Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 5 445 fois
  • 22 J'aime
  • 1 Commentaire

un week-end pluvieux

Chapitre 1

Erotique

Week-end pluvieux


J’ai reçu cette semaine un colis contenant de l’huile de massage et de l’huile de massage.

Pour le massage l’essai eut lieu le soir même et ce fut un vrai délice car en plus elle était comestible et à la fraise.

Pour les menottes, on avait décidé d’attendre le week-end et c’est Nicolas qui fut tiré au sort pour les porter le premier.

J’avais donc demandé à un certain nombre d’internautes de m’envoyer leurs idées afin de pimenter un peu la séance et j’ai pu ainsi réaliser qu’ils avaient une imagination bien plus fertile que la mienne.

Quand nous les avons lu conjointement avec mon chéri, certaines d’entre-elles nous ont fait pétiller les yeux et d’autres par-contre nous ont fait un peu peur car souvent associées à de la violence.

Nous avons donc décidé d’en choisir secrètement chacun de notre côté une ou plusieurs et d’en faire la surprise à l’autre.

Premier bémol pour la soirée, finale de la ligue des champions qui finit bien plus tard que prévu, ce qui eut pour effet de me rendre un peu plus agressive que d’ordinaire.

Dans ma tête, je me disais déjà que j’allais lui faire payer ce retard et je ne m’en suis pas privé.

J’avais à l’origine prévu de le sucer un maximum sans qu’il puisse me toucher, mais là un peu en colère, je me suis jurée de lui faire découvrir la sodomie.

Jusqu’alors je lui avais déjà glissé un doigt entre les fesses pendant certaines fellations et c’est vrai que cela n’avait pas éveillé chez lui une grande contestation, mais on allait voir sa réaction au passage de mon vibro.

Le plus dur fut finalement de trouver comment l’attacher, car nous n’avons pas réellement un lit qui s’y prête vraiment.

On s’est finalement servi des attaches des rideaux que nous avons relié aux lattes du sommier qui nous ont permis de fixer les menottes à chaque bord du lit.

Pour corser un peu le tout et avec ma petite idée derrière la tête, je lui ai fait passer les jambes sous les bras pour m’assurer d’une totale entrave de ses mouvements.

Il était ainsi totalement à ma merci, certes dans une position pas des plus confortable, mais avec son sexe et son petit trou totalement dégagé pour moi.

Une fois ainsi installé, je l’ai laissé quelques minutes pour enfiler ma jolie guêpière blanche que je portais sous ma robe, le jour de notre mariage.

Le spectacle eu l’air de lui plaire, car je voyais déjà son sexe s’émouvoir.

Malgré ma volonté de vouloir faire un peu durer, je ne pus m’empêcher de le prendre rapidement en bouche.

Ce fut pour moi et apparemment pour lui aussi un véritable régal et dix minutes de ce traitement furent suffisant pour me montrer l’intensité de son plaisir en m’inondant le palais.

Mais alors que d’ordinaire je le laisse respirer un peu, là j’ai continué mon œuvre en le gardant en bouche et en lui agaçant gentiment l’anus avec mon doigt.

Ce qui eut pour effet immédiat de lui redonner de la vigueur.

Je me servais du sperme que je n’avais pas totalement avalé pour lui en enduire un peu les testicules et son mignon petit trou.

Quand par surprise je lui ai finalement introduit mon doigt dans les fesses, il s’est un peu raidi, mais j’ai senti aussi son sexe durcir un peu plus entre mes lèvres.

Moi personnellement j’adore la sodomie, car étant un peu étroite du côté de mon minou, je jubile d’avoir un gros machin entre mes fesses, alors que cela est parfois douloureux à l’entrée principale.

Aujourd’hui je voulais m’assurer de la réciprocité de mon chéri et la première étape semblait tout à fait concluante.

Je tendais donc la main vers la table de chevet, pour m’emparer de mon joli jouet à pile.

Nicolas émit bien quelques protestations, mais je ne ressenti pas vraiment un total refus pour m’en empêcher.

Je poursuivais donc mon incursion en appliquant l’embout de l’objet à l’entrée de son anus et petit à petit, je le voyais s’introduire peu à peu sans grandes difficultés.

Il faut dire aussi qu’il n’est pas très gros non plus.

Mais quand j’ai relevé les yeux vers son sexe, je l’ai vu aussitôt à son phénix et je n’eus ainsi plus le moindre doute sur le plaisir qu’il prenait aussi.

J’ai mis en marche les vibrations et je lui ai de nouveau avalé son joli bâton.

Contrairement à la première fellation relativement douce, là je lui aspirais la queue et le gland avec beaucoup de vigueur, on pouvait d’ailleurs entendre clairement les bruits de sucions que j’émettais.

Je lui enserrais avec mes doigts l’embase de son sexe pour l’empêcher d’éjaculer et faire durer un maximum, mais dès que j’ai relâché un peu l’étreinte, il m’a aspergé le fond de la gorge au point que j’ai failli m’étouffer en avalant de travers.

Je ne l’ai pas détaché tout de suite, car je lui ai retiré le vibromasseur de ses fesses pour le sucer et me caresser ensuite avec sous ses yeux.

J’étais toute trempée et l’ustensile n’a eu aucune difficulté à s’introduire dans mon ventre avec peut- être même un peu trop de facilité à mon goût.

Mais j’ai pris mon pied quand même et quand j’ai détaché mon chéri, il n’était peut-être plus en état de m’honorer, mais il a su se servir habilement de mon petit jouet pour me faire jouir encore un moment, preuve s’il en était besoin, que notre petite séance lui avait plu.

Pour finir il m’a murmuré à l’oreille que demain c’est lui qui abuserait de moi et à ces simples paroles, j’ai eu un ultime orgasme.

Vivement demain.


Bisous.

Nanette.

moinaninette@gmail.com

Diffuse en direct !
Regarder son live