour avancer dans la soirée. Voilà le principe : on lance les dés et celui qui a le plus gros score décide d’un gage.


Il y a quelques protestations de forme, je sers un petit apéritif, on commence à grignoter et on lance les dés une première fois. C’est moi qui sors un 6, donc j’ai la main pour le premier gage, ouf.


— Coralie, tu vas nous faire à tous les deux des petits bisous sur la peau là où tu veux, mais tu ne peux pas enlever ou soulever de vêtements. Et nous, on ne peut pas se soustraire.


Puis "Guillaume, tu vas nous serrer chacun dans tes bras, nous serrer très fort, vas-y". Les dés roulent, lorsque Guillaume ou Coralie gagnent, ils restent assez bien dans les limites que j’ai en tête et je n’ai pas besoin de faire la police, par contre à chaque fois que j’ai la main, j’augmente un peu plus le niveau érotique.


— Très bien, Guillaume et Coralie, vous allez vous embrasser longuement, pendant 1 minute, et pendant qu’ils s’embrassent, je m’approche d’eux et commence à leur caresser les fesses. Nous avons encore tous nos vêtements, mais je glisse mes mains sous les tee-shirts et je les sens frissonner de ces premiers contacts plus charnels. Le jeu continue, je leur fais retirer les hauts, puis les bas, ils ne sont pas en reste avec moi, nous sommes maintenant en sous-vêtements. A mon tour, je leur demande de venir contre moi sur le canapé. Nous nous embrassons, nous caressons, cela s’échauffe et je leur dis que nous allons tous aller dans la salle de bains, direction la douche pour tout le monde.


Comme nous l’avions déjà fait avec Guillaume, nous faisons une toilette "profonde", et j’apprends à Coralie comment se préparer à ... toutes les éventualités ! Ah, manifestement elle n’a pas encore tout exploré, mais après une petite hésitation, elle comprend de quoi il s’agit et elle entre dans le jeu, après tout, c’est ce qu’elle voulait. Maintenant que nous sommes tous les trois nus, je ne me prive pas de caresses intimes. J’embrasse Guillaume en lui prenant les testicules et le sexe à pleine main, je dépose des baisers appuyés sur les tétons de Coralie, ce qui lui arrache des petits cris et des rires. A la fin de la toilette, j’explore d’autorité les culs de mes tourtereaux avec un doigt bien profond, tout est en règle et le ton est donné. Et Coralie commence à être bien excitée par la testostérone ambiante.


Coralie est une brune. Ses aréoles sont très sombres, larges et le téton est un peu plus clair et nettement saillant sur sa poitrine opulente. Elle a un beau cul qui remplit les mains, et le sexe épilé laisse voir des grandes lèvres presque noires, très sombres comme l’est son anus.


— Tenez, j’ai un cadeau pour vous deux, et je leur remets à chacun un peignoir tout neuf et tout doux, je ne laisse vraiment rien au hasard. Ils sont surpris et tout contents, même si j’ai vu un peu grand pour Coralie, mais elle est ravie comme une petite fille. C’est dans la bonne humeur que nous retournons au salon où la table basse est toujours approvisionnée.

— Coralie, on va te bander les yeux avec une écharpe, et on va te faire déguster des choses au hasard, tu devras reconnaître ce que c’est. Allez, on ne discute pas, on y va !


Commence une suite de surprises et de découvertes. Avec Guillaume, nous nous succédons pour faire goûter des légumes crus, du jambon, des olives, des fraises, du piment à une Coralie qui se prête volontiers au jeu en riant et en appréciant. Entre deux aliments, je lui mets ma bite en bouche, elle suce goulûment et c’est le début de nos débauches. Guillaume a retiré son peignoir et s’est placé entre les jambes de Coralie et lui suçote la peau des cuisses en remontant lentement vers son sexe qui commence à suinter. Elle gémit de plus en plus fort, avale un fruit ou une noisette de pâte au chocolat, et Guillaume arrive à son sexe qu’il lape doucement en provoquant des contorsions de Coralie. Elle a toujours les yeux bandés et de plus en plus souvent mon sexe en bouche. Puis Guillaume a manifestement appuyé ses léchouilles et Coralie pousse un petit cri, suivi de quelques secondes en apnée, elle vient d’avoir un premier orgasme.


Le second canapé est un clic-clac que j’ouvre, j’étends un drap-housse et avec Guillaume, on installe une Coralie à moitié dans les vapes sur ce lit. Elle a toujours son peignoir et les yeux bandés, elle commente son orgasme "Oah, c’était super les gars, j’en veux d’autres comme ça !". Ne t’en fais pas, c’est prévu, et même plus.


Je demande à Guillaume de s’intéresser à la volumineuse poitrine de Coralie, pendant que je me mets à mon tour entre ses jambes. Guillaume suce, malaxe, mordille les seins de Coralie, la mettant dans un état de transe ponctué de cris et de gémissements, et pour ma part, je plaque ma bouche sur son sexe. J’introduis deux doigts dans sa grotte, en crochet vers le haut, sur son point G que je détecte à sa texture. En appuyant sur cette zone très sensible, j’appuie aussi sur la partie interne du clitoris que je titille et suçote avec soin. Il ne faut pas longtemps pour que Coralie se cambre et explose d’un second orgasme, encore plus fort, un cri et à nouveau une phase d’apnée ... je m’inquiète qu’elle reprenne quand même son souffle, cette fille est une jouisseuse, mais je préfère qu’elle respire quand même encore !


Je fais signe à Guillaume de lever le pied un peu et on attend comme ça que Coralie se remette de ses émotions, mais dès que c’est fait, nous repartons tous deux à l’assaut et la pauvre fille n’en a pas pour longtemps à jouir à nouveau. Je crois qu’on lui a mis une bonne dose, elle va être calmée quelques minutes. Je quitte donc ses cuisses et j’attire Guillaume à moi, nous nous allongeons à côté de Coralie, tête-bêche, et nous entamons un 69 viril, moi dessous, Guillaume au-dessus de moi. Je prends plaisir à sucer ses couilles et sa bite tout en lui mettant deux puis trois doigts dans le cul, que je fais aller et venir avec force. Il me suce, et me caresse l’anus et les bourses, mais manifestement le traitement que je lui inflige le déconcentre de son ouvrage et lui arrache des gémissements. Coralie, revenue à elle, nous observe avec beaucoup de gourmandise.


Elle se met à genoux à côté de nous et va chercher la bouche de Guillaume, et d’une main, elle se caresse l’entrejambe avec une technique personnelle : elle se tapote vigoureusement la chatte de petits coups rapides, je note pour ma gouverne et pour plus tard, ça me donne des idées. Mais pendant ce temps, je continue mon traitement sur Guillaume qui finit par se crisper et me lâcher une belle éjaculation en bouche que j’avale avec plaisir, il s’effondre près de moi et Coralie le suit en s’allongeant sur moi pour continuer de l’embrasser.


Cela fait environ 1 heure et demie que nous avons commencé, et le temps est venu de nous reposer. La radio diffuse du jazz cool, la lumière est basse, nous sommes tous les trois sur le canapé, le chauffage est assez fort pour qu’on se sente bien. Coralie se place à côté de Guillaume, je profite d’être libéré pour me lever et aller aux toilettes. En revenant, j’éteins quelques bougies, les autres se consumeront et je mets un plaid sur les deux tourtereaux avant de monter dans la chambre à l’étage. Je vais les laisser s’amuser entre eux et dormir de mon côté.


A suivre.

Diffuse en direct !
Regarder son live