Le site de l'histoire érotique

Un week-end particulier

Chapitre 1

35
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 14 648 fois

35

4

J’ai donné rendez-vous à Cécile. Elle est célibataire. C’est une jolie blonde et elle souhaite vivre de nouvelles expériences. Je l’ai rencontrée lors d’un vernissage et j’ai bon espoir d’arriver à mes fins. J’y ai mis les formes en lui faisant miroiter des rivages inconnus où elle pourrait se laisser aller. J’ai attendu dans ce bar, et cette pétasse n’est pas venue. Qu’elle aille se faire sauter par le premier quidam venu cette conne. Quand je suis rentré chez moi, de rage, je m’inscris sur un site de rencontres et je n’y mets pas les formes. Une fois ma description faite, 1m87,91kg, peau mate, regard noir, style décontracté, j’écris ma petite phrase d’accroche, elle tient en trois mots : cherche esclave femelle. Je valide et j’envoie. Je prends un verre de whisky et j’éclate de rire en pensant à la tête des modérateurs.


La semaine se passe, à ma grande surprise mon annonce est acceptée. Je n’attends aucun message sachant que cette phrase ferait fuir n’importe qui. Après quelques semaines, alors que j’oublie le site, je reçois un message, une certaine Aurélie, une animatrice du site, qui me dit qu’un week-end est organisé et que j’ai été sélectionné pour y participer. Je pense à une blague ou à un truc un peu glauque, enfin de toute façon, rien de bien intéressant. Je ne prends pas la peine de répondre. Quelques jours après, je reçois un nouveau message insistant et en bas du message un numéro que je peux, si je le souhaite, appeler pour avoir des précisions pour ce week-end. Il est précisé que tout cela est très sérieux. Je relis le message, les horaires pour appeler sont des heures de bureau, le numéro est un fixe, je me dis que je ne risque pas grand-chose d’appeler.


J’appelle le lendemain matin. Une voix d’homme me répond, Aurélie est absente, elle est en RTT. Il me confirme que le week-end se déroulera à la Pentecôte et que non, ce n’est pas une blague et que nous serons logés dans un hôtel et qu’un transport en car est prévu. Il me donne le site de l’hôtel pour que je puisse voir moi-même le lieu où cela va se dérouler. Je vais sur le site et en effet, c’est un superbe hôtel avec vue sur la mer, piscine, terrasse. Les chambres sont grandes, avec balcon et petit salon. Un parc arboré fait le tour de l’hôtel.


Je laisse passer un peu de temps, et là, je reçois un troisième message me disant que si j’accepte, le séjour sera gratuit. Je suis un grand garçon, je n’ai pas grand-chose à faire à la Pentecôte et si on m’invite, autant y aller. Au moins, j’aurais passé un moment dans un endroit agréable. Je renvoie un mail leur confirmant que je participerai et je les remercie pour le geste commercial qu’ils font.


Quelques jours avant la Pentecôte, je reçois un mail pour me donner les différentes modalités ainsi que les dates et heures de rendez-vous. Nous avons rendez-vous le vendredi à 17H, place de la mairie, il y a environ trois heures de trajet. Le vendredi, je prépare ma valise, ce qui est rapide, prends une douche, me parfume, choisit soigneusement mes vêtements, il ne faut pas qu’ils se froissent, j’opte pour un pantalon en jean blanc, un polo de la même couleur et des chaussures sport wear.

J’arrive à 17H pile, je suis le dernier. Une jeune femme, assez grande, jolie, vêtue d’un pantalon, d’un corsage bleu azur et de sandale à semelle compensée m’attend à l’entrée du bus. Elle me sourit


— Bonjour, on attendait plus que vous. Je vous ai installé au fond du bus, j’espère que cela vous convient.


J’acquiesce. Le chauffeur prend ma valise et je monte dans le bus. Il y a de la place, c’est un bus de 50 places et nous devons être une vingtaine. Les prénoms sont marqués sur les sièges. En fait, personne n’est l’un à côté de l’autre. Je suis tout seul sur la rangée du fond. C’est un bus très confortable avec climatisation, bar, toilettes, télévision. Il y a de la place entre les sièges, je peux m’installer très confortablement. Je suis agréablement surpris. Le groupe est varié, il y a à peu près tous les âges. Cela doit s’échelonner de 20 à 60 ans et l’égalité est parfaite entre les hommes et les femmes.


Alors que nous démarrons, la jeune femme qui m’a reçu, prends le micro


— Bonjour à tous. Je m’appelle Aurélie et je suis accompagnée de Claire. Nous sommes contentes que vous veniez participer à ce grand week-end. C’est un séjour au bord de la mer et vous verrez l’hôtel qui nous accueille est très agréable avec une vue splendide. A l’arrivée, nous aurons un lunch et vous pourrez faire connaissance. Plusieurs activités vous seront proposées, on vous invite bien sûr à y participer, mais il n’y a aucune obligation. Je vous rappelle que le forfait du week-end est tout inclus. Nous allons venir vous voir individuellement pour les différentes formalités et le règlement du séjour. Je vous remercie de m’avoir écouté et vous souhaites un agréable week-end.


Aurélie et Claire passent de fauteuil en fauteuil, discutant, prenant leurs temps pour mettre à l’aise les personnes. L’ambiance est détendue, les gens ont l’air satisfait. Alors que Claire vient vers moi, Aurélie lui fait un petit signe. Claire fait demi-tour. Je peux ainsi admirer son postérieur qui est très bien fait. Son pantalon moulant le met bien en valeur.


Aurélie vient s’assoir à côté de moi. C’est une jeune femme souriante, un visage fin, une petite bouche, des cheveux bouclés. Le corsage est légèrement déboutonné et me laisse entr’apercevoir sa poitrine. Elle est moyenne, je parie pour un 85B.


— Bonjour, Thomas. J’ai eu du mal à vous convaincre. Je ne pensais pas que vous seriez aussi méfiant. Quand Julien m’a dit que vous aviez appelé, je pensais que vous alliez venir, mais en fait, il a fallu que je vous fasse cette offre pour que vous vous décidiez.

— Pourquoi tenez-vous tant à ce que je vienne ? C’est la question que je me pose et c’est une des raisons qui m’ont fait acceptez, savoir ce pourquoi ?

— Simple, vu la teneur de votre annonce, la seule solution est que la personne vous voie, sinon elle n’acceptera jamais

— La personne ?

-Oui, il y a une femme dans ce bus qui a consulté en une semaine 50 fois votre annonce.

-Qui ?

-Vous verrez bien. Je vous laisse.

Aurélie se lève et me fait un superbe sourire.


Cela fait un peu plus d’une heure que nous roulons et, maintenant, je regarde toute la gent féminine. Qui peut bien vouloir me rencontrer ? Je ne peux les voir que de dos ce qui ne m’aide pas. Celle qui a été sur le site a vu ma photo et elle sait qui je suis, je vais la laisser venir à moi. Elle est au minimum intriguée.