Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 8 534 fois
  • 109 J'aime
  • 10 Commentaires

World of Domination

Chapitre 1

Monde virtuel

Divers

Récolte des données ...


Initialisation de la carte ...

Tomodensitométrie du cerveau terminée. 

Veu/veu/veu/veu iiiiiiiiiiiiiiiii £%*//@# iiiii

Veuillez patientééééé @&µ$^- patien/patien/patien !§$^%£$: té/té/té/té/té/té  

Le jeux va commencéééé#’ç%! «=’»’à(µ*[+¨¨


...


Vous avez été déconnectée du serveur.  


Reconnexion ...

Récolte des données ...

Initialisation de la carte ...

Veuillez patienter.

Le jeux va commencer.



***


Lorsqu’elle ouvrit les yeux, Mégane fut éblouie par la lueur du jour. Le vertige qui la saisit faillit la jeter à terre mais elle parvint à maintenir son équilibre. Lorsque tous ses sens se stabilisèrent enfin, un impressionnant brouhaha l’assaillit. En jetant un regard circulaire, elle comprit qu’elle se tenait au centre d’une place bondée mais avant que d’autres informations ne lui parviennent, un coude percuta son menton.


-Ouch !

-Rah, c’est pas vrai !! Vous vous foutez de ma gueule, ou quoi ?


La fille qui venait de la frapper par mégarde était bardée d’une impressionnante armure turquoise. Elle gesticulait rageusement sans prendre garde à qui elle bousculait. Mégane découvrit qu’elle n’était pas la seule victime de ses agitations.


-Ça ne va pas ? s’enquit-elle en frottant sa mâchoire douloureuse.

-Putain non, ça va pas. J’allais le buter, j’étais à deux doigts de le niquer et j’ai été déconnectée. Non mais tu le crois ça ?

-Tuer qui ?

-Bordel de bordel de merde ! Le boss de ... (la fille détailla Mégane avec un mépris à peine dissimulé :) t’es nouvelle, toi.

-Oui, comment tu le sais ?

-T’as encore la tunique de début de jeu.  


Mégane prit alors conscience de sa tenue : une chemise blanche en toile rêche et un pantalon gris-brun de la même matière.


-Bon sorry, Megg, mais je n’ai pas de temps à perdre.  

-Comment tu connais mon pseudo ? s’étonna la débutante.

-Lève les yeux.


C’est ce que Mégane fit et découvrit le pseudo qu’elle avait choisi en début de partie flotter au-dessus de sa tête.


-Oh je vois. Tu es Renna donc.

-En plus elle sait lire, remarquable ! Bon, ferme-la, je vais me plaindre auprès d’un MJ.

-Un MJ ?

-Attends, t’as aucune notion de jeux vidéo, t’es sérieuse là ? Qu’est-ce que tu viens foutre ici ?

-Eh bien, je ...

-Tu sais quoi, je m’en balance. Un MJ c’est un maître de jeu. Si tu as une plainte, tu t’adresses à eux.

-Ah bon, et si j’ai une question concernant le jeu, je peux la leur poser ?


Renna émit un rire arrogant :


-Tu peux essayer mais ils ne te répondront pas. Le principe de ce jeux c’est qu’il n’y a aucune introduction ou explication ; on doit tout trouver par nous-même.

-Mais si jamais ...

-Écoute, j’adorerais bavarder avec toi mais en fait, j’en n’ai aucune envie.  


D’un mouvement du poignet, elle fit apparaître face à elle un tableau de bord sous format digital sur lequel elle pianota brièvement. Quelques secondes plus tard, un joueur se matérialisait à ses côtés. Mégane remarqua que le pseudo du nouveau venu, Extech06, était précédé des initiales MJ. Il devait s’agir de l’un de ces fameux maîtres de jeu dont parlait Renna.


Mégane les observa débattre jusqu’à ce qu’on lui tapote l’épaule.


-Je vois que tu viens de faire connaissance avec la guilde des Drakes noirs.


Mégane se trouva face à un jeune homme vêtu d’habits légers. Il avait passé un arc en bandoulière et un carquois plein de flèches reposait contre sa hanche. Ses cheveux blonds vénitien, tout comme sa barbe de trois jours, lui conféraient un air de joyeux rebelle. « Raymond » était inscrit en lettres vertes au-dessus de sa tête.


-Ah heu ... je ... je ne ...


Ne sachant pas quoi répondre, Mégane bafouilla avant de piquer un fard. Plutôt que de soutenir le regard du joueur, elle préféra contempler ses chaussures en peau tannée.


-La guilde des Drakes noirs, tu connais ? insista-t-il. Renna en fait partie.

-C’est quoi une guilde ?


Lorsque Mégane releva la tête, il la dévisageait avec incrédulité.


-Combien de jeux de rôle as-tu essayé avant celui-ci ?

-Heu ... aucun. C’est mon premier.

-Mais non ! s’exclama-t-il avant de partir dans un grand éclat de rire. Tu n’as jamais joué à un jeu de rôle avant et tu commences avec World of Domination ?

-C’est un problème ?

-Eh bien, Megg, sympa ton pseudo en passant, tu vas te faire rouler dessus.

-Me faire rouler dessus ? Mais par quoi ?


Paniquée, elle chercha des yeux un chariot ou quoique ce soit d’autre sur le point de la renverser. Le regard consterné que Raymond posa sur elle lui donna envie de creuser un trou pour s’y terrer les vingt prochaines années.


-Te faire rouler dessus, expliqua-t-il, ça veut dire que les autres joueurs vont s’en prendre à toi s’ils voient que tu ne comprends rien au jeux. Ils vont t’écraser quoi. Et si tu captes que dalle, tu seras incapable de te défendre.

-Je sais me défendre.

-J’en doute. Si tu ne sais même pas ce qu’est une guilde, tu n’as pas beaucoup de chance de survie ...

-Bah tu n’as qu’à m’expliquer.

-Ce n’est pas si simple. Vois-tu, je suis moi-même un recruteur : je cherche des joueurs prometteurs pour le inviter à rejoindre ma guilde. Seulement, un joueur prometteur, c’est tout ce que tu n’es pas ...


Mégane était estomaquée. À peine arrivée dans le monde virtuel, elle se prenait un coup au menton, se faisait rembarrée par une joueuse et jugée par un autre. Quel accueil !


Avisant l’air abattu de la débutante, le jeune homme regretta ses paroles.


-Je m’excuse, dit-il avec un sourire penaud. Je ne voulais pas me montrer sans cœur.  

-Ça ne fait rien, autant prendre conscience dès le début que ... je vais me faire rouler dessus. (Mégane détourna la tête, désireuse de changer de sujet :) Il y a toujours autant de monde ici ?


Raymond suivit son regard avant de pousser un profond soupir :


-Non, c’est la première fois. Il y a eu un bug de serveur ; tout le monde a été téléporté à son point de départ. (il haussa les épaules:) Alors, qu’est-ce que tu penses des graphismes du jeux ?


Trop accaparée par les protestations de Renna suivies des critiques de Raymond, Mégane n’avait pas pris la peine de jeter un coup d’œil autour d’elle. Et quel coup d’œil ! Tout semblait si vrai.


Elle se tenait sur la place d’un petit village, entourée d’une foule d’autres joueurs. Quelques habitations se dressaient de-ci, de-là mais très peu en comparaison au nombre de personnes présent. On eût dit qu’une petite bourgade perdue au fin fond de la campagne organisait un gigantesque festival médiéval. Mais le plus bluffant restait les détails ! D’une vaste diversité, ils conféraient à l’ensemble du décors un aspect troublant de réalité. Des taches de rouilles sur les armures, aux traits de visage, en passant par la mousse entre les pavés, tout paraissait si vrai. Si Mégane avait ignoré se trouver dans un jeux vidéo, elle se serait crue dans le village de son enfance.


-C’est sublime, souffla-t-elle.


Perdue dans sa contemplation, elle ne prêta pas attention à Raymond qui scrutait sans gêne son visage. Fin et encadré par de longs cheveux roux, il se terminait sur un menton élancé et élégant, malgré la marque rouge qui y naissait, souvenir de sa rencontre avec Renna. Celui-ci était surmonté de lèvres rose, d’un petit nez et des yeux noisettes brillant d’admiration. Son cou blanc, parsemé de taches de rousseurs, guidait le regard jusqu’à un doux creux que laissait entrevoir sa tunique de piètre qualité.


-Écoutez tous ! S’il vous plaît, faites silence !


Tout le monde se tourna vers Extech06. Il se tenait debout sur le dos d’une énorme bête qui, au garrot, surplombait la foule d’au moins un mètre. Plutôt courtaude, elle se déplaçait sur quatre pattes et sa tête, placée au bout d’un cou de taureau, rasait le sol comme si elle était trop lourde à soutenir. Le corps recouvert d’un assemblage de plaques en métal, de piques, lames et autres objets tranchants, elle était la créature la plus impressionnante que Mégane ait vu de toute sa vie.  


Malheureusement, saisie par son émerveillement, elle rata le début du discours du MJ.


-... ce n’est donc pas la peine de se plaindre à ce propos auprès des maîtres du jeu. Aussi, un pacte de non-agression est lancé à partir de maintenant pour les 24 heures à venir. Nous ne voulons pas que le bug vous handicape de trop dans votre progression. Inutile de s’attaquer entre joueurs, à part si vous tenez à gaspiller des munitions ou de l’énergie. J’espère que ...

-Pacte de non-agression mon cul oui !


Une boule de feu jaillit de la foule pour exploser sur le maître du jeu. Les joueurs autour du MJ s’écartèrent vivement devant les gerbes de feu et les mugissements de la bête. Après quelques secondes, l’incendie se calma, laissant Extech06 indemne. D’un coup de talon, il ordonna à sa monture d’avancer vers le joueur responsable de l’attaque. Le cercle qui s’était créé autour de ce dernier s’agrandit davantage et il se retrouva seul face au maître du jeu.  


-Sache que durant un pacte de non-agression, nous somme les seuls à avoir droit de vie ou du mort sur les joueurs. Peut-être souhaiterais-tu être immédiatement dépixelisé ?


Ayant perdu de sa flegme face à la terrifiante monture, le joueur secoua négativement la tête.


-Bon jeu à tous, lâcha Extech06 à l’intention de la foule avant de faire demi-tour et de quitter la place.


-Wooo ! s’exclama Mégane en se tournant vers Raymond.

-Pas mal, hein ? T’inquiète, on s’y fait vite. Alors, Megg, c’est quoi tes plans ?

-Mes plans ? Qu’est-ce que ça peut bien te faire ; de toute façon tu ne me veux pas dans ta guilde, quoique ça puisse être.


Raymond éclata d’un rire franc.


-Eh bien voilà ! Je préfère bien plus cette attitude. Et puis, ça t’aidera davantage à l’avenir qu’une timidité complètement déplacée. Non, ne me remercie pas, Megg, ça me fait plaisir de te venir en aide.

-Pff, c’est ça ouais, répliqua la débutante sans toutefois parvenir à masquer un sourire amusé.

-Pour répondre à ta question, une guilde c’est un groupe de joueurs s’associant pour avancer ensemble dans le jeux.  

-Je vois, ce sont des amis, quoi.

-Pas nécessairement ...  


Il appuya sa remarque d’un étrange regard qui laissa Mégane interloquée.


-Et donc, c’est qui les Drakes noirs ?

-C’est une guilde qui n’est pas vraiment recommandable. En fait, pour entrer dans leur ordre, tu dois être matrixé, ce que, évidement, je ne te recommande pas.

-Qu’est-ce que ça signifie être ma ...

-Attends, j’ai un appel.


Raymond effectua ce curieux mouvement du poignet et un tableau de bord se matérialise face à lui. En son centre se trouvait l’image d’un homme.


-Ray, ça va mec ?

-Salut, Tam. Ouais tout baigne, je suis de retour au Cerisier, histoire d’être un peu nostalgique.

-Oh mec, toi aussi tu as été déconnecté. Ça casse les couilles, hein ! Je savais pas que tu étais du Cerisier. Écoute, ici, un MJ s’est adressé à tout le monde pour nous dire qu’on ne sera pas dédommagé à cause du bug. 

-Oui, il s’est passé la même chose ici, acquiesça Raymond. Où t’es, toi ?

-Mec, je suis à Panterme.

-Oh putain, t’es à l’autre bout de la carte !

-Qu’est-ce qu’on fait, alors ? On bouge l’un vers l’autre ? Si on part maintenant, on peut se retrouver dans deux ou trois semaines dans la forêt volante. Je pense que Paladine veut profiter du bug mais on doit se grouiller.


Pendant que Raymond discutait, Mégane tentait de faire apparaître son tableau de bord en copiant le geste qu’elle l’avait vu appliquer. Malheureusement, Ses doigts avaient beau gesticuler dans tous les sens, aucune fenêtre virtuelle ne s’ouvrait.


-Je sais pas, Tam, répliqua le joueur en saisissant la main de Mégane au vol. Comme tu le vois, je suis en train de faire du baby-sitting, en ce moment.


Sans arrêter de parler, il plia le poignet de Mégane avant de le pousser vers le bas. Comme par magie, le tableau de bord de la jeune fille apparut devant elle ; elle poussa une exclamation émerveillée.


-Haha ! Sacré Raymond, t’as toujours aimé quand elles sont inexpérimen ...

-Oui, bon, comme tu le vois, je suis occupé, coupa l’archer. On se recapte plus tard, ça va ?

-C’est ça, c’est ça, lâcha Tam avec un rire railleur. Profite, mec.


Raymond jeta un regard en direction de Mégane ; si elle avait écouté sa discussion, elle n’en montra rien. De toute manière, elle était bien trop absorbée par la découverte de son nouvel outil.


Ayant cliqué sur l’onglet « inventaire », elle se retrouva avec une dague de basse extraction flottant devant ses yeux. Persuadée de se trouver en présence d’une illusion, elle afficha une mine surprise lorsque ses doigts entrèrent en contact avec l’arme.


-C’est le couteau pour débutant. Tout le monde commence avec ça mais c’est le bout de métal la plus à chier que tu puisses trouver dans tout World of Domination. Même une cuillère en bois serait plus efficace. Enfin, c’est mon avis.

-Je l’adore, fit-elle en le faisant tourner entre ses doigts.

-T’inquiète, tu trouveras vite beaucoup mieux.


Bien que la lame soit de mauvaise facture, Mégane trouva que le couteau recelait une certaine beauté. Par ailleurs, son émerveillement ne se portait pas uniquement sur l’objet mais également sur les sensations qu’il lui procurait. Elle le touchait réellement : la moindre entaille du manche en bois, la fraîcheur de la lame, la partie plus rugueuse de la rouille. Elle remarqua également que des petits fils de la corde servant à fixer l’ensemble restaient accrochés à ses doigts.


-C’est dingue !

-J’ai bien envie de voir ta tête quand tu tomberas face à une giga-vache.

-Une giga-vache ?


Raymond explosa de rire devant l’air ahuri de Mégane.


-Leur vrai nom c’est dévoreur de plaines mais on les appelle giga-vache, ça leur va mieux. T’inquiète, t’auras tout le temps d’en apercevoir. Bon, suis-moi, je vais te montrer deux-trois trucs.

-Je pensais que tu ne voulais pas de moi dans ta guilde.

-Ne vas pas trop vite en besogne, petite rouquine. Je ne te veux toujours pas dans ma guilde mais ça ne va pas m’empêcher de t’aider un peu pour tes débuts.  

-Si ça peut m’éviter de me faire rouler dessus par les autres joueurs, je veux bien t’engager comme guide personnel.

-C’est comme ça que tu me remercies pour ... (Raymond se tut lorsqu’il aperçut le regard ironique de la jeune fille) Et en plus, elle se fout de ma gueule. On aura tout vu !


Comme la foule s’était déjà en partie dispersée, il leur fut facile de traverser la place du village. Mégane comprit pourquoi cet endroit se nommait le Village au Cerisier en apercevant le-dit arbre juste à côté de l’auberge. Effeuillé et rachitique, on avait l’impression qu’il allait s’effondrer au premier coup de vent ; la jeune fille se demanda comment un arbre aussi malingre pouvait être le symbole de quoique ce soit.


Raymond l’entraîna sur un petit sentier passant à travers bois. Comme ils quittaient le village, Mégane l’interrogea :


-Il ne devrait pas y avoir ... heu ... je sais pas, une quête ou un truc dans le genre ?

-Non, c’est l’une des particularités de World of Domination. Les développeurs se sont dit que ce serait une bonne idée de nous lâcher dans le monde virtuel sans rien nous dire. Et le pire, c’est que ça marche du tonnerre. Tout ça, c’est possible grâce à la technologie de la spiritualité virtuelle, j’imagine que tu en as entendu parler.


Mégane acquiesça. Lorsque son père lui avait acheté le jeu, il lui avait aussi pris un rendez-vous chez le médecin. En effet, impossible de jouer à World of Domination sans avoir effectué une batterie de tests s’assurant que les neurones étaient correctement connectés les uns aux autres. Ensuite, on lui avait expliqué comment fonctionnait la spiritualité virtuelle. En fait, c’était assez simple.


Dans la vraie vie, le corps envoie des informations au cerveau pour lui transmettre ce qu’il ressent tandis que le cerveau envoie des signaux au corps dans le but de se mouvoir. La spiritualité virtuelle, quant à elle, est une technologie qui consiste à isoler la matière grise. Elle prend le rôle du corps et c’est elle qui échange alors les signaux avec le cerveau. Ainsi, lorsqu’elle fournit la sensation de toucher un couteau de mauvaise qualité, la personne sera convaincue de le toucher pour de vrai. Elle peut dès lors recréée tout l’environnement d’un individu persuadé qu’il se trouvera dans un monde réel.


-Le jeu est si beau, poursuivit Raymond, qu’on a envie de parcourir toute la carte. Les quêtes arrivent plus tard, tu verras. Par contre, je me rend compte que la nuit va bientôt tomber. Mieux vaut commencer à chercher un abri.

-Mais alors, on se promène simplement ?

-Shht


L’archer désigna une créature qui se frottait à un arbre. De la taille d’un veau, elle était revêtue de plaques osseuses qui lui conféraient l’apparence d’un gros chien en armure.


-C’est un varney blindé, chuchota l’archer. Il ne devrait pas se trouver ici car ils sont utilisés comme protecteurs par des unités très puissantes. Moi-même je ne peux rien face à eux ; je ne parviens pas encore à effectuer des tirs perforants.


Mégane fit semblant d’avoir compris ; ils contournèrent l’étrange animal avant de poursuivre leur route.


-Qu’est-ce qu’un varney blindé fait dans une zone pour débutant ? s’inquiéta Raymond.

-Ils sont dangereux ?

-Pas si tu les laisses tranquille ou s’ils ont des petits. Et évite de t’en prendre à la créature qu’ils protègent. Celui-là s’est perdu, j’imagine ...


Quelques pas plus loin, Mégane aperçut une grande créature se mouvant sur deux pattes. Haute de trois mètres, elle tendait d’interminables bras pour cueillir les fruits d’un arbre. Lorsque la jeune fille la désigna à Raymond, il écarquilla les yeux de surprise.


-Fuck ! Un gardien. Ok, là, ce n’est pas normal. Le bug a probablement déréglé quelque chose parce que ce genre de créature ne devrait pas se trouver ici.

-Heu ... Raymond, je pense qu’il nous a vu ...


L’archer saisit aussitôt son arc, encocha une flèche et visa. Le gardien se dirigeait d’un pas lourd vers eux sans redouter une quelconque menace de leur part. Raymond bloqua sa respiration avant de lâcher la corde. Un trait enflammé fusa pour exploser sur le torse de la créature. La créature s’arrêta, considéra la flèche incandescente plantée dans son écorce d’un œil intrigué avant de reporter son attention sur les deux joueurs.


Raymond voulut tirer à nouveau mais le gardien le prit de vitesse : il abattit ses deux mains sur le sol comme s’il possédait un énorme marteau. La terre trembla. Autour de l’archer, des racines jaillirent de terre pour emprisonner ses membres ; en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, il se retrouva immobilisé.


Constatant qu’il ne parviendrait pas à se dépêtrer de l’enchevêtrement de ronces et de lianes, il poussa un profond soupir avant de se tourner vers une Mégane paralysée de peur.


-Merde, tu sais quoi ? J’ai oublié de prendre ton contact. Ça te dit qu’on se revoit un de ces ...


Un pieu se planta dans son torse ; Mégane hurla.


La plaie autour de la lance en bois parut se consumer avant de se transformer en pixels lumineux. Ils se détachèrent du corps sans vie pour s’envoler vers le ciel comme les étincelles d’un feu. Le processus s’étendit et, en quelques secondes, il ne resta plus trace de Raymond si ce n’est la végétation qui l’avait ligoté.


Mégane se retrouva seule.  


Face au gardien.

Diffuse en direct !
Regarder son live