Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 10 850 fois
  • 179 J'aime
  • 13 Commentaires

Week-end en Normandie

Chapitre 1

La première nuit

Erotique

Bonjour. Cela fait des mois que je lis vos récits et j’ai décidé de m’essayer à cet exercice, mais sans grande prétention. Bien entendu, les prénoms et lieux ont été changés sous peine de rester célibataire pour encore très longtemps.


Je me présente, Bertrand. Proche de la quarantaine, un peu sportif, même si cela ne se voit pas trop. Je fais partie d’un groupe d’amis assez restreint. Nous passons des soirées entre mecs durant lesquelles les autres exposent avec plus ou moins de fantaisies leur vie amoureuse, leurs rendez-vous, etc. Malgré cela, il y a de bons moments.


Au cours des mois qui passaient, une nouvelle personne est arrivée, Annie. Brune, proche de la trentaine, souriante et surtout qui ne se laisse pas faire face aux remarques des autres. Elle est très vite intégrée au groupe.


Puis vient l’année 2020 et le confinement, les soirées en visio. Bizarrement, malgré le fait qu’on soit tous bloqués chez soi, on se voit nettement moins souvent (peut-être que les compagnes y ont joué un rôle...). Mais comme j’étais célibataire, je me trouvais toujours quelqu’un du groupe avec qui discuter ou même se faire un petit jeu en réseau. Alors que certains se sont éloignés durant le confinement, je me suis rapproché d’Annie. Quelques soirées, quelques messages envoyés hors groupe, et avec le temps, les messages sont devenus journaliers. Ce qui est sympa avec elle, c’est qu’on peut parler de tout et de rien, aucun jugement, aucun préjugé. Cela allait de la nouvelle série télévisée à des sujets plus graves, d’ordres privés. Le temps a joué son rôle, je la vois différemment...


Annie est une amie, est-ce que je peux prendre le risque de tout perdre pour qu’on devienne plus proche ? Et la différence d’âge ? Je me posais bien trop de questions, puis un jour, « on ne vit qu’une fois ». Je l’appelle et l’invite sur Paris, invitation qu’elle accepte quasi immédiatement. Le jour du rendez-vous, tout se passe merveilleusement bien. Sans le groupe, je la vois sous un autre aspect, elle est encore plus naturelle, attirante, et moi, je m’enfonce encore plus dans mes questions... Au moment de se dire au revoir, on se fait la bise, ses bras autour de mon cou et mes mains sur ses hanches.


Les jours passent, le contact ne se rompt pas. Je lance une seconde invitation, acceptée elle aussi. Mais un grain de sable vient gripper la magie pour un moment, ce grain de sable s’appelle le travail (quelle idée d’aller travailler cinq jours sur sept !!!). Le ciné ne se fera donc pas. Ce n’est pas un problème au final, car je l’invite alors à passer un petit week-end en Normandie... invitation acceptée et comme je m’y suis pris largement à l’avance, on a pu fixer rapidement une date.


Les semaines passent, et arrive le week-end. Nous partons ensemble sans trop planifier le programme. Le samedi est ensoleillé bien qu’un peu frais. On se promène, on teste un restaurant. Le temps défile si vite qu’on réalise qu’il commence à se faire tard quand la nuit s’installe. On prend alors la route pour l’hôtel, le silence dans la voiture s’installe. Arrivés dans le parking, on prend nos affaires, je récupère le code et le numéro de la chambre. On monte jusqu’au deuxième étage de l’hôtel, j’ouvre la porte de la chambre, on y entre.


— Prem’s pour la douche, me dit-elle en cherchant des vêtements dans son sac.



Même pas le temps de réagir ou dire quoi que ce soit, la porte de la salle de bain se ferme. Je regarde la chambre et me demande si je ne devrais pas plutôt dormir sur le fauteuil vu le malaise présent depuis quelques minutes.


Après quelques minutes perdues dans mes pensées, la porte de la salle de bain s’ouvre. Annie réapparaît habillée d’une nuisette noire, les joues un peu rouges.


— La salle de bain est à toi.


Je prends mes affaires alors qu’Annie reste devant la porte de la salle de bain. Quand je m’y dirige, je passe devant elle en lui disant qu’elle est magnifique et surtout que j’en ai juste pour quelques minutes. Je pense n’avoir jamais pris de douche aussi rapidement, même si elle était bien fraîche !!



Quand je ressors à mon tour de la salle de bain, vêtu juste d’un t-shirt et d’un boxer, Annie est allongée sur le lit. Elle est immobile, je m’approche et je vois qu’elle dort paisiblement. Je me dis alors que c’est un mal pour un bien. On gardera un bon souvenir de notre première nuit à l’hôtel. Je remonte la couette jusqu’à ses épaules puis je décide de m’allonger à côté d’elle et je m’endors à mon tour.


Le lendemain matin, je me réveille le premier, il est déjà 8H. Comme pour être certain de ne pas avoir rêvé, je me tourne vers Annie, elle dort encore et elle est toujours autant magnifique avec sa mèche qui lui couvre une partie de son visage. Malgré tout, je décide de me lever et de profiter discrètement de la salle de bain. Après quelques minutes, je ressors de là.


— Je me suis assoupie quelques minutes, me dit-elle en me regardant.

— Un peu plus que quelques minutes, il est déjà 8 heures 15.


Elle se saisit de son téléphone pour regarder l’heure alors que je m’assieds sur le lit à côté d’elle.


— Non !! C’est impossible !! J’ai juste dormi quelques minutes !! Nous devions... On attendait cela depuis...

— Ce n’est que partie remise.


Elle me regarde alors avec des yeux humides et passe ses bras autour de mon cou, tout en s’excusant de s’être endormie.


Je l’embrasse sur la joue en lui disant à nouveau que ce n’est pas grave et qu’on en rira plus tard.

Elle ne retire pas ses bras autour de mon cou, elle me rend mon baiser sur ma joue. Nos regards ne se quittent pas. Je l’embrasse. Ses lèvres sont si douces, le baiser est tendre, Annie se rallonge, m’entraînant vers elle, nos langues se cherchent et se trouvent. Je passe sous la couette sans quitter ses lèvres puis posant ma main sur sa hanche et croisant nos jambes, je sens mon sexe durcir, je recule ma tête.


— Serais-tu un peu excité ? me dit-elle en souriant.

— J’ai juste perdu ma concentration. Faut lui laisser le temps de se calmer...

— Cela ne me dérange pas du tout si tu n’es pas concentré.


Je la regarde avec son sourire plein de malice.


— Et toi ? Tu n’es pas un peu excitée ?

— Ha, mais moi, je sais me tenir !!!


Elle rit de bon cœur. Le malaise de veille s’est dissipé.


— Bon bah si tu sais te tenir...


Je l’embrasse de plus belle, sa langue joue avec la mienne, mais mes baisers glissent sur son cou. J’entends un soupir d’approbation. Mon visage glisse entre ses seins et malgré sa nuisette, j’en embrasse un tout en massant le second. Quelques instants passent, puis je remonte face à son visage.


— Un peu excitée ?

— Non, il m’en faut bien plus !!!


Sans attendre, je glisse sur son corps. Mes baisers vont sur ses seins, son ventre... Satanée nuisette !!! Je la remonte pour coller mes lèvres sur son ventre. Je descends un peu plus et j’embrasse ses cuisses sans toucher à ce petit morceau de dentelle qui cache encore son intimité. Je la sens frissonner. Mes mains remontent sous sa nuisette pour caresser ses seins. J’entends un petit gémissement. Je remonte face à son visage...


— Une légère excitation ?


Pour seule réponse, elle me fait non de la tête en se mordant une lèvre. Je souris en la voyant ainsi puis je redescends. Mes baisers se rapprochent de son entrejambe, mais je veux encore un peu jouer avec elle. Je tire un peu sur sa dentelle et je souffle sur ses lèvres. Le gémissement devient plus fort. Je la déshabille, je sens sa chaleur contre mon visage... mes lèvres se posent sur les siennes, ma langue s’y glisse. Elle gémit plus fort. Je trouve son clito, ma langue passe dessus doucement au début puis je commence à jouer avec, je l’aspire. Annie pose ses mains sur ma tête puis sans prévenir, dans un gémissement étouffé, ses jambes se contractent contre ma tête. Je ne relâche pas son clito pendant qu’elle jouit.


Je la laisse reprendre ses esprits puis je remonte vers son visage...


— Légèrement excitée ?

— Tu veux jouer à ça avec moi ? me dit-elle sur un ton amusé et de défi.


Ni une, ni deux, je me retrouve sur le dos, Annie est sur moi. Elle retire sa nuisette. Je la vois entièrement nue pour la première fois.


— Tu es déjà bien excité, tu tiendras moins longtemps que moi ! dit-elle en me souriant.


Je la sens onduler sur mon sexe bien trop à l’étroit dans mon boxer. Elle m’embrasse alors que je sens sa chaleur contre mon sexe. Puis elle glisse à son tour (satané t-shirt !! ). Je sens ses baisers sur mon torse, sur mon ventre...


D’un geste sûr, elle me retire mon boxer, me libérant ainsi. D’une main ferme, elle se saisit de mon membre tendu face à son visage. Un coup de langue sur toute la longueur, puis un second... Je l’observe, elle croise mon regard, ses lèvres sur ma verge... je me surprends à gémir. Ça l’amuse de me voir ainsi, elle passe sa langue sur mon gland alors que je ferme les yeux pour en profiter au mieux. Tous mes sens sont en éveil quand soudain j’ouvre les yeux en grand, car je sens la chaleur de sa bouche tout autour de mon sexe. Les va-et-vient de sa tête sont lents, mais tellement délicieux. J’essaie de ne pas lui montrer que j’adore sa façon de me sucer, mais je crois qu’elle l’a mal pris, car la voilà en train de me sucer de plus en plus vite tout en me branlant de sa main. Quel supplice divin !! Je sens l’envie de jouir arriver, bien que j’essaie de résister.


— Attends, stop. Je ne vais pas tenir longtemps !

— Ha OK. Bon bah je vais y aller plus doucement, dit-elle en souriant de me voir ainsi.


Elle reglisse à nouveau mon sexe entre ses lèvres qu’elle serre un peu plus. D’un mouvement lent, elle aspire mon sexe entièrement. Je me dis qu’elle sait très bien ce qu’elle fait et que je...


— Heu non. Non plus !!


Sans rien dire, elle accélérait son mouvement de tête. Je gémis fort, je me redresse sur mes coudes et l’observe. Je jouis dans sa bouche alors que je sens sa langue jouer avec ma verge. Un jet, un second, elle garde mon sexe en bouche. Je retombe sur mon dos et j’essaie de reprendre mes esprits, mais c’est difficile, car elle est encore en train de me sucer avec envie. Je remarque aussi que je ne débande toujours pas.


Après quelques va-et-vient devenus très lents, elle se redresse légèrement et souffle sur ma verge, ce qui me fait aussitôt frissonner. Elle vient s’allonger à côté de moi, je la regarde, on s’embrasse.


Et dire qu’il n’est même pas encore 9 heures du matin...

Diffuse en direct !
Regarder son live