Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Lue 33 970 fois
  • 25 J'aime
  • 1 Commentaire

Week end à Sète

Chapitre 1

Inceste

Tout dans cette aventure, que je relate en rectifiant seulement l’orthographe et les tournures approximatives, m’a été rapportée par une amie, devenue depuis une merveilleuse partenaire sexuelle ..Des prénoms des protagonistes, ravis d’être ainsi en partis dévoilés et mis en scène ; jusqu’aux lieux cités tout est rigoureusement authentique. ¤ Je dois d’ailleurs ajouter que nous avons finis la soirée en baisant copieusement en compagnie de nos conjoints respectifs, tous les quatre excités comme des fous, par ces aventures aussi érotiques qu’incestueuses.

¤ Le récit d’Emma.

¤

¤ J’ai vraiment bien fait de profiter de ce pont de l’ascension pour prendre les RTT que je cumulais depuis plusieurs mois...La villas de mes parents, Cécile 63ans et Julien 65ans, sur la colline de Sète est superbe avec piscine et combiné sauna-spa.

¤ Je m’appelle Emma 43ans et mon époux Laurent 44ans, retenu à Paris par sa charge d’agent de change doit nous rejoindre en fin de semaine...

¤ A une crispation dans le bas ventre, je constate que sa présence commence à me manquer...Malgré la liberté prônée par les mours actuelles, et quelques fantasmes extrêmement pervers, vicieux et dégradants ; mais au fond bien naturels ; nous n’avons jamais étés attirés par les amours partageuses ou mélangeuses...Notre fille Elise 22ans, qui sort tout juste d’une histoire d’amour compliquée, a préférée m’accompagner plutôt que de rester avec son père.

¤

¤ Pour décharger Maman des fastidieux travaux ménagers, mes parents font travailler, depuis des années, une employée de maison, Sandra 48ans...Un peu enrobée à mon goût, cette sympathique brune piquante, se plait à exhiber son opulente poitrine dans des décolletés pigeonnants... Toujours aimable, active, gaie et souriante, c’est devenu, entre eux, une sorte de jeux érotique, sans conséquence, dans lequel elle expose, soi-disant inconsciemment, mais en tous cas sans nul complexe, ses dessous coquins, en arborant des tenues toujours très courtes et sexys en diable...Bien qu’ils maintiennent ; en notre présence une distance de bon ton ; certains gestes un peu osés de papa ou maman envers Sandra nous laissent supposer que leurs rapports sont plus qu’amicaux ...Papa avoue d’ailleurs que sa présence stimulante et l’érotisme, voire l’exhibitionnisme de ses tenues, débrident leurs instincts et les poussent à une activité amoureuse très intense, pour des gens de leur âge.

¤

¤ Au bout de deux journées de bronzage intensif, nos peaux commencent à prendre un joli hale doré...Avec Elise, nous paressons, demi-nues, au bord de la piscine, en attendant Maman qui se douche...Pendu au portable, ma fille tente de régler ses ultimes problèmes de cour...Se retrouver au calme avec sa Maman et ses grands-parents lui fait le plus grand bien.

¤

¤ Elise : *Ils sont tous pareils, les mecs, c’était déjà comme ça, lorsque tu draguais papa, à part baiser, bouffer des chattes et se faire sucer le chibre, rien ne les intéressaient eux aussi ?

¤ Emma : *D’abord, tu pourrais t’exprimer autrement, ma grande, en moins cru et moins vulgaire. *Ensuite je n’ai pas draguée ton père, comme tu dis, c’est lui qui m’a fait une cour assidue avant que j’accepte de sortir avec lui. *Sinon, pour autant que je me souvienne, pour tous deux, le sexe a toujours été très important, nous avons commencés à baiser très jeunes...

¤ *Mais, contrairement aux gamins que tu fréquentes, Laurent m’a parlé très vite de se mettre ensemble et de se marier. *J’avais tout juste 16ans, lorsqu’il m’a déflorée. *Depuis il n’a jamais cessé de me faire merveilleusement l’amour. *Je ne devrais peut-être pas te le dire, mais actuellement nous nous faisons jouir pratiquement chaque jour, comme à 20ans.

¤ Elise : *Il n’est pas nécessaire que tu m’en parles, je vous entends suffisamment, vous n’êtes pas discrets du tout, lorsque vous prenez votre plaisir !!

¤ Emma : *Je suis navrée, ma chérie, nous ne nous rendons pas compte ! *Mais tu nous entends tant que ça, c’est très gênant, je ne sais que te dire. *Tu n’entends tout de même pas ton père, quand il me débite tous ses fantasmes très pervers ?

¤ Elise : *Mais si ; Maman, quelquefois j’entends très bien. *Je dois même dire que ça ne me laisse pas indifférente et que je participe, dans mon coin. *C’est vrai que papa est parfois très hard, mais cela n’a pas l’air de te déplaire du tout !

¤ Emma, catastrophée : *Tu participes ? Attends, ma chérie, je rêve ! Ne me dis pas que tu te caresses en nous écoutant. *Eh bien, quand je vais dire cela à ton père, il va être très embêté de savoir que tu nous connais si intimement !

¤ Elise, en riant : Tu n’es pas obligée de le lui dire ! *Continuez de baiser comme si je ne t’avais rien dit, j’aime bien vous entendre. *Ce sera notre secret de femmes.

¤

¤ Cécile : *Alors les filles, on papote ? *A voir vos mines, je suis certaine que vous parlez de sexe *Ne vous gênez pas pour moi, j’adore les histoires bien salope qui font mouiller. C’est agréable de se retrouver entre femmes et de se faire nos confidences !

¤ J’ai pensée, pour cet après-midi, à une séance de sauna, suivie d’un spa avec gommage et massage aux huiles relaxantes. *Vous verrez, c’est merveilleusement reposant et les massages sont aussi tonifiants que relaxants. *C’est aussi un tantinet coquin, mais vous jugerez par vous même !

¤

¤ Il est 17heures, Sandra a préparée le sauna lorsque nous arrivons toutes les trois...

¤ D’abord une bonne douche tiède pour bien se préparer la peau, puis nous entrons dans le sauna. *Ah non, pas de maillot dans la cabine, les filles, juste une serviette, s’écrie Maman, déballez un peu vos trésor. *Ah non ! *Enlevez vos mains. *Je n’ai pas souvent l’occasion d’admirer d’aussi belles chattes. *Vous êtes splendides, mes chéries, vos culs sont très harmonieux, si j’étais un mec je banderais certainement.

¤ Ça me fait tout drôle de me dévêtir devant Maman et ma fille... Je crois que ça m’excite un peu de les voir nues l’une à coté de l’autre...J’ai dandiné un peu du cul, devant Maman et Elise en enlevant ma culotte..Décidément, Laurent me manques vraiment, j’ai très envie de baiser !

¤

¤ Je découvre alors leurs deux fentes intégralement épilées, tout comme la mienne...Ma mère a une large cramouille aux grosses lèvres épaisses et très proéminentes...La vue de ces vulve gonflées et de ces lèvres légèrement entrouverte me parait particulièrement impudique et m’érotise les sens...Laurent doit avoir raison, quand dans nos baises les plus frénétiques, il me traite de grosse salope lubrique !!

¤

¤ Nous entrons, c’est un sauna six places, tout en bois clair, très agréable et fonctionnel...Maman règle la température et nous nous installons, demi-allongées, nous laissant baigner par la chaleur bienfaisante...

¤ Des rigoles de sueur s’écoulent sur les visages, puis sur les excitantes poitrine nues de Maman et d’Elise, pour finir en ruisseaux sur leurs sexes glabres et légèrement entrouverts...C’est incroyable mais elles m’excitent, je suis aussi ruisselante de sueur à l’extérieur que de mouille dans la chatte...

¤ Il faut que je me contrôle, je deviens folle, je ne vais tout de même pas me mettre à bander comme une vieille sale pour ma mère et ma fille..Ça y est, j’ai trouvé une solution, je me laisse aller, les yeux fermés.

¤ Au bout de 30mn, nous passons dans le spa, après une douche chaude...L’eau pourtant tiède nous parait assez fraiche, et offre au moins l’avantage de me calmer...Nous passons 15mn dans le bouillonnement des jets qui nous caressent agréablement...J’en profite pour me faire masser le clito par un de ces jets dirigé droit sur mon con échauffé...A voir la mine concentrée de mes voisines, elles aussi sont en train de se faire branler la cramouille par les jets d’air et d’eau mêlées... Nous passons ensuite aux tables de massage.

¤ Cécile : *Il est bien regrettable que ton père soit à son cours de peinture, c’est lui le vrai spécialiste, il te fait grimper en 5 minutes. *Je vais demander à Sandra de le remplacer.

¤ *Prends l’autre table, et allonges-toi, dit-elle à Elise, *ta Maman va s’occuper de toi en imitant les gestes de Sandra. *Oui, bien sur que tu restes nue, décidément tu veux la garder pour toi seule ta petite chatoune. *Fais en profiter ta mamie et allonge toi sur le ventre. *Tu as vraiment un cul superbe, ma chérie. *Mais bien sur, tes nichons aussi sont très beaux ; gros et magnifiquement fermes, surtout.

¤

¤ Sandra arrive vêtue d’un très léger peignoir dont la ceinture défaite nous permet de constater, qu’elle ne portes aucun dessous...Les poils de sa chatte très courts et bien noirs, sont taillés en un triangle parfait..Pour une fille que je trouvais grassouillette, elle na presque pas de ventre et de superbes mamelles, agréablement tombantes, avec de larges aréoles brunes.

¤ Elle commence par enfiler la main dans un gant, qu’elle enduit de produit exfoliant..L’imitant, je le passe ensuite sur tout le dos, les jambes et les fesses, de ma fille, sans trop masser...Ensuite rinçage et onction au lait hydratant ; puis même opération sur l’autre face...J’ai l’impression que Sandra s’attarde à plaisir sur les seins et le ventre de Maman qui ne s’en plaint absolument pas, ronronnant même de plaisir.

¤

¤ Versant un mince filet d’huile parfumée sur la poitrine et le ventre de Cécile elle l’étale ensuite, les mains à plat la faisant pénétrer par de doux mouvements circulaires...Je procède de même...Passive, au début, ma fille commence à s’échauffer.

¤ *C’est cool, Maman, je me sens bien, cette huile me picote un peu et chauffe très agréablement. *Je suis toute drôle !!

¤

¤ Rajoutant du produit de temps à autre, j’enduis maintenant, selon les directives de mon professeur occasionnel, les magnifiques seins de ma fille chérie..Je m’y attarde, comme le fait Sandra, les pétrissant à pleines mains, et faisant rouler les bouts raidis sous ses doigts...Bon sang je coule, je mouille en touchant ma fille, c’est bon !.....Elise laisse échapper des gémissements et ondule érotiquement des hanches sous les caresses, maintenant franchement érotiques que je lui prodigue.

¤

¤ Sandra : *Tu vois comme elle apprécie, regarde comme elle tortille agréablement son petit cul. *Tu verras quand ce sera ton tour, je vais te faire couler (tiens, elle me tutoie, maintenant) *A moins que tu préfères attendre que ce soit ton père qui te masses? *Il fait ça parfaitement !

¤

¤ Emma : *Il n’est pas question que Papa me tripote les nichons, tu exagères un peu, tu ne crois pas ? *Déjà je trouve que tu me demandes des attouchements assez osés, avec ma fille !

¤

¤ Elise : *Mais non, Maman, pourquoi osés, c’est très agréable, plote moi tant que tu veux, tu me fais du bien, je prends presque mon pied. *Je n’aurais jamais pensée éprouver tant de sensations en me faisant caresser les nichons par ma mère ! *C’est fait avec quoi, au juste cette huile, mamie ?

¤

¤ Cécile : *C’est un baume que Sandra utilise avec son mari pour magnifier ses érections et qu’elle nous à fait essayer. *Ce sont des extraits de plantes aux effets relaxants et légèrement aphrodisiaques. *Nous avons étés conquis, et depuis nous en commandons régulièrement.

¤ * Veux-tu qu’Emma continue, ma chérie ou préfères-tu la masser à ton tour ?

¤

¤ Elise : *Oh non, n’arrête pas Maman, je commence juste à vraiment apprécier. *Attrape moi carrément les seins, écrase les bien. *Appuie encore plus, j’éprouve des sensations plus intenses lorsque tu me masses un peu fort, continu, STP ! *Si tu insistes, je crois que je vais cracher mon jus, Maman !

¤

¤ Cécile, qui désire aussi faire monter notre excitation à son paroxysme, demande à Sandra de m’enduire de baume, en insistant sur les seins et le contour et les lèvres de la chatte, pendant que je lui rends la pareille, ...C’est vrai que je ressens rapidement des picotements très lascifs et une intense impression de chaleur...j’ai l’impression de sentir palpiter mon con humide.

¤

¤ Aussi chaude que le soleil, et sans me poser de questions, je me mets à malaxer à pleine main les seins raides et fermes de ma fille...Je joue longuement avec les tétons, les étirant avec gourmandise, jusqu’à faire gémir Elise de plaisir...

¤ J’ai beau trouver mes gestes dégradants, je n’en réagis pas moins en femelle échauffée..Je mouille comme une grosse sale en prodiguant ces caresses interdites..J’ai honte de moi, mais je ne peux m’empêcher de jouir en tripotant ma salope de fille en chaleur.

¤

¤ Après y avoir fait couler un peu d’huile, c’est sur la chatte entrouverte de Cécile que Sandra, s’acharne maintenant...Elle a quittée son peignoir, la main de ma mère caresse sa cramouille entrouverte...Sans me demander mon avis Elise me chatouille aussi la touffe et entrouvre mes lèvres pour insérer ses doigts dans mon con.

¤ En enfonçant profondément ses doigts, la masseuse, fait pénétrer le baume dans les replis intime de la connasse dilatée de Maman...Cécile manifeste son plein accord en écartant largement les cuisses et en tendant son ventre vers le haut...Dégageant le clitoris érigé, Sandra se met à le masturber énergiquement en le faisant coulisser vivement dans sa gaine.

¤

¤ Sandra : *Tu es dans un drôle d’état, Emma. *Il te fait bander comme une salope, mon baume ! *Fais comme moi, lâche-toi !! *Branles lui le clito, à ta fille, ne te retiens pas. *Masturbes la plus fort, ta putassse de fille, tu vois bien qu’elle est en train de jouir, astiques, bon dieu, ne fais pas semblant, astiques.

¤ *Regardes les, ces deux garces, elles n’attendent que de cracher leur saloperie de cyprine. *Ce sont des chiennes en chaleur, je te dis !! *Il faut les achever, ma biche. *Moi je vais bouffer la cramouille de ta cochonne de mère, je la fais toujours cracher comme cela. *Demande à Elise comment elle veut que tu l’achèves.

¤ La tête un peu en vrac je regarde ma petite fille chérie.

¤ Elise : *Bouffes moi la chatte, Maman, dévores moi la moule, j’ai trop envie. * Mets-toi à genoux sur moi, nous allons nous sucer le con en 69. * On va se faire un broutage mère fille bien dégueulasse, comme dans mes fantasmes de gamine. *Putain, de penser que c’est de l’inceste, je jute déjà.

    ¤

¤ Nos compagnes ont adoptées la même pose que nous et pendant un moment nous jouissons à grand renforts de cris et de sursauts de nos ventres torturés...Sandra me regarde,son visage est plein de bave et de bonne mouille féminine...

¤ Elle me demande : *On change, ma biche ?

    ¤

¤ La bouche enfouie dans les replis du con maternel je grignote, suce et avale tout ce que j’aperçois...Enhardie par les caresses de Maman sur mon anus, je lui perfore moi aussi la rondelle avec trois doigts que j’y agite violement...La largeur inusitée de son anneau me laisse soupçonner les enculages nombreux et profonds dont mon père et Sandra doivent la gratifier...

¤ *J’aimerais bien lécher la chatte de ma petite-fille, s’écrie Maman, on change d’équipière, mes chéries ?..

¤ Aussitôt, Elise enjambe sa grand’mère et se met à faire minette sur sa vieille cramouille cramoisie et débordante des jus odorants que nos langues ont déjà soutirées...

¤ 41ans ont beau les séparer, ces deux salopes lubriques se dévorent quand même le con ..C’est sale et sublime à la fois de les regarder se bouffer comme deux gouines.

¤ J’apprécie énormément le travail de Sandra sur mon clito, elle est gourmande et très patiente...Quand elle me lâche c’est pour murmurer d’une voix mourante

* Sandra : *Jutes, catin, dépêches toi de foutre, moi j’y suis presque. *Crache moi ton jus dans la gueule salope, vas-y, craches tout, balance ta crème, poufiasse. *Oui, comme ça jutes, jutes, jutes encore !

    ¤

¤ Epuisées, la tête et le vagin vidés, nous reprenons nos esprits inconscientes des tabous que nous venons d’enfreindre...La première d’aplomb Elise exprime simplement son plaisir :

¤ Elise : *Dire que je croyais savoir ce que c’était de jouir, je n’avais encore rien vécu. *A vous trois, vous m’avez fait cracher ma mouille pendant prés d’une heure. *Je ne savais pas pouvoir décharger autant de cyprine. *Qui aurait pu dire ça il y a 2heures. *C’était trop puissant de se manger la connasse avec ma grand’mère et Maman. *Comme un rêve. *Qu’est-ce que je suis bien !!

¤ Cécile : *Vos réactions vont au delà de tous nos espoirs. *Ton grand-père sera fou de joie d’apprendre ce que nous venons de faire. *Si vous voyiez dans quel état le mets ce baume, c’est inouï, sa bite reste raide des heures. *Il lui arrive de nous faire jouir trois fois chacune sans débander, vous verrez, quand il vous baisera, comme il est fort. *J’espère bien que Laurent sera lui aussi de la fête, tringler sa belle-mère et sa fille ne devrait pas lui déplaire, à ce bandeur ?

¤ Emma : *Attends, Maman, tout à l’heure si nous avons aussi passionnément participées c’est parce que vous nous avez prises un peu par surprise. *Et puis, nous avons fait l’amour seulement entre femmes. *De la à faire une partouse en famille, je ne sais pas ?

¤ *Tu proposes en plus de me faire emmancher par mon père et Elise par le sien et par son pépé, tu ne vas un peu loin, non ?

¤ *Elise, ma chérie, dis moi que toi au moins tu n’es pas excitée à cette idée ?

¤ Elise : *Après ces moments exceptionnels passées ensemble je peux vous dire le fond de ma pensée *Si je dois vivre en faisant l’amour avec papa et pépé des sensations et des plaisirs aussi intenses qu’avec vous, je dis oui sans réserve. * Jusqu’à maintenant je ne suis tombée, que sur de piètres amants ou sur des mecs qui voulaient me partager avec leurs potes.

¤ *Je préfère de beaucoup être la salope consentante de mon père et de mon grand’père, eux au moins m’aiment et je les aime. *Comme cela nous pourrons baiser sans arrêt tous ensembles sans nous préoccuper des autres.

¤ *Alors oui, Maman, je veux bien que papa me baise avec ou sans toi ! *Mais pour ton plaisir et le notre, tu dois aussi laisser pépé te piner quand il en aura envie. *Sinon l’union de notre petite famille ne serait pas complète¤

¤ Cécile : * C’est merveilleux que vous vouliez bien essayer, mes chéries, laissez nous faire.

  *Mais s’il y a le moindre problème, ou que vous n’ayez plus envie, dites-le, nous arrêtons de suite.

¤ *Pour Julien pas de problème, depuis le temps qu’il nous baise en parlant de vous, ce sera une délivrance. *En ce qui concerne Laurent, laissons faire Sandra. *Il ne tiendra pas longtemps devant une salope pareille

¤ Elise : Vous ne pensez pas que ce serait beaucoup plus pervers si c’était sa fille qui l’excite ? *Papa apprécieras certainement que ce soit moi qui le provoque et l’excite. *C’est peut-être mon père, mais c’est avant tout un homme, et à l’entendre baiser, il aime se servir de sa bite *Je vais me régaler à voir son braquemart se redresser !

    ¤

¤ Nous verrons bien ce qui va se passer!.....C’est vrai que comme énormément de pères, il fracasse souvent le cul de sa gamine, dans ses fantasmes, mon Laurent...Mais de là à la baiser en vrai...Quoique pour résister à une salope pareille, ça n’est pas évident... En tous cas, une chose est certaine, c’est que nous avons engendrés une sacrée petite pute...Il me tarde de voir les réactions de Laurent quand sa fille va l’allumer et le draguer.

¤

¤ Bien que Maman lui ai tout raconté en détail, mon père n’as fait aucune allusion à notre quatuor lesbien...Tant mieux, j’aurais été un peu gênée..

    ¤

¤ Laurent est arrivé depuis hier soir, malgré sa fatigue il a fallu qu’il me tringle une bonne partie de la nuit...Je l’ai laissé ensuite se reposer de son long trajet en voiture...Pour éviter que demain il ne soit trop surpris par les provocations de sa fille, je l’ai mis un peu au courant de notre projet de partouse, lui demandant de faire comme si je n’avais rien dit..Il m’a laissé lui dévorer la tige tout émoustillé de savoir que j’acceptais d’avance les pires saloperies qu’il pourrait faire avec toute la famille.

    ¤

¤ Après un diner agréable, Sandra, toujours aussi sexy et court vêtue nous sert les digestifs dans le patio...Dés qu’elle se penche un peu, ses mamelles jaillissent au trois-quarts du décolleté...Mine de rien, Laurent n’en perd pas une miette.

¤ Papa ne la quitte pas des yeux et je distingue très nettement son début d’érection sous la toile de son pantalon.

¤ Maman, assise jambes repliées, en face de son gendre dans une très excitante petite robe d’été mini et décolletée, laisse apercevoir un coquin petit string vert pâle...Elle bouge sans arrêt, découvrant parfois une grande parties de ses fesses.

¤ Elise à optée pour un court top, s’arrêtant tout juste sous ses seins nus et un micro short qui moule délicieusement ses jolies fesses, et dessine très suggestivement la fente de sa chatoune..Elle s’assied sur l’accoudoir du fauteuil, le dessous de seins en partie visibles, juste sous le nez de son père, qui n’a pas l’air d’en revenir.

¤ Ne voulant pas gâcher l’érotisme ambiant, je ne porte aucuns dessous...J’ai simplement passée une longue robe d’hôtesse très décolletée et ouverte pratiquement jusqu’au pubis..Je m’arrange pour que Laurent se rendes compte que je m’exhibe volontairement

¤ Sans doute sensible à l’ambiance lourde et sensuelle, Laurent nous regarde, l’air un peu surpris de la légèreté de nos tenues très affriolantes.

¤ Laurent, s’adressant à Elise : *Alors, ma puce, comment s’est passé le début de ton séjour. As-tu fais des choses intéressantes avec ta mère ?

¤ Elise : Oh oui, papa, grand’mère nous a fait partager une expérience très agréable en nous faisant découvrir sa nouvelle huile de massage. *Toi qui es si stressé par ton boulot et ce long trajet, tu devrais essayer ! *Mamie dit que je suis douée, si tu veux, je pourrais te masser

¤ Laurent : Pourquoi pas, mon ange, mais dans ce cas, bien que m’étant douché, ce matin, je retourne me passer sous l’eau.

¤ *Va plutôt dans le spa, lui dit, Julien, c’est plus agréable avec les jets, d’ailleurs je viens avec toi !

    ¤

¤ Il est clean, Laurent, un peu rougis par l’eau chaude...Elise le fait allonger sur le ventre, sur la table de massage...Julien s’installe sur l’autre, mamie à ses cotés...Elles commencent ensemble à enduire leurs hommes d’une légère couche d’huile, la faisant bien pénétrer par de légères onctions...Tout en caressant doucement le dos et les jambes de leurs patients elles attendent que le baume fasse son effet..

¤ Avec Sandra nous nous sommes rapprochées et nous les regardons d’un air gourmand en nous tenant par le cou.

¤ Laurent : *Ca picote et je ressens une sensation de chaleur mais en même temps je me décontracte, c’est très agréable. *Tu as les mains très douces, ma puce, tu devrais me masser plus souvent.

    ¤

¤ Elise fait tourner son père, pas de problème, il commence à bien bander, le salaud...Même opération de ce coté, mais au lieu de masser franchement, elle l’effleure et le caresse plus subtilement...Nous pouvons admirer la superbe érection de pépé qui gonfle paillardement son caleçon...Cécile le triture gentiment puis lui met entièrement la main dans le slip.

¤ Cécile : *Tu devrais enlever ton caleçon, mon chéri, sinon je ne peux pas te masser les fesses. *Tu devrais faire de même, Laurent, allez, mon garçon toi aussi montres nous tes trésors, n’ai pas honte, ta fifille en as déjà vu d’autres !

¤ Laurent me regarde, l’air soi disant embêté et apeuré, et m’interroge du regard.

¤ Elise : *C’est comme tu veux, papa, mais mamie a raison, si tu gardes ton short ce n’est vraiment pas pratique.

    ¤

¤ Quand il l’enlève et la regarde en souriant, elle comprend qu’elle a gagné...

    ¤

¤ A coté, Cécile masse franchement la verge maintenant haut-dressé et les grosses couilles marron de pépé...Prenant à pleine main la hampe raidie, elle entame une lente et sensuelle masturbation décalottant totalement le gland à chaque secousse...N’y tenant plus, elle englouti le sexe et se met à lui tailler une magnifique pipe mouillée.

    ¤

¤ Cécile : *Emma, viens ici, ma chérie. *Viens pomper la grosse pine de ton père, il n’attend que ça, ce vieux saligaud. *Allez, ma chérie, dépêche toi, ne le fais pas attendre, ensuite il te fera minette et il te baisera !

¤ *Ne t’inquiète pas pour Laurent, il s’en bat les couilles de sa femme en ce moment, il est en de bonnes mains, regarde-le, il se fait sucer le gland par sa fille. *Lui non plus ne vas pas tarder à l’enfiler sa gamine.

¤ *Sandra, mon cour, tu devrais aider Elise, avec l’énorme chibre que se traine son père, il y en a bien pour deux. *Allez, pompez et sucez, mes putes, régalez vous, ce n’est pas tous les jours qu’on peut baiser impunément en famille.

¤

¤ . Nous avons quittés les tables trop étroites, pour rejoindre le tapis du salon...Elise a repris sa fellation sur la belle bite de son papa qui bouffe la connasse de Sandra comme si sa vie en dépendait...Cette pouf lui envoi sa mouille dans la gueule presque sans discontinuer... Emma suce amoureusement la verge turgide de son père tout en masturbant, à pleine main, la connasse trempée de sa mère.

¤ Elise : Papa, je veux que tu me baise maintenant. *J’ai trop envie que tu envahisses mon vagin avec ta grande pine. *C’est tellement immoral de vouloir baiser sa fille, que ça ne peut qu’être merveilleux.

¤ Laurent : Appelles ta mère, ma puce, dis lui de venir. *Je te prendrais pendant que je verrais son père la baiser. *Je veux voir sa bite rentrer dans le con de sa fille. *Nous vous prendrons ensemble, la mère et la fille avec leur papa au fond de leurs cons. *Ca au moins, c’est de l’inceste mis en scène, ma puce, comme au cinéma !

    ¤

¤ .La pine de Laurent est entrée dans sa fille...Il s’est permis de lui investir le vagin..Il a commis le délit suprême, ce cochon...Putain que c’est bon de voir mon mari baiser sa fille...Notre vie ne seras plus jamais la même maintenant...Nous allons enfin pouvoir piner en famille...Quel pied d’enfer !!!

¤ .Juste à coté, follement excité par la vue de leur union incestueuse, papa me baratte la connasse de toutes ses forces...Il aime la baise violente, ce vieux salaud. *Mon père me colle la ramonée du siècle. *Il est en train de m’éclater, de me massacrer et je gueule comme une écorchée...Mais ça ne le ralentit pas et son chibre s’encastre de plus belle entre les lèvres de ma moule.

¤ .D’un seul coup il s’arrête, retire son gros sexe ruisselant et le plonge brusquement dans mon cul béant ...C’est reparti, il me pistonne l’anus à la même cadence folle, claquant bruyamment ses grosses couilles contre mes fesses...Le sauvage enculage dure longtemps et je ne pousse plus que des gémissements sous les brutaux assauts de mon père...Dans une dernière cavalcade il me transperce encore un moment, puis tape sur l’épaule de papa.

¤ Lucien : *On se les échange, nos deux pute, mon gendre. * Tu peux y aller franco, je lui ai mis le fion comme un hall de gare, à ta gonzesse. *Files moi la petite gamine que je la ramone bien à fond. *Tu es trop doux avec elles, il faut les défoncer, c’est ce qu’elles cherchent, ces truies. *Elles raffolent toutes de sensations fortes, ces chiennes !

¤ *Mais je suis con, ce serais dommage de te faire tringler ta femme, farcit toi plutôt, ta catin de belle-mère. *Une sacrée charogne, celle-là, si tu la voyais s’envoyer en l’air avec Sandra ! *Des fois, elles y passent toutes la soirée, à se gougner. *Quand elles sont parties dans leurs trips de lesbiennes, je suis forcé de me pignoler, si je veux juter.

¤ *Tu vas voir comment je lui ai agrandi le vestibule cette trainée. *Bientôt 50ans que je lui ravage la connasse et le cul. *J’en ai balancé des tombereaux de foutre dans ses trous. *Quand tu la tringleras, penses à lui juter dans la gueule, elle adore ça.

    ¤

¤ Ils nous ont toutes passées au rond, je ne sais combien de fois...Nos chattes et nos anus sont démolis et trempés et nous avons mal au ventre à force de subir leurs étreintes...De temps en temps ils nous font passer un peu de baumes sur leurs verges déjà énormes et sur nos chattes endolories.

¤ *C’est pour tenir la distance, dit papa !

    ¤

¤ Ils ont juté deux fois chacun en cours de route et toujours dans le cul d’Elise...Ils avaient décidés de lui faire sa fête, de lui défoncer le cul, mais en aimables sauvages, sans brutalité exagérée.

    ¤

¤ .Pour le moment, ils la prennent en doublette pour la seconde fois..Julien lui fore puissamment le cul et Laurent ramone son vagin...Leurs secousses coordonnées excitent les orifices martyrisés d’Elise qui ne cesse de geindre d’une toute petite voix.

¤ .Julien crache sa semence dans les intestins suppliciés de sa petite-fille...Dés qu’il s’est retiré, Laurent prend sa place. Il introduit profondément son chibre bien lubrifié par les sécrétions vaginales et hurle en déchargeant son foutre dans les boyaux saturés..

¤ .L’orifice du cul vide et béant dégorge le trop plein de foutre et de saletés qu’il ne peut plus contenir...Maman essuie l’anus dilaté de sa fille et en profite pour y insérer vicieusement sa main...Abrutie de folle jouissance et de fatigue, Elise ne réagit même pas à cette odieuse intromission.

    ¤

¤ Sandra et Cécile, comme deux salopes soumises, redonnent consistance aux chibres de nos hommes en les suçotant amoureusement et en les enculant de trois doigts insérés profondément.

    ¤

¤ Julien : *Plus profond les doigts dans le fion, salope, si tu ne me casse pas le cul plus fort je ne te baise pas, tu as compris. *Arrêtez, ça suffit, nous allons nous branler mutuellement.

* Bouffez-vous le con, et je veux la langue bien dedans, compris. *Après vous vous ferez une feuille de rose. *Tiens, Laurent, attrape mon chibre et astique-moi. *Si tu es en forme on se fait une pipe. *Je n’ai plus craché dans la gueule d’un mec depuis la fac. *Regarde un peu la trique que ça me donne de parler de ça. *Putain, si ça marche nous deux on va pouvoir s’enculer, ca serait sympa de se passer des femmes, ça te dirait qu’on s’encule ?

¤ Laurent : *Je veux bien essayer, la dernière fois que je me suis fais tirer l’anus, c’étais par mon frangin, on se pompait le dard et on s’enculait à tour de rôle. *C’est vieux, putain, j’avais 16ans et mon frangin 18. *On s’est pété la rondelle tout l’été. *Maintenant, quand on se voit, on en rigole. *Mais c’étais vachement bon, son chibre bien plongé au fond de mon cul, et en même temps, je me faisais juter en me paluchant. *On se bouffait le foutre aussi, c’étais pas mauvais, un peu salé.

¤ .Allez viens, Julien, encule moi bien à fond, et tu te termines en me jutant dans la gueule. *Ne te gènes pas, hein, tu mets le paquet, que ça me rappelle le gros chibre que me carrait mon fumier de frangin !!!!

    ¤

¤ .Depuis notre partie fine, ça n’a été que farniente et piscine...Mais les chibres de nos hommes recommencent à s’échauffer...Nous demandons à Elise de leur passer du baume, car ils prévoient un après-midi chargé...

¤ Julien *Branles-nous un peu, chérie, pendant que tu nous enduis. *Écarte les cuisses en grand, qu’on se régale de ta figue ! *4 cramouilles pour nous, ça va être dur de toutes vous faire grimper ensemble au ciel !

¤ Elise : *Elle est morte, ma figue, vous me l’avez vraiment ravagée. *Putain, pépé, j’ai cru que tu allais me casser, à force de piner sans arrêt. *Tu as la santé, votre mixture pour masser est vachement au point ! *Vous avez prévus quoi pour cet après-midi.

¤ Julien : *Nous aimerions beaucoup nous faire Sandra, mais seule. *D’ailleurs, maintenant pour pouvoir vous satisfaire entièrement, nous ne n’en sauterons qu’une par jour. *Comme vous êtes de très bonnes gouinasses celles qui restent n’ont qu’a se faire juter entre elles.

¤ Sandra : *On pourrait demander à mon Armando, de venir baiser avec nous. *Maintenant que vous me gardez tard le soir pour me tringler il en a un peu assez de se tirer des pignoles. *Il baise bien, mon mari et question gabarit du chibre, il vous bat tous.

¤ Cécile : *Tu es gentille, Sandra, j’aime bien partouser avec toi, mais je n’ai pas envie d’un autre chibre, à la maison. *Si tu ne veux plus rester le soir, je ne peux pas t’y obliger.

¤ Sandra : *Mais si je veux rester, puisque pour travailler le soir et mettre ma chatte à votre disposition vous me payez en heures supplémentaires. *J’ai l’impression de faire la putain. *J’adore ça, l’idée que je pourrais me prostituer. *Armando aussi, ça le fait bien bander que vous me payez pour m’emmancher. *Et puis c’est vachement stimulant, la bite infatigable de Julien qui me bourre les trous sans jamais s’arrêter.

¤ *Ce n’est pas grave que vous ne vouliez pas d’Armando, je vais demander à mes deux petites salopes de sour d’aller lui éponger le chibre tous les jours, à ma place. *Ca l’aidera à patienter, mon chéri et les deux gamines seront heureuses de pouvoir s’enfiler son énorme queue.

    ¤

¤ .Laissant, comme de bonnes lesbiennes, la grand’mère et sa petite fille, me grignoter le cresson et les mamelles, les garçons ont entrepris Sandra...

¤ .Elle git entre eux, bras et jambes à la dérive, et les regarde en se léchant les lèvres, l’air très salope !...

¤ .Laurent lui astique la chatte comme il adore me le faire, sans lui ôter sa culotte..

¤ .Saisissant le tissus de chaque coté de sa fente il le resserre jusqu’à former un cordon et le

tire vers le haut, le faisant bien pénétrer dans la fissure élargie de sa moule béante..

¤ .Agitant alors le cordon de coton il masse les chairs fragiles de son con en tirant fortement et en secouant latéralement le tissus...Sous le frottement le clitoris s’érige, venant frotter douloureusement sur la culotte..

    ¤

¤ Lorsqu’à la maison, il me prodigue cette caresse, Laurent laisse le protège-slip collé au fond de la culotte...Cette agglomérat, rugueux et rigide, agace horriblement mon clito gorgé de sang et me fais mouiller très fort et hurler des grossièretés...Mais au fil de sa masturbation, les jus suintants de ma cramouille humidifient tellement la culotte que le frottement devient de plus en plus agréable et déclenche vite de folles éjaculations de mes liqueurs féminines.

    ¤

¤ Sous la l’agréable douleur causée à sa connasse élargie et sauvagement fendue, Sandra se cabre, gémit et se tords en tous sens en éructant des mots sans suite.

¤ Sandra : *Fumier va !! *N’exagère pas, je ne suis pas une putain ! *Tu m’arrache la chatte, salaud. *Non, n’écoutes pas ce que je dis, n’arrêtes pas de me déchirer le con. *Continue encore plus fort, vas y, ouvres-moi la moule en deux. *Oh putain que c’est bon. *Encore, encore !!!

¤ .Sans attendre la fin de sa jouissance, Laurent arrache la culotte tire-bouchonnée de la fissure écarlate...A voir l’aspect sanguinolent de sa fente, Il l’a méchamment travaillée, mon chéri...J’aime beaucoup quand il se montre gentiment brutal et qu’il me torture un peu, mais qu’il le fasse à cette pute, c’est encore meilleur...Il ne faut pas que je les perde de vue, je vais me faire bouffer le con en les regardants baisers...

¤ .Julien s’est couché sur le dos, la tige énorme de son sexe sadiquement dressée à la verticale...Accroupie au dessus de lui, Sandra s’emboite lentement sur la tige turgide, en tortillant érotiquement ses grosses fesses écartelées...La longue bite disparaît entièrement dans le conduit vaginal et sous l’assaut forcené elle pousse un long hululement de plaisir et de rage mêlés...

¤ .A genoux derrière eux, Laurent s’infiltre tranquillement dans l’anus largement ouvert...Enculée et baisée à la fois Sandra clame son plaisir tandis que les deux hommes la ramonent en cadence, accordant leurs profondes perforations pour enfoncer leurs pieux au plus loin dans ses entrailles et ses intestins.

¤

¤ .Sans aucune brutalité, mais en forant ses orifices à une cadence de plus en plus rapides, ils emmènent leur compagne vers une intense jouissance...Remuant la tête et les fesses en tous sens, Sandra exhorte ses tourmenteurs à se dépasser et à la baiser encore plus fort.

¤

¤ Sandra : *Bourrez-moi, les mecs ! * Cassez-moi le cul encore plus fort, mes chéris. *Je suis votre salope, enfoncez moi bien vos bites ! *Putain que c’est bon de prendre deux queues, je vais partir ! *Finissez-moi, les garçons, finissez-moi bien ; accélérez ; je jute ; je crache ; mon dieu ! Je jouieeee !!!

    ¤

¤ .Tandis que Sandra cuve son orgasme en caressant son clito du bout du doigt, Laurent et Julien se sucent la bite avec gourmandise...N’ayant pas encore jutés je penses qu’ils vont aller au bout de leur pipes et se balancer leur crème dans la gorge...Depuis leur premier essai, ils ont pris gout à l’enculage et se poinçonnent souvent la rondelle, en nous laissant nous faire plaisir entre filles...Leurs façon de se lécher le fion en mettant beaucoup de salive me fait plutôt pencher pour une prochaine sodomie.

¤ .J’avais raison, Julien a propulsé son chibre dans l’anus bien lubrifié de son ami et l’encule puissamment en le traitant de tantouse...

¤ .Les agréables sensations que lui procure le frottement de sa verge sur les parois anales l’emmènent rapidement vers la jouissance...

¤ .C’est avec d’agréables frissons et de petits grognements de plaisir qu’il vide ses bourses dans les intestins accueillants.

¤ .Sitôt son cul libéré, Laurent s’agenouille derrière son ami et lui fait subir le même sort...

¤ .Mais l’enculage profond et rythmée qu’il vient d’endurer l’ont trop enflammés pour qu’il puisse résister plus longtemps...C’est le corps tétanisé par le plaisir, que nous le voyons lancer ses violentes décharges de foutre dans l’anus dilaté de son pote.

¤ .Nos deux hommes se bouffent longuement la langue en un long et baveux patin enflammé, visiblement heureux de pouvoir assouvir ensemble cette bisexualité qui leur procure d’aussi intenses satisfactions.

    ¤

¤ Sandra est venue se mêler à notre petit groupe de filles et nous nous papouillons un peu les seins, trop scotchées par l’érotique et virile relation de nos hommes pour penser à plus.

    ¤

Julien : *Viens vers nous, Sandra. *laisse les autres filles entre elles. *Aujourd’hui nous ne voulons pas qu’elles te touchent. *Si tu as envie, viens nous voir ou branles-toi seule, ma belle. *C’est ta journée, tu n’es qu’a nous deux, ok ?

¤ *Ne vous inquiétez pas, mesdames, votre tour viendras. *Nous vous l’avons dit ; chacune son jour !!

Diffuse en direct !
Regarder son live