Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 30 457 fois
  • 237 J'aime
  • 3 Commentaires
  • Corrigée par l'équipe

Le zoo Familial

Chapitre 2

Inceste

Voilà déjà cinq jours de passés depuis que j’ai vécu, une journée, très spéciale avec deux personnes de ma famille. Depuis, les visions des deux poitrines, celle de ma mère puis celle de ma tante, n’arrêtent pas de me hanter l’esprit. Ma mère ne m’en a pas reparlé, mais je reste un peu gêné dès que je suis avec elle. J’essaie de ne pas montrer mon mal-être en sa présence. Mais de temps en temps pendant le petit-déjeuner ou pendant le souper, c’est plus fort que moi et je jette des coups d’œil en direction de sa poitrine ou du décolleté maternel. Et chaque soir, je repense aussi à ma tata qui m’a surpris à fouiller dans les dessous de ma mère et je me demande si elle lui en a parlé. Et comme depuis cinq soirs maintenant, je me caresse en voyant ces deux paires de seins dans ma tête et chaque fois, ça finit dans de puissants jets brûlants et gluants sur mon torse.


Ce matin, comme tous les matins, je pars faire mon tour du zoo. Les lions rugissent au soleil qui se lève. Le zèbre bande déjà comme un âne. J’aperçois le quad de ma mère devant l’enclos des chimpanzés. Je rentre dans l’enclos. Derrière un amas de troncs destiné au jeu des grands singes, je vois ma mère entourée des deux mâles. L’un d’entre eux, le plus proche de ma mère a la tête en arrière tandis que le second semble les regarder avec intérêt. En m’approchant un peu plus, je tombe sous le choc. Ma mère est à genoux devant le singe en train de le masturber. Je n’en reviens pas. Le sexe fin et long de l’animal glisse entre les doigts de ma jolie maman. Je me cache derrière le buisson et je regarde cette scène surréaliste. Le singe se laisse faire, et je vois arriver un deuxième qui sans hésiter vient vers maman et commence à tirer sur sa chemise de travail.


Maman a l’air de comprendre ce qu’il veut puis elle lâche le sexe du premier singe et se relève et prend les deux singes par la main, regarde autour d’elle puis elle entre dans le cabanon des primates...


Moi n’en revenant pas, je décide de voir ce qui se passe. J’enjambe les feuillages et m’approche du cabanon. Arrivé devant la façade, j’essaie de regarder par la fenêtre, mais je suis trop petit, je prends appui sur le rebord et me tire sur mes bras... Et là, je vois à l’intérieur ma maman qui est toujours en train de branler le singe, mais sauf que là, elle est sein nu et le deuxième singe plus jeune et en train de lécher un de ses seins. Dans ma tête, je n’en reviens pas une seconde, mais au même moment, je perds appui et tombe du rebord contre l’autre paroi faisant un bruit que ma mère a forcément entendu.


Ma mère regarde derrière elle. Elle semble inquiète du bruit. Je reste caché. Je m’attendais à ce qu’elle sorte en panique, mais j’ai l’impression qu’elle est plus prise par ce qui se passe à l’intérieur du cabanon. Après trois minutes à me cacher, mon cœur bat à mille à l’heure, je me décide à remonter sur le bord de la fenêtre pour voir ce qui se passe. Ma surprise n’en est que plus grande. Ma mère est désormais accroupie devant les deux singes puis je la vois se pencher en avant et sans hésiter, elle avale le sexe d’un des deux primates. Le second a maintenant son sexe en main tandis que le premier le regarde comme s’il rigolait. Dans ma tête, je me dis que je ne devrais pas regarder, mais c’est plus fort que moi et je continue de regarder ma mère avec ces deux singes surexcités qui commencent à crier de façon très aiguë. Puis maman se redresse, lâchant le sexe du singe dégoulinant de salive et tourne sa poitrine en direction du plus jeune singe.


Le primate surexcité se jette sur maman et tète son sein comme un bébé.

Derrière la fenêtre, je me mets à me masturber. Puis je me dis que je pourrais garder un souvenir de cette scène. Alors je sors mon téléphone portable et commence à filmer cette scène surréaliste. Dans le cabanon, ma mère est à genoux, elle caresse la tête du jeune primate qui suce son mamelon. Moi mon sexe est tendu à mort et touche même la paroi du cabanon tellement cette situation m’excite et me trouble. Mais le temps passe et le soleil se lève et sans que je me rende compte, l’ombre de ma tête est visible sur la paroi intérieure du cabanon. Et là, ma maman voit mon ombre et tourne son visage vers la fenêtre. Je vois et j’entends ma mère crier..." Oh mon Dieu Didier " puis se redresse, paniquée, cachant sa poitrine avec sa chemise en se retournant. Elle reboutonne sa chemise avec une rapidité incroyable et court vers la porte qui donne là où je suis accroché. J’ai à peine le temps de remettre mon sexe dans mon pantalon et cacher mon téléphone.


En le cachant, je perds l’équilibre et retombe sur le dos mon jean ouvert et mon boxer tendu bien visible. Après deux ou trois secondes, je vois la porte s’ouvrir. Ma mère en sortir me regardant.


— Qu’est-ce que tu fais là ?

— Rien, je venais voir si ...

— Qu’est-ce que tu as vu ?

— Rien enfin si ... Avec les singes, enfin tu comprends ...

— Mon Dieu ! Surtout, n’en parle à personne, on en reparle ce soir.


Ma mère regarde la bosse de mon pantalon, elle devient rouge puis détourne les yeux. Je la vois sortir rapidement sans plus me dire un mot. A peine est-elle sortie, que j’entends le cri des singes. En regardant à l’entrée du cabanon, j’aperçois les deux singes en train de copuler avec la jeune femelle nouvellement arrivée. La petite guenon semble apprécier le traitement que lui infligent les deux mâles.

Toute la soirée qui suit, on s’évite le plus possible sentant le malaise entre nous, je vais assez vite me réfugier dans ma chambre sans même avoir mangé. Ma mère prend son courage à deux mains et vient frapper à ma porte puis elle entre. Je la regarde, elle me regarde puis elle me dit.


— Didier faut qu’on parle.

— Euh je... Je crois maman, dis-je tout gêné.

— Je suis désolée pour ce que tu as vu cet après-midi Didier.

— Euh oui c’était... c’était un peu bizarre maman.


Elle s’approche de mon lit, s’assied sur le coin du lit et commence à me dire.


— Tu connais le jeune singe que tu as vu. Bébé, il a perdu sa maman et avec les soigneuses, on a essayé de le nourrir au biberon pour remplacer sa mère. Mais il refusait de boire au biberon, alors après des recherches sur le Net, j’ai vu que dans un autre zoo en Allemagne, ça avait marché avec une femme... Et... enfin, après plusieurs mois, il a pris goût et... j’ai honte, mais j’y ai pris goût aussi, dit-elle en rougissant.

— Mais euh, c’est quand même un peu bizarre maman, non ?

— Je sais mon chéri et c’est pour ça que ça doit rester un secret, tu comprends ?

— Euh, je crois maman... Mais euh tu. Enfin, tu fais ça souvent maman ?

— Ça dépend de l’envie du singe, dit-elle, les joues toutes rouges.

— Mais euh... et celui à qui tu touches son enfin, son zizi.

— Ah, tu as vu ça aussi !?


À ce moment, ma mère semble vraiment gênée. Je sors mon téléphone.


— Oui, regarde.

— Non, mais tu ne peux pas conserver ça !

— Regarde comme tu es rayonnante avec les singes.

— Je ferai tout ce que tu veux, mais surtout ne montre jamais cette vidéo.


Je n’avais pas pensé que ma mère serait autant gênée. Mon cerveau ne fait qu’un tour. Je me dis que je pourrais en profiter un peu.


— Maman, tu te souviens hier, quand je t’ai passé la crème.

— Oui.

— Je voudrais te revoir comme tu étais habillée.

— Tu veux dire en... en soutien-gorge, dit-elle, les joues rouges.

— Euh oui maman, dis-je aussi gêné.

— Bon, mais tu as bien compris, tout devra rester entre nous secret. D’accord ? Tu me le promets ?

— D’accord maman, c’est promis.


Là, elle me regarde et devant moi, elle commence à déboutonner sa chemise. Bouton après bouton, je vois apparaître le soutien-gorge de maman. Je la regarde comme elle n’a plus été regardée depuis longtemps. Elle finit d’ouvrir sa chemise et la retire complètement. Mon regard est fixé sur son buste. Mes joues toutes rouges, ma respiration qui s’accélère et mon érection qui monte sans même que je m’en aperçoive tellement je suis troublé et subjugué par cette vision. Mes yeux sont comme aimantés à son soutien-gorge, à chaque mouvement qu’elle fait, mes yeux suivent ses gestes. Dans ma tête, je suis totalement perdu, je me sens bizarre, troublé et excité. Mon sexe gonfle encore plus à chaque battement de mon cœur qui bat très très vite. Mon regard glisse sur son soutien-gorge en dentelle rose et contemple la courbe généreuse de cette poitrine maternelle, ainsi que le mamelon légèrement visible à travers la fine dentelle.


Ma mère aussi troublée m’observe en train de regarder sa poitrine en détail. Après quelques secondes de gêne, elle est amusée de voir qu’au moindre mouvement de sa part, mon regard la suit. Et en baissant les yeux, elle voit avec stupéfaction l’effet qu’elle me procure en voyant ma bosse sous le short.


— Ben dis donc Didier, qu’est-ce qui t’arrive ? dit-elle amusée. Tellement je suis troublé, je n’entends même pas sa question. Elle est amusée par cette situation, elle pose ses mains de chaque côté de sa poitrine et elle sert ses gros seins ensemble.

— C’est mieux comme ça Didier ?

— Je... tu... tu es trop... Trop belle, dis-je trouble et tout rouge.


Elle est aussi troublée, mais elle commence à apprécier cette situation, elle continue de serrer ses seins devant moi, elle les masse et les palpe en les serrant ensemble. Les bonnets de son soutif sont tendus tellement ses seins sont compressés quand elle les sert. Moi, je ne peux pas m’empêcher de regarder cette scène incroyable. Je me dis que c’est fou, mais c’est tellement beau. Je ne me rends pas compte que mon sexe augmente encore dans mon short tellement je suis absorbé par les mouvements de la poitrine de ma mère. Elle s’en aperçoit et ça la trouble de plus en plus.


— C’est... C’est une trop belle maman, dis-je les joues toutes rouges et le front qui commence à perler légèrement.

— Mhh merci mon chou, dit-elle en continuant de serrer ses seins.


Et là dans un geste encore plus fou de sa part et avec l’effet que lui donne cette situation, elle baisse doucement un des bonnets de son soutien-gorge pour faire apparaître un magnifique mamelon gonflé par l’excitation de l’interdit. Là, elle sent qu’elle fait quelque chose de mal, mais c’est plus fort qu’elle. Les bonnets du soutien-gorge sont sous ses magnifiques seins et devant son fils, elle caresse ses seins nus devant lui.

Pour ma part, ma respiration augmente et je sens mon short qui est prêt à exploser et je vois maman qui le regarde. Sans dire un mot, elle saisit ma main tremblante et vient la poser sur un de ses seins, et en tenant ma main dessus, elle continue de les masser. Nos regards se fixent.


— Hummm ça te plaît mon chéri ?


— Je... je... c’est... C’est trop bien maman.


Je commence timidement à bouger mes mains sur ses magnifiques seins déjà bien tendus. Mes doigts frôlent et entourent le mamelon maternel. Et doucement, je les serre entre mes petits doigts et elle pousse un petit gémissement qui ne me laisse pas indifférent. Je la regarde dans les yeux et je les repince une fois légèrement. Et là elle approche son sein de mon visage et comme instinctivement, mes lèvres se posent sur son mamelon qui est déjà tout dur et tendu. Et doucement, je commence à la téter amoureusement.

Diffuse en direct !
Regarder son live