Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 6 176 fois
  • 31 J'aime
  • 0 Commentaire

Aventure d'une transformation

Chapitre 3

Inceste

Un mouvement sous moi me tira de mon inconscience. J’entendis marmonner, mais je ne compris rien. Je sentais mon corps courbaturé, et mon entrejambe toute poisseuse. Les souvenirs, un peu flou, me revinrent en mémoire. Qu’avions nous fait? Je roulais sur le côté, laissant le corps d’homme qui fut le mien, se lever. Quelques secondes plus tard, j’émergeais enfin pour de bon des brumes de mon cerveau.

-Bouge toi, me disais Marina d’un ton brusque. Will ne va pas tarder à rentrer, il m’a envoyer un SMS pour me dire qu’il rentrait manger.

Une sonnette d’alarme retentit dans ma tête. Je me précipitais dans la salle de bain pour me nettoyer un peu, du sperme coulait encore de mon vagin, et je courus jusqu’à l’armoire enfiler le premier vêtement que j’avais pu trouver. Une robe, toute simple. Je me serais trouvée belle si je n’avais ce côté "homme" de ma personnalité qui dominait encore. Pour le moment, je me sentais surtout con. Mais je n’eus pas le temps de me changer, juste d’enfiler une culotte rose et légère avant d’entendre les pneus crisser dans l’allée.

Marina en avait profiter pour mettre du poisson a décongeler et préparer la table. Elle me fit un regard dur. Aie, ça s’annonçait mal pour moi. Mais après tout, elle n’avait pas refuser non plus. J’allais dire quelque chose, mais elle prit la parole avant.

-Non, on parlera après.

Ok, ça c’est clair. L’avantage, c’est qu’elle n’aura pas envie de me balancer à Will, ou de raconter quoi que ce soit. Le repas se passa de manière légèrement tendu. Son copain parut soupçonneux, et nous demanda à plusieurs reprises si quelque chose n’allait pas. Il eut droit à la même réponse à chaque fois:

-Tout va bien.

Je faisais la vaisselle, et Marina venait de poser nos cafés sur la table basse quand mon cousin passa la porte. Tout de suite, je fus encore plus tendue, et l’ambiance me sembla lourde et glaciale. Pour un peu, je me serais crue au pôle nord, en train d’attendre l’arrivée de la tempête du siècle avec une toile de tente pour seul abri. Pas rassurant comme sensation hein?

Mais non, rien ne vint. Je finis mon travail, et alla me poser sur un pouf près de la table basse. Je bus mon verre en silence, regardant les nouvelles à la télé. Toujours rien. Je commençait à me poser des questions là. J’osais un regard en direction de mon ancien visage, et je vis que ses yeux était braqué sur moi fixement. Je ne savais pas quoi dire. C’est elle qui brisa la glace au bout d’une bonne dizaine de minutes supplémentaires.

-Pourquoi tu as fait ça?

-Je ne sais pas. Et ne m’accuse pas, tu n’as rien fait pour me retenir, au contraire, protestai-je.

-Je sais! cria-t-elle. Et c’est bien ce qui me fait chier. J’ai aimer...

Bah merde alors. Moi qui m’étais attendu à des accusations du genre "tu m’as violé", ou "tu as abusé de mon corps". Bref, le genre de vérité déformé qui tape où sa fait mal. Je restai bouche bée. Je me levais, et vins la rejoindre sur le canapé.

-Je dois t’avouer que j’ai trouvé ça bien aussi... confessai-je.

-Ouais, mais il ne faut pas. Enfin, Fred, ça craint, on en a parler hier. Comment ça va se passer si on se met à coucher à droite et à gauche? Non seulement, ça va foutre mon couple en l’air si Will l’apprend, et en plus, ça risque de dégoûter une partie de nous. Perso, je ne m’imagine pas bouffer une chatte, et je suis sur que y a un tas de choses que tu vivrais plutôt mal avec un gars.

-Oui, confirmai-je avec un ample mouvement de tête.

Comme par exemple le faire de me faire tripoter par une espèce de porc sans intérêt. Ou pire. Je repris.

-Pourtant, on a un problème, c’est que nos instincts prennent vite le dessus. Et si on essaye de vivre normalement, on risque de faire des faux pas. J’ai, presque malgré moi, envi de découvrir, d’essayer. Et je sais que je vais être dégoûtée si je fais ça.

Marina se contenta d’un regard vague, qui confirma pour moi qu’elle en pensait autant. De nouveau le silence s’installa. Je ne me sentais pas capable de coucher avec un homme, et pourtant, j’avais bien fait l’amour avec elle. Certes, de manière expéditive, mais tout de même. Et si la solution était là?

-Marina, attaquai-je, ce que je vais dire risque de ne pas te plaire... Mais... Peut être que... On peut assouvir ces envies ensemble...

-Tu veux dire, toi et moi? demanda-t-elle.

-Oui, on l’a déjà fait, et je pense que nos corps ne nous dégoûtent pas. On a l’habitude de vivre avec. Ce serai comme faire des choses avec soi-même. Et là, si ça a été tendu, c’est parce que c’était imprévu...

Ma cousine resta pensive, puis leva les yeux vers moi avec un regard hésitant.

-Je crois que tu as raison...

Rien qu’à l’idée qu’elle puisse acceptée que nous allions plus loin, j’eus les tétons qui se mirent à pointer. Malheureusement, je n’avais pas de soutien gorge. Et la robe moulait plutôt mes formes.

-Hum hum... je me raclais la gorge un peu gênée et me tournais légèrement de manière un peu pudique, puis croisa les bras sur ma poitrine.

-Je pense que ça vaux mieux que si nous dérapons chacun de notre côté. Mais... Il ne faudra pas que Will l’apprenne.

-Bien sur.

Je lui fis un sourire. Mais pas elle par contre. Et même au contraire, elle avait l’air choquée.

-Fred, on a un problème. Je t’ai joui dedans. T’es une nana...

Oula oula oula. J’ai pas envie d’être enceinte là. Mon sourire s’effaça, et je commençais à me poser des questions.

-Ne t’en fait pas, je vais aller chercher la pilule du lendemain, me rassura-t-elle. Et tu pensera à prendre ma pilule. Les capotes, c’est moins agréable, et puis on est pas à l’abri d’un accident, ou d’un truc comme tout à l’heure.

Involontairement, elle avait posé sa main sur ma cuisse et la pressa légèrement, dans un geste qui se voulait rassurant. Mais il me provoqua des frissons. Je répondis dans un marmonnement.

-Oui, tu dois avoir raison.

Par chance, elle pris mon ton bas pour de l’inquiétude, et non pas pour ce que c’était: la manifestation de mon trouble sexuel.

-Ne t’en fait pas, je vais y aller tout de suite si ça peut te rassurer.

-Si tu veux, mais tu sais, je peux attendre sinon.

-Non non, j’y vais.

Elle se leva, pris les clés, et sortit. La première pharmacie se trouvait à un quart d’heure de route. J’avais donc environ trois quart d’heure toute seule. Je fis le tour de la maison, me familiarisant avec l’environnement. Puis je me rendis inévitablement dans la chambre à coucher du couple. Je me pris au jeu d’essayer les tenues les plus sexy de ma cousine. Et je ne résistai pas à l’idée de mettre un porte jarretelle, noir, avec le string en dentelle assorti, et le soutien gorge ouvert (autrement dit, qui passe simple sous le sein pour le remonter, mais ne le couvre pas). Je pris la décision de le garder, et me remis à fouiller dans les affaires.

Je trouvais des revues porno dans le tiroir de Will, je commençais à être un peu excitée à la vue de toute ces femmes nues. Je remis tout en place, et m’étendis sur le lit. J’avais laissé ma main glisser dans le fond de ma culotte, et un doigt titiller mon petit trou, quand il me sembla remarquer quelque chose. En remuant l’armoire, j’avais fait bouger un amas de pull qui se trouvait au sommet, et je pouvais voir un reflet brillant. Je me relevais, et pris une chaise pour aller explorer le sommet. Et j’ai eu une sacrée surprise. Une caméra, éteinte. Marina ne m’avais rien dit sur leur jeu de se filmer. Et comment se faisait-il que leurs films ne se trouvent pas avec les autres DVD?

Soupçonnant quelque chose, je me mis à fouiller frénétiquement autour de la table basse de Will, mais il n’y avait rien. Je me rendis dans l’autre pièce après avoir enfiler de nouveau la robe. L’autre pièce en question, c’était le "bureau" de Will. Mais en fait, c’était plus une sorte de débarras. Une armoire ouverte, avec des vieilles fringues en vrac mélangé, une étagère ou s’entasse toute sorte d’objet, un bureau dont on ne vois plus le sommet, et dans un coin, l’aspirateur et la planche à repasser. Je me forçais à penser comme l’aurai fait un homme qui avait quelque chose à cacher. Je cherchais d’abord à l’endroit le plus caché, genre derrière l’armoire. Puis après dix minutes, je réussis à sentir un boîtier au milieu des vêtements. Je m’en saisis, mais le bruit de la voiture de ma cousine m’empêcha d’y jeter un œil. Dessus le cd, c’était une date inscrite. Je le rangeais avec mes affaires.

Marina me fit prendre la pilule du lendemain. Et elle me fourni la boite de ses pilules, en me disant de les prendre à heures régulières chaque jour. J’utilisais son astuce, mettre une alarme sur mon téléphone. Quand elle me demanda ce que j’avais fait, je lui répondis que j’avais regarder la télé, et fait un peu de rangement dans mes affaires. Je lui dis que j’avais envie de rentrer chez moi, une heure ou deux, histoire de me retrouver un peu seul, de ranger quelques affaires, relever le courrier... Bref, le quotidien que je ne vivais plus depuis deux jours. Elle compris et me demanda si je serais là pour dîner ou non. Je lui répondis que oui. Je n’étais pas franchement chaud à l’idée de les laisser seul trop longtemps.

Je pris ma voiture, et me rendis chez moi, en évitant un peu les voisin. Je vaquais à mes occupations pendant une petite heure, puis je pris le DVD que j’avais découvert. Je le lançai, et pris la télécommande. La première image, Will avec la main dans la culotte de ma cousine. Je met en avance rapide, ils se déshabillent, puis font l’amour. Bref, assez sexy, mais rien d’exceptionnel. L’image change, je ralentis. La vidéo se passe en journée d’après ce que je peux voir. Et Will broute le minou d’une fille qui n’est pas moi. Enfin, pas Marina. Il se redresse, elle vient le sucer. J’en ai assez vu, j’avance de nouveau, puis en voyant un autre visage supplémentaire, qui n’est toujours pas Marina, je coupe, dégoûté.

Je sort le DVD, le range et vais chercher des affaires pour Marina. Je prend également quelques petits objets comme mon chargeur de téléphone, deux ou trois bouquins. Et mon ordinateur portable. Puis, je repris mes clés, et repris la route pour rentrer chez ma cousine. Vu l’heure, Will serait rentré, je me demandais ce que j’allais faire, ou dire... Je me garais près de chez eux et allais toqué à la porte. Marina ouvris la porte, m’attrapa par le bras, et me tira à l’intérieur. Ouaw, qu’est ce qui se passe. Soudain, je la sens près de moi, et ses lèvres contre les miennes. Instantanément, je me raidis et me recule. Non pas par dégoût, mais plutôt par surprise. Je pose mes mains sur ses joues, et la regarde dans les yeux.

-Qu’est-ce que...? commençai-je, mais ma cousine me coupa.

-Will rentrera que dans une heure, il a été obligé de rester un peu plus.

Sur l’instant, je me mis à penser que son "empêchement" devait être une collègue. Mais je me gardais bien de dire quoi que ce soit. Elle continua, les yeux brillant, et toute rougissante.

-Ça nous laisse le temps de... J’en ai envie.

Je sentis mes tétons se dresser, puis, hésitant, je vins l’embrasser. Elle répondis, et nos langues se mélangèrent, et m’emmena sur le canapé. Nos mains s’égarèrent un peu sur nos corps, je sentis ses doigts me fouiller l’entrejambe. Je m’assis sur ses genoux, et frotta mon bassin contre son sexe bien dure que je sentais a travers le tissu. Avec un sourire, je pris le bas de ma robe, et la fis remonter par dessus ma tête, dévoilant mes dessous sexy. Marina éclata de rire en les voyant.

-Il te vont vraiment bien je dois dire. Mais pour être vraiment honnête, rien ne me fait plus bander que te voir complètement nue, ma belle.

Je fis un rire cristallin. Le surnom me faisait bizarre, mais c’était agréable. Rapidement, nous nous dévêtîmes mutuellement. Marina commença a me caresser les seins, les pressant légèrement, pendant que je caressais son sexe entre mes jambes. Et quand elle commença à me mordiller les bouts, je fis glisser son gland le long de ma fente. Je me sentais couler tout doucement. L’incendie reprenait. L’une de ses mains vint s’égarer sur mes fesses. Je m’emparai de ses lèvres, et m’empala sur le pénis qui écarta mes chairs intimes pour s’enfoncer toujours plus profondément. Je fis un profond soupire de contentement. Cette fois ci, nous étions moins enflammer, et nous pûmes prendre notre temps. Marina réussit à se retenir un peu plus longtemps. Je sentais pour ma part le plaisir fuser tel un feu d’artifice interne. Je me cambrais, mettant mes seins en avant, criant de plaisir, frottant mon bassin contre son pubis pour exciter mon bouton d’amour. Puis ma cousine pris de nouveau mes seins et les dévora presque. J’atteins le nirvana très rapidement, entraînant la jouissance du sexe qui me possédait, et tout ce foutre qui venait tapisser les parois de mon vagin entraînant un nouvel orgasme qui se superposa à l’autre.

-Ouiiiiiii, criai-je de ma voix aiguë et féminine.

Ce genre de cri m’avais toujours fait craqué quand j’étais un homme. Mes va et vient sur la colonne de chaire se ralentirent doucement, et je vins me blottir dans les bras de Marina, contre son torse, lui déposant des baisers dans le cou, et sur les lèvres. A mon grand regret, en voyant l’heure, nous furent obliger de nous séparer. Je pris un essuie-tout pour nettoyer le mélange de cyprine et de sperme qui coulait, et me rhabilla. Je prendrais une douche plus tard. Je me tournais vers mon amant et lui dit d’une voix posée et douce.

-J’ai vraiment aimé, c’était un délice. Mais il faudra que je te parle de quelque chose demain.

-D’accord... répondit-elle en fronçant les sourcils.

Puis Will arriva, et la soirée se passa comme la précédente. Marina et moi étions un peu fatiguées, ce qui fit que tout le monde partis se coucher tôt. J’en profitais pour aller prendre une bonne douche, et ressortis en shorty noir et soutient gorge pour me glisser sous les draps. Marina sorti en m’entendant pour me dire bonne nuit. Je répondis la même chose, et ajouta à voix basse.

-Pense à te raser demain, tu commence à piquer.

-Pfff, souffla Marina avec un sourire. Je peux t’en dire autant tu commence à piquer... D’ailleurs...

Je portais une main à mon entrejambe avec un regard interrogateur, et elle me répondis par un oui de la tête. Je me retins de rire, et partis me glisser sous les draps où je sombrais rapidement dans le sommeil.


Diffuse en direct !
Regarder son live