Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 6 782 fois
  • 36 J'aime
  • 4 Commentaires

Week-end triolisme zoo

Chapitre 6

Zoophilie

René partit, me laissant seule les fesses en l’air, toujours collée à Wolf, le loup. J’attendais patiemment d’être enfin libérée de ce loup. Basile traînait dans les parages. Je craignais fortement qu’il envisage de me sodomiser avec son sexe d’une bonne trentaine de centimètres sur 15 de diamètre environ. S’il passait à l’acte, j’imaginais la douleur au niveau de mes entrailles. D’autant plus que je me demandais quel type d’animal était Blacky !!


Basile vint vers moi : "Tu me fais à nouveau bander en te voyant collée à ce loup. Il paraît qu’il est très domestiqué et que je pourrais investir ton cul sans que cela le gêne. J’ai trop envie de t’enculer, mais je ne veux pas de cris intempestifs quand tu auras trop mal, compris ?? Sinon je te fouette !!!"


L’inimaginable pour moi allait se produire, je me contractais à l’avance. Le sexe du loup dégonflait peu à peu, mais plus lentement qu’avec un chien, son sperme continuait de couler entre mes cuisses et cet homme voulait une double pénétration en me sodomisant avec son énorme sexe. J’étais bloquée par le loup, je ne pouvais rien faire d’autre que subir.


Basile s’assura que le loup était toujours soudé à mon vagin : "Ok, nous avons un petit peu de temps, je ne vais pas être vache, je vais te préparer avant".


Il enjamba mes fesses toujours en l’air et le loup qui s’était retourné, et commença à rentrer un doigt, à le tourner dans mon anus. Puis un deuxième et un troisième, il les tourna légèrement, fit quelques mouvements à l’intérieur, puis il les ressortit.


"OK, tu es prête, je vais juste enduire mon sexe de vaseline avant, pour ne pas te faire trop mal. La pénétration sera un peu plus supportable. Putain, qu’est ce que tu me fais bander !!!!!!! décidemment tu es vraiment trop bonne, j’ai hâte de vite t’enfiler !!!"


Sur ce, après avoir enduit son énorme sexe d’un peu de vaseline, il me dit : "OK, on y va, tourne toi légèrement pour que tu puisses voir un peu ma belle queue qui va t’embrocher".


Il écarta mes fesses d’une main, de l’autre main, il tenait son sexe et présenta son gland démesuré à l’entrée de mon anus. Puis il reprit son sexe avec ses deux mains et commença à pousser légèrement. Je me contractais, sachant que j’allais souffrir, son gland étant trop gros. Je retenais ma respiration de peur d’hurler.


"Je vais t’éclater le cul sale chienne, c’est tout ce que tu mérites et tu m’excites trop !!!" Ne crie surtout pas, me dit-il, tout en continuant de pousser petit à petit.


La pression fut d’abord supportable, j’avais déjà subi plusieurs enculades ce week-end. Mais tout à coup, j’hurlais, j’avais l’impression d’être déchirée. "Arrête, je t’en supplie, tu me fais trop mal, je ne peux plus le supporter".


"Tu sais ce qui va t’arriver si tu gueules trop, alors ferme là, mon gland est juste passé. Je vais continuer de t’empaler". Me dit-il en me donnant un violent coup de rein.


"Ahhhhhhhhhhhh, tu me déchires, arrête !!!!!!!!!"


Il prit le fouet et me donna un coup sur le dos. "Ferme la salope, je vais voir jusqu’où je peux t’embrocher".


Le loup s’était couché, nous étions toujours collés et de part sa nouvelle position, il tirait sur son sexe ce qui me faisait mal également.


Basile se retira d’un coup. Ouf, je me dis, cela doit lui suffire certainement. "Allonge toi sur le côté, je vais redisposer Wolf devant toi, je pourrai mieux te prendre par derrière"


Je m’exécutais tandis qu’il manipulait Wolf. Puis Basile vint se placer derrière moi, il reprit son énorme matraque à deux mains : "écarte tes fesses, je vais t’enculer sérieusement cette fois-ci."


Je m’exécutais, de peur de recevoir un nouveau coup de fouet. Il reposa son gland contre mon anus qu’il s’apprêtait à défoncer et m’encula d’un trait, au maximum. La douleur était tellement intense que j’en eus le souffle coupé, j’en pleurais.


Basile m’empoigna les hanches : "Tu es bien embrochée maintenant, tu ne peux plus bouger, je vais te défoncer, pas la peine d’hurler". Je mis ma main sur ma bouche, tandis qu’il se déchainait dans mes reins, ses mouvements étaient aussi rapides et brutaux que Wolf tout à l’heure. Fort heureusement, sa cavalcade dans mes reins ne dura pas très longtemps.


"Ahhhhhhhhhhhh, je gicle, putain qu’est ce que t’es bonne toi". Et il s’effondra sur mon dos. Je sentais son sexe qui palpitait dans mes fesses. Puis il se retira d’un coup aussi sec qu’il m’avait sodomisée.


"Nettoie ma queue sale pute". J’ouvris la bouche et il me la planta à l’intérieur. "Suce la, nettoie la bien". Je m’exécutais à nouveau. "C’est très bien, tu es une excellente soumise, on se reverra tous les deux après ce week-end, j’aurais des potes à te présenter".


Je ne disais plus rien, ne pensais plus rien, je n’étais que douleur à nouveau. Mon anus me brûlait. Wolf commençait à se décoller de moi. Au bout de 5 minutes il se libéra et un flot de sperme coula de mon vagin. Basile le retint avant qu’il ne s’échappe. "Nettoies sa bite aussi, suce la". Une fois fait, Basile ramena le loup à son maître, qui était à l’extérieur.


J’étais complètement seule, fatiguée par toutes ces émotions, je somnolais sur mon matelas.


Au bout de quelques minutes, je vis René qui rentrait dans la grange avec ce qui me sembla être un poney noir et blanc. J’étais rassurée, si je devais me faire prendre par un poney, c’était un moindre mal.


Il se rapprocha, en fait, erreur, il s’agissait d’un mini cheval. "Je te présente Sultan, Blacky n’est pas encore très dispo. On verra cela demain pour lui. Blacky et Sultan sont mes meilleurs reproducteurs, ils ont l’habitude de saillir également des femelles dans ton genre." Me dit René.



"Lève toi et va revêtir ce gilet pare balle, c’est une protection pour ton dos" m’ordonna René. Je m’exécutais. "Maintenant, tu vas contre cette barrière et tu t’y tiens fermement avec tes mains en écartant bien tes jambes". Je m’exécutais à nouveau.


Il arriva avec le mini cheval, le présenta derrière moi. "Penche toi bien et surtout tiens toi bien avec les mains, c’est plutôt brutal. Vas-y Sultan, tu peux la saillir maintenant. "


Le mini cheval me grimpa en partie sur le dos, ses deux pattes avant battant de chaque côté de mes hanches. Je faillis m’écrouler sous le poids. Il s’avança vers mes fesses en l’air avec ses pattes arrière et je sentis son sexe qui battait durement mes fesses. René, eut juste le temps d’écarter mes fesses, que son mini cheval trouva l’ouverture de mon vagin. Il le pénétra d’une traite très brutalement. Il s’aida de son arrière train qui reposait sur ses pattes arrière pour me donner des coups de butoir si violents, qu’ils me projetaient en avant. Je n’étais pas trop surprise par la taille du sexe du mini cheval que par la brutalité des coups de son sexe dans mon vagin. Ses va-et-vient si violents ne durèrent que quelques minutes fort heureusement. Il s’immobilisa et je sentis un grand jet de liquide très chaud en moi. Le mini cheval se retira aussitôt et son sperme ressortit de mes entrailles en une longue et abondante coulée.


Ce fut très rapide, très brutal et intense, mais finalement ma meilleure expérience. En bref j’ai adoré. Mon vagin avait été suffisamment dilaté par la boule du loup, qui était restée bloquée en moi, plus de 40 minutes.


"Wouha !!!!!!! j’ai adoré !!!!!! C’était super là." dis-je


"Je savais que tu apprécierais, tu es trop chienne pour ne pas aimer". Attends de tester Blacky !!! Tu verras la différence. Et je vais certainement demain, te faire prendre par un ou deux autres de mes animaux. "Sultan, va récupérer rapidement, il sera de nouveau opérationnel pour une autre expérience. En attendant, je vais passer après Sultan. Garde la même position qu’avec Sultan."


Je me remis en position, me maintenant à nouveau à la barrière. René vint derrière moi et m’enfila d’un coup. Mon vagin ayant été bien dilaté par ma dernière pénétration avec ce mini cheval, je ne sentais pas grand chose. "Putain qu’est ce que tu es large, mais j’adore, je sens le sperme de mon Sultan, c’est trop bandant". Il se démena sur mes fesses pendant quelques minutes encore et éjacula enfin. Il se rhabilla sans me demander autre chose.


"Bon, pour l’instant c’est suffisant, en attendant que Sultan soit à nouveau opérationnel". Tu peux te reposer, tu es une bonne pute"


Nous étions samedi soir, je pensais rentrer ce soir avec Cédric, son copain et Gypsis, mais apparemment, René en avait décidé autrement.


Suite au prochain épisode avec Sultan et Blacky.


Fantasmant vôtre.


Diffuse en direct !
Regarder son live