Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 11 131 fois
  • 98 J'aime
  • 4 Commentaires

Week-end avec mon meilleur ami

Chapitre 1

Gay

Mes parents étaient hors de la ville pour le week-end, trois jours de pure liberté et de bonheur. Tout le monde s’attend à ce que vous organisiez une grosse fête quand vous êtes seul à la maison pour le week-end, mais avouons-le, parfois se détendre seul à la maison est encore mieux. C’était un week-end de juin chaud, ensoleillé, pas un nuage en vue. J’étais allongé dans mon lit, regardant par la fenêtre et planifiant la journée à venir. C’était une journée parfaite pour utiliser la piscine de l’arrière-cour; nager, bronzer et se détendre. J’y ai pensé une minute. Peut-être qu’avoir de la compagnie ne serait pas une mauvaise idée. J’ai sorti mon portable et j’ai envoyé un texto à Daniel. Mon meilleur ami dans le monde entier. 

"Hé, je suis seul à la maison pour le week-end. Apporte tes affaires pour que tu puisses rester ici », ai-je rapidement envoyé un texto. 

"Tu as quelque chose en tête ?" fut sa réponse. 

"Se détendre à la piscine, prendre des bières, comme d’habitude", ai-je répondu par SMS.

 "Génial, j’avise mes parents et je m’en viens" répondit-il 5 minutes plus tard.

Donc, dans cet esprit, je me suis changé pour mon maillot de bain afin que je puisse être prêt avant son arrivée. 

"Pas si mal" ai-je pensé en me contemplant dans le miroir vêtu seulement de mon maillot de bain.

J’étais un garçon de 18 ans assez ordinaire. Je mesurais environ 6 pieds, j’avais des cheveux noirs avec des yeux bruns ronds. Mon visage était plutôt agréable et j’avais un joli corps à mon avis. Je n’étais pas musclé ou quoi que ce soit mais j’étais bien bâti. On sonna à la porte, c’était Daniel, il était là avec un six pack de notre bière préférée. Je lui ai ouvert la porte et il se tenait là, souriant de son sourire blanc malicieux. Il était, objectivement, un beau garçon. Il avait des cheveux bruns ondulés et une paire d’yeux ronds et verts, je pouvais facilement voir pourquoi les filles craquaient pour lui.

Il est entré et il a fait comme chez lui. C’était après tout une deuxième maison pour lui. Daniel et moi, nous nous connaissons depuis que nous avons 4 ans. Depuis notre rencontre, nous sommes inséparables. Nous sommes ce genre d’amis capables de communiquer entre eux d’un simple coup d’œil.

"Je vois que tu es prêt !" dit-il en me regardant vêtu seulement de mon maillot de bain.

"Eh bien, c’est une journée parfaite pour aller nager après tout" dis-je en désignant la piscine à l’extérieur.

Nous nous sommes dirigés vers la piscine avec notre bière et notre petit haut-parleur pour pouvoir écouter de la musique. J’ai plongé dans la piscine pendant que Daniel prenait une gorgée de sa bière et enlevait sa chemise pour qu’il puisse me rejoindre dans la piscine. Nous parlions de bêtises pendant que nous buvions quelques bières.

Finalement, la conversation s’est tournée vers le sexe comme d’habitude. Nous avons commencé à parler des filles que nous trouvions sexy à l’école et des raisons pour lesquelles nous les trouvions sexy. Comme cela doit arriver quand vous parlez de seins, j’ai commencé à être excitée (la bière n’aidait pas non plus).

"Mec, nous devrions juste parler d’autre chose" ai-je dit paresseusement "sinon je pourrais bientôt arborer une énorme érection à cause de toutes ces discussions"

« Hahaha ! » se moqua Daniel "Cette chose est si petite qu’elle serait à peine perceptible"

"Tu passes beaucoup de temps à penser à ma bite?" ai-je demandé en plaisantant.

"Pas grand-chose à penser, vraiment" répondit-il en projetant de l’eau dans ma direction.

"Tu y penses encore" répondis-je avec un peu plus d’eau dans sa direction.

"Bâtard! Celui-là m’est tombé dans l’oeil ! Tu es mort » il s’est jeté sur moi.

Alors un match de lutte sous-marine a commencé entre nous. Difficile en plus. L’eau rendait tout plus difficile et la bière me rendait paresseux. J’ai essayé de le saisir et de le coincer sans succès. Le résultat du match de lutte était juste nos corps se brisant ensemble dans l’eau. Daniel a dû en avoir marre, car il s’est débarrassé de moi et est sorti de la piscine.

"Ne sois pas un mauvais perdant !" Lui criant  dessus en sortant de la piscine.

Nous avons recommencé à nous battre en riant. Nos deux corps se battent pour obtenir le contrôle dans un enchevêtrement d’eau et de sueur. Il essayait de me renverser, mais j’ai réussi à le coincer complètement. Tout mon corps était sur lui, donc il n’avait plus moyen de se libérer maintenant. Nous étions maintenant tous les deux haletants à cause de l’effort. Je lui souris avec arrogance. J’avais gagné. Pourtant, j’ai remarqué quelque chose de curieux; mon bassin était bien trop près du sien dans cette position. Trop près. En fait, ils se touchaient, réalisai-je. C’est alors que ça a commencé à arriver. J’ai commencé à le sentir venir. Je commençais à être dur, juste là. 

Quelle horreur ! Ma bite devenait dure juste au-dessus des couilles de mon meilleur ami. J’ai paniqué et j’ai relâché Daniel rapidement pour que je puisse m’asseoir et cacher mon érection avec mes jambes.

"Hé, tout va bien ? Tu as l’air bizarre » demanda-t-il inquiet en s’asseyant.

"Ouais, non, ce n’est vraiment rien, juste une mauvaise crampe, trop de bière" dis-je en essayant d’agir normalement.

Mon visage me trahissait, il était rouge comme un soleil brûlant.

"Ouais, ça doit être une énorme crampe" dit-il d’un ton bizarre en se couchant pour profiter du soleil. 

"J’espère que tu iras mieux mec !" dit-il en fermant les yeux et en mettant son visage au soleil. 

J’étais très gêné. Est-ce que je suis devenu dur à cause de Daniel ? Cela devait sûrement être un accident. Des boners aléatoires se produisent tout le temps, c’était juste un mauvais timing.

Encore… J’ai regardé Daniel. Il était tout allongé, profitant du soleil. Puis j’ai vraiment regardé. Il était plutôt bien fait pour un mec. Il était aussi grand que moi, mais il avait plus de muscles. Et il avait l’air plus adulte, plus homme en quelque sorte. Ça devait être les poils du corps, il était définitivement plus poilu que moi. Ses jambes étaient parsemées d’épais cheveux bruns, tout comme ses avant-bras; il commençait également à avoit de fins cheveux brun foncé au milieu de sa poitrine, ce qui conduisait à une ligne de cheveux de plus en plus épaisse qui traversait ses abdominaux bien définis, une ligne qui descendait jusqu’au renflement de son short de bain . Ce renflement, le renflement qui cachait sa bite. Je me demandais, à quoi ressemblerait-il nu ? Peut-être que ses couilles sont aussi poilues que ses jambes. Mec, je redevenais dur. Et cette fois, je devenais dur à force de regarder Daniel, il n’y avait aucun doute. 

Qu’est-ce qui se passait? Sûrement la bière, oui définitivement la bière me rend stupide. J’ai attendu que mon boner descende et j’ai rejoint Daniel. Nous y sommes restés un moment et nous avons commandé une pizza.

Après notre pizza, nous sommes entrés dans la maison, le soleil se couchait de toute façon et nous étions tous asséchés. J’ai regardé Daniel alors que nous entrions à l’intérieur. Son cul n’est pas si mal !! J’ai essayé de repousser ces pensées. Je ne pouvais pas penser à mon meilleur ami comme ça. Pas de manière sexuelle. Je n’étais pas gay. Lui non plus. 

Nous montâmes à l’étage dans ma chambre avec nos affaires, ne portant toujours que notre short de bain. Nous nous sommes accrochés à la Nintendo Switch et nous avons commencé à jouer à Super Smash Bros, un classique. Je me suis assis par terre, il s’est assis sur mon lit. J’ai gagné facilement les deux premières manches, j’aimais bien gagner.

"Et si on rendait les choses intéressantes ?" dit-il sur un ton bizarre.

Il sortit de son sac une bouteille de tequila.

"Un coup à chaque fois que quelqu’un perd" dit-il.

Nous avons commencé le match et à ma grande surprise, j’ai été sévèrement battu par lui.

"Eh bien, nous avons un gagnant!" s’exclama-t-il en amenant la bouteille vers moi.

"Tu dois le boire directement à la bouteille ! 5 secondes!" 

Et c’est ce que j’ai fait. J’ai avalé le liquide brûlant chaud pendant 5 secondes. Mec, ça avait un goût d’enfer. J’étais déterminé à le battre au tour suivant, et je lui ai donc fait gagner ses 5 secondes d’alcool. Et je l’ai encore battu, encore 5 secondes de précieuse Tequila. Ensuite, ce fut à mon tour de perdre et d’obtenir plus de Tequila. Et ainsi de suite pour cinq autres rounds. 

"D’accord, je ne peux plus boire ce truc" s’exclama-t-il après son dernier coup "Misons autre chose. Que dirais-tu de quelque chose de plus cool?" dit-il. 

"C’est-à-dire ?"

"C’est-à-dire quelque chose de plus cool, quelque chose que nous ne ferions pas normalement" dit-il en descendant du lit et s’asseyant à côté de moi.

Il étendit ses jambes à côté des miennes, les poils de ses jambes touchaient à peine les miens. C’était un moment étrangement érotique, je pouvais sentir la tension monter dans la pièce. Je pouvais essentiellement sentir ma jambe vibrer à l’endroit où il me touchait. Mon cœur s’est mis à battre très vite. 

"Je sens qu’une proposition arrive..." dis-je curieusement.

"Eh bien, pour commencer, que dirais-tu.. le perdant... doit se déshabiller...?" suggéra-t-il d’un ton enjoué.

"Nu? Pour de vrai?" toute la suggestion m’a surpris. Voulait-il me voir nue ? Est-ce que je voulais le voir nu ? Si j’étais honnête, oui. Beaucoup de pensées se bousculaient dans ma tête. Devrions-nous faire cela ? Dois-je laisser continuer quoi que ce soit ? Et s’il me niaise ? Et si ce n’était qu’une blague bizarre ?

"Oui, le perdant doit se mettre tout nu" répondit-il.

"Nous ne nous sommes jamais vus nus auparavant", ai-je souligné.

"Nous ne nous verrons pas, je te verrai nu parce que tu seras le seul à perdre"

Son commentaire m’a touché en plein ego. Nous avons commencé notre match. L’alcool émoussait mes sens et Daniel faisait clairement un effort pour gagner. Nous étions tous les deux à égalité, nous étions en sudden death. Une bagarre folle et totale pour décider qui serait le vainqueur. Nous appuyions tous les deux sur les boutons comme des fous, essayant de battre l’autre, veillant à ce que l’autre soit nu, j’étais si proche, j’avais juste besoin de faire décoller son personnage.

"Ha!" Daniel s’est exclamé alors que mon personnage était envoyé dans les airs vers sa défaite prématurée. Un silence gêné s’installe entre nous. j’avais perdu.

"Tu sais, un sudden death, c’est essentiellement une égalité" dit lentement Daniel 

"De mon point de vue, une égalité est une égalité. Nous avons tous les deux perdu, nous devons nous déshabiller tous les deux." ajoute-t-il.

Il tourna ses yeux vers les miens et nous nous regardâmes tous les deux. Je me suis levé pour lui faire face. Je ne pouvais pas garder mes yeux sur les siens. Il a mis ses pouces à l’intérieur de son short et a commencé à le retirer. Je l’ai regardé au ralenti dans ma tête. Je jure que je n’oublierai jamais la sensation de voir son short descendre, révélant lentement une peau plus claire qu’elle ne l’était sur le haut de son corps. La longue traînée poilue de ses abdominaux s’agrandissait à mesure qu’elle s’étendait sur un buisson de cheveux bruns clairs. Son short est tombé au sol et j’ai pu pleinement apprécier sa nudité. Je remarquais la façon dont les poils de ses jambes devenaient plus épais jusqu’à ses cuisses poilues, et en plein milieu, cette longue queue douce. C’était juste là, comme s’il disait "Viens, touche-moi"

J’ai ressenti la plus forte envie de le faire. Daniel me fixa, attendant que je fasse de même. Mon corps me trahissait, rien que la pensée de m’exposer à Daniel réveillait ma bite. J’ai senti une excitation comme je n’en avais jamais eue auparavant, et en l’espace de quelques secondes, mon short était furieusement gonflé.

Je m’éloignai de lui à deux pas, lui tournant le dos, ne sachant que faire. Il sait sûrement maintenant que je suis devenu dur pour lui toute la journée, il n’y avait pas de cachette en ce moment.

"Alex" dit-il doucement. "Ça va" Je l’ai entendu s’approcher de moi.

"Tu as une crampe, je… euh… Je pense que j’en ai une aussi"

Il posa une main sur mon épaule et je me tournai pour lui faire face. Mes yeux voyageaient instinctivement sur son corps, et j’ai vu à ma grande surprise que le sexe de Daniel était en train de se transformer en un monstre rouge et chaud de 8 pouces. Je n’en croyais pas mes yeux.

"Tu vois ? Ma crampe" dit-il

"C’est une belle crampe", ai-je répondu, je ne pouvais pas en détacher les yeux. Et Daniel ne pouvait pas détacher ses yeux de mon visage.

"Devrions-nous voir qui a le plus de crampes ?"

Il se mit à genoux, le visage droit dans mon entrejambe. Ses mains commencèrent à défaire la dentelle de mon short. Je savais ce qu’il allait faire, plus important encore, je voulais qu’il le fasse, j’en avais très envie. Il a commencé à baisser mon short, ma bite s’est libérée devant le visage de Daniel. Et ainsi il m’a regardé dans ma propre gloire nue. J’avais une bite de 7 pouces qui sortait d’un lit de cheveux noirs bouclés.

Il a regardé mon visage et parcouru mon corps avec ses yeux. Il leva lentement sa main et la posa sur ma cuisse. Un lent gémissement s’échappa de mes lèvres, il leva les yeux pour observer mon visage. Sa main s’est lentement déplacée vers le haut, envoyant une sensation de picotement partout où il me touchait, comme un feu sortant d’une torche. Sa main atteignit bientôt ma bite dure, sa main entière sur ma bite, envoyant une secousse électrique directement dans mon cerveau. Sa main bougea doucement de haut en bas, faisant trembler mes genoux à son contact. Daniel se leva bientôt, son visage à quelques centimètres du mien. Je pouvais sentir son souffle sur mon visage, il respirait fortement. Je me débattis en posant une main sur son épaule.

La sensation de sa peau sous ma main était électrisante. Nous nous regardions. Il me regardait avec une telle intensité que je ne pouvais pas traiter mes pensées. Je savais que nous nous rapprochions tous les deux, l’espace entre nous devenant plus petit et plus chaud.

Le bout de sa bite touchait le bout de la mienne; l’intimité et la saleté de cette action me rendaient fou. Nos bites se touchaient complètement maintenant. Je sentis sa main sur ma taille et c’était tout ce dont j’avais besoin. J’ai mis mes deux mains autour de sa tête et je l’ai amené à moi. Nos lèvres se rencontrèrent dans une tendre étreinte. Nous avons commencé à nous embrasser et mon esprit a explosé.

Je me fichais qu’il soit un garçon ou qu’il soit mon meilleur ami ou que nous ne devrions probablement pas faire ça; la seule chose qui m’importait était la façon dont ses lèvres bougeaient avec les miennes. Mon cœur bondissait. Ce n’était ni dégoûtant ni bizarre. C’était bien. C’était nouveau, excitant, palpitant. J’aurais pu rester comme ça, à l’embrasser, tout le week-end. Ses lèvres sur les miennes étaient si bonnes.

Il mit ses mains autour de ma taille et me serra plus près de lui; nos bites se frottent l’une à l’autres. Daniel gémit alors que nous pressions nos corps l’un contre l’autre, ma main parcourant son dos, je pouvais le sentir transpirer. Notre baiser devint plus dur, plus intense.

Ce qui a commencé comme une douce étreinte s’est rapidement transformé en quelque chose de plus sauvage alors que je poussais ma langue dans sa bouche. Il passa sa langue sur mes lèvres, comme s’il me goûtait. Mes mains ont trouvé son chemin jusqu’à ses fesses. J’ai fait ce que toute personne sensée aurait fait à ma place, je l’ai serré. Daniel gémit encore plus fort en conséquence.

Et c’était tout ce dont il avait besoin pour me pousser jusqu’au lit. Il a rampé sur moi et m’a embrassé à nouveau. J’ai repris son cul dans mes mains et je l’ai pressé contre moi, poussant sa bite sur la mienne. Il a commencé à bouger son bassin de haut en bas, m’envoyant dans une frénésie. Ma main droite a trouvé son chemin vers sa bite et je l’ai prise. C’était tellement bon. Je dois être honnête, la pensée de toucher la bite d’une autre personne n’avait jamais traversé la mienne. C’était chaud et tendre, mais dur sous mon toucher. Daniel se tortilla de plaisir alors que je commençais à le branler, je pouvais sentir ses gémissements dans ma bouche alors que nos langues s’arrachaient.

Puis il rompit notre baiser et s’avança, me chevauchant essentiellement. Il a mis sa main autour de nos deux bites, les rapprochant. Il a commencé à nous branler tous les deux en même temps. Quelle sensation! Je pouvais voir Daniel me regarder, sa large poitrine luisante de sueur, cette petite mèche de cheveux juste là au milieu. Je pouvais voir son visage se transformer en une grimace de désir et de plaisir, quelque chose que je n’avais jamais vu auparavant chez mon ami. 

J’ai bougé ma taille au rythme de sa main, il donnait un bon entraînement à nos deux bites. Ses couilles reposaient sur les miennes, je pouvais sentir leur poids appuyer sur les miennes. Ses cuisses autour de mon corps étaient assez moites, que ce soit le moment ou l’activité qui en était la cause, ce fut l’un des moments les plus érotiques de ma vie.

"Oh putain, Alex !" grogna-t-il en repoussant ses cheveux avec sa main libre. Son autre main se déplaçant frénétiquement.

"Putain ! Oh putain! Oh putain!" dit-il en projetant un liquide chaud sur nos bites. 

C’en était assez pour moi. Je le rejoignis alors que je sentais mon propre orgasme monter du centre de mon propre être. Nous avons tous les deux projeté d’épaisses gouttes de liquide chaud et blanc l’un sur l’autre. Je ne pourrais pas dire combien de fois nous avons tiré.

Le plaisir était si bon, brut et féroce. Daniel s’est effondré à côté de moi, haletant. Il était en sueur et sa bite était pleine de sperme. J’étais aussi en sueur,  j’avais été beaucoup plus éclaboussé. Ma poitrine, mes abdominaux et mon aine étaient couverts de notre sperme. Notre sperme. Quelle notion étrange mais agréable. Daniel, mon meilleur ami, avait mis du sperme partout sur moi. Je pense qu’il a peut-être même atteint mon cou.

"Je pense que je vais utiliser ta douche maintenant" dit-il sèchement, se levant et se précipitant vers ma salle de bain.

Et c’est là que ma panique s’est installée. J’ai pris des mouchoirs sur ma table de chevet et j’ai commencé à nettoyer nos dégâts. Qu’allait-il se passer maintenant ? Que venait-il de se passer ?  La scène défila devant mes yeux. Je pouvais revoir Daniel, clair comme le jour, juste au-dessus de moi. Je pouvais voir ses yeux verts pleins de désir, me regardant droit dans les yeux. Il l’avait voulu, il l’avait voulu autant que moi. Je ne sais pas ce qui m’a pris. Tout a juste cliqué. Et c’était si bon. Daniel était-il gay ? Étais-je gay ? Eh bien, j’aime toujours les filles, Dieu le sait. Mais je n’ai jamais rien vécu comme je viens de le faire. J’avais déjà hâte qu’il revienne.


Diffuse en direct !
Regarder son live