Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 12 114 fois
  • 194 J'aime
  • 3 Commentaires

Un week-end au bord de mer

Chapitre 1

initiation au triolisme

Avec plusieurs femmes

Après quelques mois épuisants, nous avions décidé de prendre un week-end prolongé pour aller nous détendre sur la côte normande l’été dernier. Nous avions trouvé une belle maison à louer en haut d’une falaise surplombant un petit village et la mer.

L’arrivée se fait de manière autonome en début de soirée. La propriétaire nous a laissé un mot nous annonçant que ce soir un bal doit avoir lieu dans le centre du village à 5 minutes à pied. Ma femme qui adore danser (elle a suivi pendant plusieurs années des cours de danse) me supplie d’y aller... Comment lui refuser avec sa tête de charmeuse, j’accepte... Elle me saute au cou et me chuchote :


— Merci, tu sais comme j’aime ça, en plus j’ai eu une idée qui, je pense, pourrait te plaire !

— Ah oui ?

— Ca fait un moment que j’y pense, mais je voulais attendre une occasion un peu spéciale... Tu te souviens lorsque tu m’as fait essayer le plug, je t’avais dit que j’aurais sûrement senti plus de choses en me déplaçant ou si tu me pénétrais...

— Tu veux le porter ce soir ?

— Oui, mais je me disais que l’on pourrait peut-être l’associer à l’œuf vibrant pendant le bal...

— Ah tu es devenue si perverse.

— A qui la faute ?


Nous nous sourions mutuellement et elle part dans la chambre prenant avec elle la valise. Je la regarde s’en aller, sa petite jupe légère bougeant au même rythme que ses longs cheveux. L’imaginer être trempée d’excitation au milieu du bal me fait naître une certaine envie. Je m’efforce pourtant de la combattre, ma femme s’ouvre à une sexualité un peu plus débridée et il ne faudrait pas casser cette initiative en passant à l’acte dès maintenant.


Elle revient au bout de quelques minutes, je vois qu’elle a mis un body assez sexy avec son dos nu, mais assez opaque sur les seins pour pouvoir être porté en extérieur. Sa jupe remonte haut et donne l’impression qu’elle est plus courte qu’elle ne l’est vraiment. En s’approchant de moi, elle me sourit et vient m’embrasser langoureusement tout en me donnant la télécommande de l’œuf dans la main. Puis elle me prend la main pour m’emmener vers l’extérieur. Elle non plus ne veut pas céder trop tôt à nos envies devenant plus fortes à chaque seconde.


Après une marche digne d’une courte promenade innocente, nous arrivons sur la place centrale. Je sais déjà que le plug lui fait de l’effet, l’obligeant à avoir une démarche légèrement aguicheuse sur ses talons. Nous prenons place avec un verre à la main à proximité d’un couple d’étudiants sur une des grandes tables mises à disposition. La moyenne d’âge est plutôt autour de la cinquantaine, autant dire que ce jeune couple détonne.


Quelques secondes plus tard, nous comprenons qu’ils se disputent : lui veut la forcer à aller en boîte, elle ne veut pas, car elle préfère la danse de bal, qu’ils vont trop souvent là-bas, et surtout elle sait qu’il s’y conduit comme le dernier des crétins. La dispute avance et il finit par la laisser là, seule et visiblement perdue, hésitante sur le fait de céder et le rattraper. Ma femme qui a toujours eu beaucoup d’empathie va la voir et lui dit :


— Bonsoir, je m’appelle Marion, on a entendu malgré nous votre dispute et moi aussi j’adore danser, si vous voulez je maîtrise assez bien le rôle de l’homme alors... m’accorderiez-vous cette danse ?


L’étudiante est interloquée, me regarde et voyant dans mon regard un encouragement finit par répondre :


— Bonsoir, moi c’est Anna, eh bien... d’accord avec plaisir...


Après lui avoir montré les pas d’une valse viennoise, elle se met en position et la maintient fermement contre elle. Elles commencent à danser, les contacts se font naturellement, les mains qui se tiennent, une main qui enlace, la jambe de ma femme vient régulièrement se mettre entre les jambes d’Anna pour lui faire prendre les bonnes rotations. Voyant que la danse amène une certaine complicité entre les danseuses, je me décide à activer l’œuf qui sommeille. Je remarque un léger mouvement de surprise chez ma femme qui me fait les gros yeux tout en ne pouvant s’empêcher de sourire et de continuer à mener la danse. Anna lui demande si elle souhaite faire une danse avec moi, mais ma femme lui dit que tout est parfait pour l’instant et qu’elle aime beaucoup la guider.


Les danses s’enchaînent, entrecoupées d’un verre puis de changement de partenaires, une certaine complicité se forme entre nous trois, aidée par les contacts et l’alcool. Alors que les musiciens annoncent la dernière danse, c’est au tour de Marion et d’Anna de danser ensemble. Elles s’avancent sur la piste et la musique qui commence amène un moment d’hésitation, c’est un slow. Anna me fait un signe tout en faisant mine de me laisser la place, mais Marion attrape sa main et la pose sur sa hanche puis l’enlace.


On pourrait tout à fait penser qu’elles sont en couple dans cette position si sensuelle. Avec les différents verres, les différentes danses, les voilà plus désinhibées que jamais. Au bout de quelques secondes, leurs fronts se touchent, elles sentent leur souffle respectif, leur respiration s’accélère et les voilà qui échangent un premier baiser. Celui innocent, comme si elle découvrait ce que c’était. Il est très vite suivi d’un autre plus passionné. Elles sont seules au monde à ce moment-là et rien n’a plus d’importance. Elles se laissent aller à leurs envies, bougent leur corps toujours plus sensuellement.


Au moment où la musique s’arrête, c’est un retour à la réalité, pas mal de personnes les regardent, alors Marion la prend par la main et, en rigolant, vient me rejoindre rapidement. Nous proposons à Anna de venir finir la soirée chez nous. Elle hésite, se souvient de son copain, c’est un idiot, mais elle ne veut pas s’abaisser à son niveau. Elle décide de l’appeler pour savoir où il en est... le téléphone sonne, elle entend la musique de la boîte où il se trouve, mais personne ne parle, puis elle entend une voix de femme dire "c’est qui Anna", elle entend son homme en bruit de fond qui dit "une amie coincée" viennent alors des bruits explicitent et les gémissements de la femme. Anna comprend que son homme la trompe, ce n’est pas la première fois et on ne parle pas d’un baiser... Elle fulmine, cette fois elle ne sera pas la fille trop bonne trop... elle raccroche et envoie un SMS à son mec "c’est fini entre nous".



On la voit bouleversée, alors nous lui demandons ce qu’il se passe, elle nous raconte et nous nous demandons que faire, finalement nous lui proposons de la raccompagner chez elle. Elle nous indique qu’elle était venue en vacances avec son copain, que c’est une location et donc qu’elle ne sait pas comment elle va faire quand il va revenir... Je lui dis allons là-bas, récupérons tes affaires et tu pourras dormir chez nous, la maison est grande et demain on te déposera où tu veux. Elle accepte, ma femme la prend dans ses bras pour la réconforter et nous partons vers son appartement. Une fois dedans, ma femme l’accompagne dans la chambre faire son sac, je récupère les quelques affaires dans la salle de bain et y trouve une tenue des plus sexy : des bas et une guêpière. J’amène le tout à Anna avec un certain sourire, elle rougit et ne peut s’empêcher de s’expliquer :


— J’avais décidé de lui faire une surprise, lui qui a toujours insisté pour me voir dans ce genre de tenue...


Marion passe sa tête par-dessus l’épaule d’Anna et lui dit :


— Ça doit t’aller à merveille...


Je renchéris :


— Oui tu dois être irrésistible dedans...


Elle nous répond :


— Vous êtes si gentil, mais je ne sais pas si ça m’ira si bien...


Marion lui dit en rigolant :


— Tu nous feras voir, on te dira si tu veux !


En disant ça elle l’embrasse sur la joue et referme le sac d’Anna :


— Ça y est tout est prêt allons-y... tu verras on est pas loin...


Notre petit trio se retrouve dehors, elle laisse ses clés dans la boîte aux lettres et nous dit avec un certain soulagement :


— J’ai l’impression de faire le meilleur choix depuis longtemps !


Ma femme lui prend la main et ouvre la voie avec elle, je prends un peu le temps avant d’emboîter le pas, je reste charmé par ces deux beautés qui marchent ensemble au clair de lune dans les ruelles de ce petit village.


Elles se retournent et me disent :


— Alors tu viens ?


Je les rattrape et glisse dans la main d’Anna la télécommande du sex-toy de Marion. Elle me regarde interrogative et comprend assez vite ce qu’il en retourne. Je ne saurais dire ce qu’il se passe dans sa tête quand elle se met à comprendre qu’elle portait déjà ça durant leurs danses, mais elle prend un sourire malicieux. En appuyant sur les boutons, elle regarde Marion qui ne laisse rien paraître. Puis alors que nous arrivons devant la porte de la maison, je sors les clés et commence à ouvrir quand j’entends ma femme pousser un gémissement sans contrôle. Elle m’a vu les deux mains sorties en train d’ouvrir et comprend donc que c’est Anna qui joue avec elle ces dernières minutes. Elle se tortille sur le pas de la porte et nous dit :


— Vous allez me le payer.


Tout en gémissant, Anna passe devant elle et éteint l’œuf en rentrant après moi... Marion rentre à son tour et nous rejoint dans le salon avant de proposer à Anna de faire le tour du propriétaire. Avant de quitter la pièce, elle me demande tout en me faisant un clin d’œil :


— Tu nous sers à boire, on ne sera pas longue.


Je m’installe sur la terrasse, ouvre une bouteille et apporte les verres. On entend le remous des vagues qui s’écrasent sur la falaise dans cette nuit tranquille qui me ferait presque oublier la tension sexuelle que l’on vit depuis un moment.

Quelques minutes plus tard, je vois revenir Marion toute souriante qui me dit :


— J’ai un cadeau pour toi.


Elle fait signe à Anna d’approcher. Elle porte cette fameuse guêpière, un string des bas ainsi que des escarpins de ma femme. Je ne saurais trop dire si son excitation est au niveau de sa timidité, mais je la vois convaincue et décidée à s’accepter comme une femme terriblement sexy. Elle rejoint Marion et moi sur la terrasse et Marion me fait signe d’aller m’asseoir sur un fauteuil à quelques mètres d’elles. Puis elle prend la main d’Anna et l’embrasse de manière passionnée. Les mains de ma femme se posent sur le côté du cou d’Anna puis après avoir pris leur temps, ses mains quittent le cou pour se poser sur les épaules de notre invité.


Le message est relativement clair, Anna le comprend et descend pour se mettre à genoux. Marion détache sa jupe qui tombe à ses pieds et se retrouve ainsi en body. Elle s’assoit sur une chaise et fait signe à Anna d’approcher. Cette dernière ne se fait pas prier et vient embrasser le bas d’une jambe de Marion que celle-ci tend en direction de son amante. Anna prend son temps et remonte le long de la jambe jusqu’à atteindre l’intérieur de la cuisse. Ma femme se met alors à lui faire de la place pour que l’étudiante puisse enfouir son visage et embrasser le body. Je le devine trempé, d’une odeur enivrante et vois Anna qui sort sa langue pour tenter de goûter au jus de ma femme. Celle-ci soupire et ouvre les pressions pour offrir son sexe.


Il n’en faut pas plus pour que notre étudiante s’investisse à fond dans cette nouvelle tâche. Elle écarte les lèvres, remonte jusqu’au clitoris, l’aspire, le titille du bout de sa langue. Ma femme vient appuyer sur la tête d’Anna pour l’encourager, elle se cambre déjà, signe d’une excitation et d’une envie intenable. Ce traitement dure depuis plusieurs minutes et la voilà qui s’agite, qui tend à refermer ses cuisses tout en tenant fermement son amante et crie sa jouissance dans un râle libérateur. Anna n’en perd pas une goûte, elle lape, boit, ne peut faire autrement. Après quelques secondes, Marion relâche la tête d’Anna, son visage est trempé, mais elle semble presque elle aussi tout juste sortie d’un orgasme. Ma femme lui prend la tête en se penchant et l’embrasse en lui disant :


— J’espère pour mon homme que tu es aussi agile sur les membres masculins... montre-moi ça...


Je vois alors Anna toujours à genoux se mettre à 4 pattes et avancer vers moi avec un regard sauvage. Je défais ma ceinture et ouvre mon pantalon et voilà Anna qui d’une main s’empare de mon pénis, le branle lentement en me regardant droit dans les yeux, puis elle se penche et lèche le liquide pré séminal qui déjà pointe sur mon gland. Cela me procure un grand frisson et elle me dit :


— Ne vous retenez pas, vous aussi je veux vous goûter...


A peine après avoir fini de dire ça, elle met mon sexe en bouche. Elle l’aspire, le suce, sa langue taquine mon frein. J’en oublierais presque ma femme qui était partie et vient de revenir, je la vois avec un plug et du lubrifiant s’agenouiller derrière Anna. Elle décale le string et vient lécher l’anus de notre amante. Anna gémit et tente de rester concentrée, je maintiens sa tête sur mon sexe alors que Marion fait couler du lubrifiant sur ses doigts. Elle prend un peu de recul et fait couler du gel sur le petit trou avant d’y insérer un doigt lubrifié.



Je sens Anna qui en veut toujours plus, j’attrape ses cheveux et commence à lui donner un rythme. Marion enfonce un deuxième doigt en Anna et rapidement les remplace par le plug. Elle vient lui chuchoter qu’elle a besoin de dilater ce trou pour la suite... Il n’en faut pas plus pour que mon orgasme vienne et inonde la bouche de notre étudiante qui, loin de se démonter, garde mon sexe en bouche et le gratifie de quelques dernières succions.


Marion la redresse et l’embrasse, les voici qui partage mon jus. Mon sexe ne débande pas, mais je décide de rendre grâce pour cette fellation et viens m’installer sur le dos entre les cuisses d’Anna qui a un léger sursaut au moment où elle sent ma langue caresser les lèvres de son sexe, surprise par cette caresse inattendue tant elle était investie dans son embrassade. La jeune coquine mouille déjà à grands flots et je me demande si elle n’a pas déjà joui en nous faisant ses plaisirs buccaux... qu’importe ma langue s’affaire à la faire repartir. Elle pose ses mains sur mon torse, fait de léger mouvement sur ma tête, je l’entends gémir alors que ma femme l’encourage à profiter de ce cunnilingus.


Marion n’est pas en reste quant à elle et je la sens qui s’installe sur mon membre et d’un coup se pénètre. Elle aussi vient poser ses mains sur mon torse. J’aurais pu regretter de n’avoir pas de quoi regarder la scène si je n’avais pas été aussi concentré sur l’action...


Marion attrape un sein d’Anna et commence à pincer le téton et à le faire rouler entre ses doigts tirant légèrement dessus, il n’en fallait pas plus pour la faire partir une nouvelle fois. Ma femme est tellement excitée de voir cette étudiante jouir sur moi qu’elle est elle aussi sur le point de jouir. Elle se met en arrière tout en indiquant à Anna de venir lui lécher le clitoris. Anna se retrouve donc presque en 69 avec moi, mais au lieu de prendre en bouche mon sexe, elle lèche celui de ma femme qui se fait pénétrer. Il ne faut pas longtemps à ma femme pour sentir à nouveau l’orgasme arriver et la voilà qui devient fontaine, elle sort de mon sexe et éclabousse la pauvre Anna qui reçoit tout en plein visage.


Ma femme se laisse aller en arrière et s’allonge sur le dos, éreintée par ces deux orgasmes. Anna vient sur elle pour l’embrasser tout en m’offrant son entrejambe dans une posture bien cambrée. Je m’agenouille alors derrière et insère mon sexe dans ce vagin si humide que je me permets de tout rentrer d’un coup sec. Cela lui arrache un cri suivi d’un "encore". Je persiste donc, enchaîne les pénétrations brutales puis augmentant mon rythme elle n’arrive plus à articuler quoi que ce soit, ses seins frottent contre ceux de ma femme. Je sens le plug frotter contre moi au travers des parois intimes d’Anna, Marion lui claque les fesses en lui griffant légèrement. Voir ma femme si passionnée m’excite au plus haut point et je ne peux me retenir plus longtemps et j’éjacule en Anna ce qui lui arrache son orgasme.


Anna s’effondre sur ma femme, je me retire d’elle, mon sperme coule de son vagin sur celui de ma femme qui m’appelle :


— Viens qu’on te nettoie...


Je m’installe à côté de leur visage et les voilà qui lèchent tendrement, de mon gland jusqu’aux testicules. Au bout de quelques minutes, je leur propose d’aller prendre une douche et d’aller dans la chambre avant qu’on s’endorme ici...

Diffuse en direct !
Regarder son live