Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 5 040 fois
  • 17 J'aime
  • 0 Commentaire

week-end à la ferme

Chapitre 19

Zoophilie

Le week-end suivant nous voilà parti, Francine est toute guillerette dans la voiture n’arrêtant pas de commenter le trajet.

"on a fait la moitié déjà?" me demande t’elle

"oui, encore une heure et on sera sur place ma chérie"

"super, je suis pressée d’arriver"

Tout en disant cela elle remonte sa jupe jusqu’au nombril découvrant totalement son bas ventre, écarte les cuisses et enfouit sa main dans son entre jambe

"regarde comme je suis pressée" me dit elle en tendant vers moi ses doigts couverts de sa mouille

"eh bien! on peut dire que tu en as envie, tu veux qu’on s’arrête ?"

"oui mon chéri, j’en ai trop envie, stp"

"vos désirs sont des ordres, ma petite cochonne"

A la première aire de repos je mets le clignotant .Il n’y a pas grand monde, mis à part quelques camions. Il est vrai que nous sommes samedi et qu’il n’est quand même que 8h du matin. Je m’arrête à l’écart, à peine ai je stoppé le moteur que Francine est déjà dehors avec sa jupe toujours relevée.

Je la rejoins:

"mais au fait dis moi tu n’as pas mis de slip" lui dis je étonné ,cela n’étant pas dans ses habitudes

"un slip! pour quoi faire, c’est une perte de temps, allez viens" me dit elle tout en se couchant à plat ventre sur le capot de la voiture,les fesses tendues

"tu veux faire ça ici, mais on risque de nous voir" lui dis je tout de même surpris par sa hardiesse soudaine

"et alors, on s’en fou dans 10 mn on sera partis et personne ne nous connaît, il n’y a que des routiers de passage. Allez viens, j’ai envie de ton dard dans mon ventre"

Je me dis qu’après tout pourquoi pas, c’est vrai que la situation est piquante, faire l’amour comme ça en pleine air avec le risque d’être vu. Et puis il y a ses fesses tendues qui n’attendent qu’une chose. Je me mets derrière Francine, sort mon chibre qui est déjà partiellement tendu, je le frotte contre sa raie afin de parfaire l’érection ,lorsqu’il est à maturité je l’empoigne par les hanches et m’enfonce en elle d’une traite. Elle accuse le coup en laissant échapper un cri mais de suite son cul s’anime et vient à la rencontre du pieu qui la perfore.

"ouiiii, je te sens, vas y, mets moi là bien au fond, oh ouiii j’aimeee, plus fort vas y je suis ta chienne, baise moi" hurle t’elle

Devant une telle demande je me laisse emporter et la pistonne sans aucune retenue comme si j’avais à faire à la dernière des salopes.

"Vous seriez mieux dans mon camion si ça vous intéressent"

Je suis surpris par cette voix, je tourne la tête pour voir juste à côté de nous un homme en short et tee shirt tenant en laisse un rottweiler, ils sont tous les deux l’un aussi noir que l’autre.

"je promenais hercule quand tout à coup j’ai entendu les cris de madame" me dit il en désignant mon épouse. Donc je disais que si vous êtes d’accord je peux vous faire profiter de la remorque de mon camion, j’ai déchargé et elle est totalement vide, il y a toute la place qu’il faut."

Il s’avance pour se retrouver à côté de Francine puis ouvre sa braguette pour en extirper un membre de belle taille.

"en plus si madame aime les bites de couleur je peux lui prêter la mienne ou plutôt lui mettre ou elle le souhaitera"

Sans me laisser le temps de formuler la moindre réponse mon épouse répond

"oui, pourquoi pas, elle est belle et pleine de promesses, en plus une queue de couleur je n’ai jamais essayée. Tu es d’accord pour la proposition de monsieur mon chéri ?"

"euh oui, si tu l’es je le suis aussi"

"ok, alors suivez moi. Tu viens Hercule on retourne au camion"

"ouahh tu as vu ce chien, il est magnifique regarde ses muscles quand il marche. Je me demande à quoi ressemble sa queue une fois qu’il bande" dit Francine

"Chérie tu as tout le temps on sera bientôt chez Jacques, tu reverras Sultan, Apollon et Zeus"

"oui je sais, mais je me posais juste la question"

Arrivé au camion le routier ouvre les portes arrières

"allez y grimpez je vais juste chercher un truc dans la cabine et je reviens"

Le temps que je monte le voilà de retour avec une couverture

"attendez ma petite dame je vais vous aidez"

J’attrape les mains de Francine pour la tirer pendant qu’il lui passe les mains sous sa jupe pour la pousser.

"hummm,elle a vraiment un beau cul bien ferme"

"merci beaucoup" lui répond ma femme

Il fait monter son chien également puis nous rejoins à son tour, allume 2, 3 lumières et va fermer les portes.

"voilà on sera tranquille comme ça, venez on va aller au fond il y a des bâches ou madame sera plus à l’aise. Je vais mettre la couverture cela sera plus agréable que le contact du plastique"

Pendant que nous l’étalons ma femme se déshabille puis vient de suite s’agenouiller dessus les mains sur les hanches, la poitrine triomphante elle s’adresse à notre hôte

"alors! j’attends"

Celui-ci se retrouve nu en un clin d’oeil présentant sa virilité devant le visage de mon épouse

"hummmm! un morceau de choix, vraiment une belle queue" dit elle

"elle est toute à toi" lui répond il adoptant le tutoiement

Mon épouse saisit dans sa main l’objet de sa convoitise et sans fioriture aucune le porte directement à sa bouche pour l’avaler en entier

"hummm la vache! t’es une grosse gourmande toi" commente notre ami

Avec le traitement qu’elle lui inflige le membre a vite fait de prendre son allure de croisière

"putain, tu suces comme la reine de saba, tu me fais bander comme un âne"

La scène qui se déroule devant moi a vite fait de me faire bander également. Je me glisse à plat dos entre les cuisses écartées jusqu’à ce que mon pieu soit à la hauteur de sa vulve puis je la saisis aux hanches pour la faire descendre dessus. Elle mouille tellement que je n’ai aucune peine à l’embrocher jusqu’au fond de son vagin

"hummm, mon chéri comme elle est bonne ta queue, je la sens bien au fond de mon ventre" dit elle tout en masturbant avec frénésie la bite du routier

" mets toi dans l’autre sens sur ton mari, je veux voir tes fesses ouvertes empalées sur sa queue" lui ordonne celui ci.

Mon épouse change de suite sa position, ses seins ballottent devant mes yeux pendant qu’elle me chevauche.Notre ami observe la scène un moment tout en se masturbant puis s’agenouille derrière Francine

"putain! quel beau cul tu as ma salope" dit il

"alors qu’est ce que tu attends pour me le fourrer avec ton gourdin"

Décidément ça n’est plus la femme prude et innocente que j’ai épousé. Elle est sexuellement totalement débridée à présent

" tu la veux dans ton cul ma salope, mais figure toi que c’est ce que j’allais faire. Ouvre moi ton petit trou, écarte tes fesses avec tes mains que je puisse t’embrocher ma poulette"

Francine s’exécute, le futur enculeur s’enduit le gland de salive puis le pose au contact de la rosette palpitante.

" alors tu attends quoi pour me la mettre" lui dit Francine

Sans doute vexé par la remarque il la saisit aux hanches et sans autre forme de procès envoie son ventre en avant. Le gland coince une seconde puis l’orifice cède sous la poussée, la totalité de la bite pénètre le fondement de mon épouse d’une traite déclenchant un vrai cri de suppliciée chez elle. Le chien qui s’était gentiment couché dans un coin se lève d’un bond et vient voir ce qui se passe.

" salaud, tu m’as fait mal" crie Francine

"c’est toi qui la voulais au fond de tes fesses, eh bien tu l’as maintenant. Je vais te la ramoner ta cheminée"

Il enchaîne des va et vient endiablés sur le postérieur de Francine, je sens son sexe frotter contre le mien à travers la fine membrane de chair séparant les deux conduits. Ce contact augmente encore mon érection, j’essaie de m’accorder avec sa cadence en coulissant dans la chatte de mon épouse.

"oh ouiiii je vous sens tous les deux, remplissez moi de vos queues mes cochons. Encore, encore, oui, oui, oui ahhhhhhhhhh"

C’est elle qui mène la cadence projetant son fessier sur les deux membres bandés à mort.Je vois le chien s’agiter autour de son maître, passant d’un côté à l’autre avançant sa truffe au plus près du fessier de Francine attiré certainement par les odeurs qui s’en dégage.

"T’as vu salope tu excites même mon brave Hercule, tu vas me faire cracher, je sens mon jus qui monte" s’écrie notre brave routier

"viens le cracher sur mes seins" hurle Francine

Il se retire de ses reins pour se placer devant mon épouse qui prenant ses seins dans ses mains les présentent devant le gland couleur chocolat.

"ohhh c’est bon,je vais t’envoyer toute ma purée"

Une belle quantité de sperme gicle sur la poitrine offerte.Se servant de sa queue comme d’un pinceau ,il l’étale jusque sur les tétons.

"hummmmm!j’adore,c’est chaud"

Le fessier de Francine étant libre le chien y a collé sa truffe et commence à lécher.

" ehhhh mais que......... le chien me lèche ma raie mon chéri!"

Diffuse en direct !
Regarder son live