Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 2 161 fois
  • 13 J'aime
  • 1 Commentaire

Un Week End Innatendu

Chapitre 1

Divers

Je viens de finir mes examens, je m’appelle Mike, je suis un jeune homme de 18 ans tout pile, j’ai des cheveux blond très long et je suis un peu du type Grunge et je rentrais en vacances, j’avais déjà tout un programme très chargé, rempli de beuverie et autres fêtes étudiantes qui se déroulent généralement après cette fameuse période de stress. Bref, j’étais chez moi, un jeudi soir quand je reçois un appel d’une amie à moi s’appelant Audrey. Je réponds donc et cette dernière me propose de passer chez elle vendredi après-midi, elle rajoute que ses parents sont absent pour le week-end. Ce détail

aurait du me mettre la puce à l’oreille mais je n’y ai pas prêté plus d’attention que ça et j’ai répondu que je viendrais au rendez-vous Puis nous nous sommes dit au revoir et nous avons raccroché. Je suis plutôt du genre timide et je n’avais pas de petite amie, d’ailleurs j’étais encore un tout jeune puceau découvrant la vie petit à petit.

    Bref, j’ai rempli ma soirée de jeudi ainsi que ma journée de vendredi à mes préoccupations habituelles, puis je me suis présentée à la porte d’Audrey en début d’après-midi. Elle me fit entrer et m’invitât à boire un verre dans son salon. Je ne dis pas non. Elle me dit donc de m’asseoir sur le sofa et de l’attendre pendant qu’elle amenait les

boissons. Puis elle tourna le dos et partit en direction de la cuisine. Je pus observer attentivement sa tenue : Elle portait un chemisier blanc très décolleté ainsi qu’une jupe plissée beige, le tout accompagné d’une paire de collant marron en laine avec des bottines façon Western. J’avoue qu’Audrey m’attirait physiquement et sa démarche m’excitait un peu plus à chaque pas. Et après ces longues secondes d’observations, je repris mes esprits et me rendit comte que je n’avais pas pris la peine de prévenir mes parents; j’envoyais donc un SMS rapidement à mes parents leur disant que je passais la

soirée chez un pote pour arroser la fin des exams.

    A peine j’eus fini de ranger mon portable qu’Audrey revint avec deux bières à la main. Elle m’en tendit une et s’assied en face de moi. Puis nous parlâmes des exam’s ; elle me

dit qu’elle pensait avoir réussi, et, comme gênée, elle enchaîna sur un autre sujet et se mit à me parler de choses de filles. Distrait, je me rendis compte que la bière avait un goût bizarre, mais je n’y prêtât pas plus d’attention que ça, puis elle me demandait si j’avais une

petite amie, je lui répondit que non. Puis après plusieurs minutes de discussions, ma tête se mit à tourner, et mes paupières se faisaient lourdes. Audrey remarqua que je n’était pas bien

et me conseilla de monter m’allonger dans sa chambre. Puis, avant même que je réponde, elle me prit par le bras et m’aida à monter les escaliers. Plusieurs fois, alors que je trébuchais

et qu’Elle essayait de me rattraper, sa main effleurait mon sexe, mais c’était pratiquement imperceptible, d’autant plus que je m’affaiblissais de mètres en mètres. Arrivé au dessus, Audrey m’emmenât vers sa chambre; sa porte était ouverte, son lit était au fond de la pièce, calé entre deux armoires, il y avait un bureau sur la droite et un canapé sur lequel était entassé une pile de fringues. Sans plus attendre, Audrey fit glisser mon sweat à terre

et m’aida à m’allonger sur son lit. Là encore, sa main effleura mon sexe, mais elle était plus insistante cette fois. Puis elle baissa à 3/4 les stores; la pièce se retrouva donc dans une obscurité presque totale, et mes yeux ne s’habituait pas à cette ambiance .Puis, je perdis connaissance.

    Je repris connaissance avec une sensation étrange qui parcourait tout mon corps. J’étais dans le noir et je cherchais des yeux des indices pouvant m’indiquer où je me trouvais, mais rien. De toute évidence, j’avais dormi pendant un bout de temps dans la chambre d’Audrey puisque je sentais un matelas sous mes mains, et son parfum, son odeur impreignait l’air. Je tâtais des mains le haut de mon corps, et je découvrais avec surprise qu’une matière laineuse recouvrait ma poitrine. Cette matière, je la ressentait à même la peau maintenant. Elle parcourait tout le haut de mon corps, de mes poignet à la fin de mon cou. Puis, en remuant les jambes, j’eus une sensation bizarre, j’entrepris donc une expédition vers ces dernières et je découvris avec stupéfaction qu’elles étaient enveloppées de laine elles aussi. Je remuais mes pieds pour m’assurer : Oui, eux aussi était piégés dans la laine. Puis, mes mains remontèrent vers mon entrejambe; ce dernier était également pris dans la laine : Pas de doute, ce qui enveloppait mes jambes était une paire de collant. J’eus un léger moment de panique, puis, en explorant un peu plus mon anatomie, je me rendis compte que je n’avais pas de sous-vêtements. Cette situation était effrayante mais je parvins à garder mon calme, et je m’asseyais sur le lit. En cherchant à tâtons la lampe de chevet, je pus l’allumer. Je fus ébloui pendant une dizaine de seconde, puis je me levais. A côté du lit se trouvait un miroir; j’en profitais pour voir cette tenue qui m’intriguait : Je fut pris d’une stupeur indescriptible. J’étais vêtu d’une Robe Pull Oversize en laine , manche longue et col roulé . Ce qui recouvrait mes jambes était une paire de collant en laine noir Opaque, et j’avais également une ceinture en cuir autour de la taille. Je passais les mains sous l’habit pour vérifier que je n’avais rien, et je n’avais rien. Cette ceinture, ces collants et cette robe était les seuls vêtements que je portais, j’étais complètement nu en dessous. Mais j’étais tellement occupé à regarder ma tenue que je ne vis pas mon visage. Quand je le regardais enfin, je retins un cri de surprise. Mes cheveux avaient été lissés , mes sourcils étaient devenus très fins, je n’avais plus ma barbe de 3 jours, mes cils étaient enduis de mascara, Mes yeux avaient été crayonnés et j’avais du fond de teint sur tout le visage.

    Après plusieurs instant à toucher ma chevelure, à palper la laine de mes jambes, à me pincer le bras en me disant que ce n’était qu’un mauvais rêve, je remarquai une chaise sur laquelle était posée un mot et une paire de ballerine Bensimon Indigo dotée d’une boucle velcro de façon à retenir la cheville. Je pris le mot sur lequel il était écrit "Pour Mike".je pris les Ballerine et allât m’asseoir sur le lit.. Je restait là plusieurs minutes sans bouger à les observer, et une soudaine pulsion me poussât à les enfiler à mes pieds. Je m’exécutais , puis j’attachais la boucle velcro de chaque Ballerine de façon à ce que chacune d’entre elles me serrent suffisamment pour retenir mon pied. Puis je sortis de la chambre et descendis lentement les escaliers. J’arrivais dans le Hall, et il semblait n’y avoir personne. Soudain, une main se glissât sous ma robe pour saisir mon entrejambe et le caresser lentement et l’autre se fixât sur ma poitrine pour m’empêcher de bouger. Je sentis une bouche écarter le col roulé et se poser sur mon cou en faisant de petites succions. Je reconnus le parfum D’Audrey, elle avait du m’entendre me réveiller et gesticuler dans sa chambre. Puis les succions se firent plus insistantes et les caresses de l’entrejambe cessèrent car la main de mon amie se glissât sous le collant pour saisir mon sexe et commencer des va-et-vient. Je poussais de légers râles à intervalles réguliers. Audrey les ayant entendu, accéléra la cadence des va-et-vient et faisait des succions de plus en plus insistantes, me prodiguant des vagues de frissons Incontrôlables. Puis après quelques minutes de ce traitement, elle stoppât les succions sans interrompre son autre main et me murmurât à l’oreille : "Tu es à moi pour un week end entier maintenant!"

Diffuse en direct !
Regarder son live