Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 105 181 fois
  • 461 J'aime
  • 17 Commentaires

Ma sœur enceinte

Chapitre 1

Inceste

Je m’appelle Maxime, beau gaillard châtain d’un mètre quatre-vingt-deux, plutôt musclé, disons que je m’entretiens chaque semaine en pratiquant la course à pied et en me rendant à la salle de sport du quartier.


J’ai vingt-trois ans et je vis encore chez ma mère, Karine, jolie blonde cinquantenaire. Je suis revenu vivre chez ma mère, pour la soutenir après la disparition brutale de papa, il y a deux ans. On vit à quatre dans la maison, avec ma plus jeune sœur, Morgane, âgée de dix-neuf ans et Manon, l’aînée de la famille, qui est revenue depuis quelques semaines.


Âgée de vingt-cinq ans, Manon vivait le parfait amour avec Thibaut depuis cinq ans. Ils avaient des projets, et finalement ma sœur est tombée enceinte, il y a cinq mois. Tout allait bien au début, jusqu’à ce qu’elle découvre que son fiancé la trompait et menait une double vie depuis deux ans… Elle l’a quitté et elle a retrouvé sa chambre à la maison, entourée par sa famille.


Depuis la disparition de papa, victime d’une crise cardiaque, on est plus soudés que jamais. Même si on a toujours été proches, certains disent même fusionnels en parlant de Manon et moi, cette épreuve nous a rapproché un peu plus encore.


Je m’en suis voulu quand j’ai appris ce que Thibaut avait fait à Manon, de n’avoir rien vu, de n’avoir rien fait. Plus jeunes, comme tous les enfants ou adolescents de notre âge, on se chamaillait, mais j’ai toujours ressenti ce besoin de protéger mes sœurs, contre ceux qui les importunaient, que ce soit Manon ou Morgane.


Il faut dire que les deux avaient, et ont encore aujourd’hui, du succès auprès de la gente masculine ! Laissez-moi faire les présentations…


Morgane, la plus jeune de la famille (19 ans) est plutôt grande et fine, je dirais un mètre soixante-quinze pour soixante kilos, avec de longs cheveux châtains qui viennent lui frôler le bas du dos. Côté poitrine, je sais qu’elle porte du 85 B…


Manon, comme j’ai déjà pu l’évoquer, est mon aînée de deux ans. Elle est plus petite que Morgane, elle peine à dépasser le mètre soixante-dix. Blonde, elle préfère le carré plongeant, qui met en avant ses beaux yeux bleu lagon. Elle est enceinte de cinq mois et la grossesse apporte son lot de changements corporels. Les deux plus évidents, elle a pris un peu de poids et s’approche des soixante-dix kilos et sa poitrine a pris du volume, pour atteindre les 95 C.


Je ne vous cache pas que je ne suis pas peu fier de la beauté de mes sœurs, même si je n’ai jamais imaginé qu’il pourrait se passer quoi que ce soit avec l’une d’elle… À part peut-être une fois, mais c’était il y a plusieurs années !


Je devais avoir dix huit ans et Manon en avait vingt. Comme tous les adolescents de mon âge, encore puceau, je rêvais de voir une fille nue. Un matin, j’entre dans la salle de bain, pensant qu’il n’y a personne et je tombe nez à nez avec Manon, totalement nue sous la douche, le corps recouvert de savon.


Je reste figé face à ma sœur, qui tente tant bien que mal de se cacher les parties intimes. Elle me crie dessus, m’intime l’ordre de sortir immédiatement de la salle de bain. Je m’exécute, non sans observer une dernière fois le corps de Manon.


Son corps a animé quelques nuits, je me suis surpris à fouiller dans ses affaires, à me caresser en pensant à elle, à la mater lorsqu’elle se promenait en petite tenue dans la maison… Cet épisode a duré quelques semaines, jusqu’à ce que je trouve un nouveau sujet de fantasmes, à savoir ma petite amie de l’époque. Je n’ai plus jamais repensé à ce moment troublant.


Depuis quelques années, j’enchaîne les petites amies, certaines sont restées un coup d’un soir, j’ai partagé quelques mois de ma vie avec trois autres, mais il y en a une avec qui je suis resté trois ans.

Océane a été ma première grande histoire d’amour et la rupture, quelques mois après la mort de mon père fut une véritable épreuve, mais j’ai pu compter sur ma famille et surtout sur Manon, qui a toujours été là pour m’écouter et me réconforter. C’est pourquoi je veux être là pour elle, pour le bébé.


C’est pourquoi j’ai tout de suite accepté, lorsqu’elle m’a demandé de l’accompagner pour la seconde échographie, prévue à la fin du cinquième mois de sa grossesse. Manon avait rendez-vous ce jeudi à 13 h 30 à l’Hôpital de Nantes. Nous sommes arrivés une quinzaine de minutes en avance et nous nous sommes installés dans la salle d’attente.


Quelques minutes à feuilleter des magazines datant de plusieurs mois et à scroller mon fil d’actualité sur mon téléphone et le médecin appelle Manon. Ma sœur se lève et je lui emboîte le pas.


L’échographe, particulièrement sympathique plaisante un peu avec Manon, qu’il avait déjà vu lors de la première échographie, puis il l’invite à se dévêtir et à s’allonger pour l’échographie. Là, pour soutenir ma grande sœur, je me rapproche d’elle et lui prends la main, alors que le médecin dépose le gel sur son ventre et commence à faire glisser l’appareil.


— C’est bien que le papa ait pu venir pour cette seconde échographie, dit-t-il en regardant Manon.

— Oh, non ! Répond-elle. Euh, ce n’est pas le papa… C’est mon frère.

— Oh, pardon, je pensais… Hésite le médecin. Mais le tonton a aussi le droit de voir… Je ne vous ai pas demandé, vous voulez connaître le sexe ?

— Oui, je n’aime pas trop les surprises ! Répond Manon.

— Très bien, voyons ce que l’on voit…


Pendant plusieurs minutes, l’échographe rassure Manon, lui montre sa tête, ses pieds, ses mains... Il prend des mesures. Selon lui, tout va bien. Inconsciemment, ma main droite s’est posée dans les cheveux de Manon et lui caresse la tête, pendant que mon autre main tient la sienne… Soudain, une phrase résonne dans ma tête, celle que vient de prononcer le médecin :


— Le bébé grandit bien et ne présente aucun symptôme à risques. Votre nièce est en pleine forme, Monsieur !

— Quoi, ma nièce ? Dis-je hébété.

— Je vais avoir une petite fille !! Dis Manon avec un large sourire qu’elle n’avait plus arboré depuis plusieurs semaines.

— Félicitation grande sœur ! Tu vas être une superbe maman d’une petite fille ! Dis-je avant de l’embrasser tendrement sur le front.


Aussitôt, elle me serre dans ses bras et m’embrasse sur la joue, près de mes lèvres… Puis nous restons plusieurs secondes dans les bras l’un de l’autre, avant que le médecin ne casse le silence en disant à Manon :


— Je vous laisse vous rhabiller et on vous attend à côté.


Je sors de la pièce avec lui et Manon nous rejoint quelques secondes après. La fin du rendez-vous est une formalité et nous regagnons la maison, à dix minutes de l’hôpital. Sur la route, nous parlons du rendez-vous et de l’annonce du sexe du bébé :


— Alors, heureuse que ce soit une petite fille ? Demande-je.

— Oui, je suis ravie. J’aurais été aussi heureuse si ça avait été un garçon, mais j’ai toujours voulu avoir une petite fille. Et maintenant, je vais pouvoir faire les emplettes avant son arrivée. Et toi, tu es content ?

— Oui, je crois que ça va me plaire d’être tonton ! Je vais pouvoir la gâter et surtout la protéger, comme j’ai toujours essayé de le faire avec toi, même si je n’ai pas toujours été à la hauteur…

— Tu plaisantes, tu es génial avec moi, avec maman, avec Morgane… Tu es toujours prêt à nous aider, à nous soutenir, à nous défendre, je ne peux pas rêver mieux pour ma petite fille ! Ça fait bizarre de dire ça…

— Va falloir t’y faire pourtant, dans un peu plus de trois mois, elle sera là !

— Oui, je sais !! Dit-elle en souriant. Je voulais te remercier d’être venue avec moi aujourd’hui, c’était très important pour moi de partager ça avec toi.


Elle vient poser sa main sur ma cuisse et me caresse doucement. Je ne sais trop quoi penser de cette situation. Concentré sur la route, je continue de conduire et essaie de ne pas prêter attention à cette caresse, mais je sens mon sexe se gonfler et prendre de plus en plus de place dans mon pantalon.


Manon s’en est-elle rendu compte ? Elle laisse sa main sur ma cuisse quelques kilomètres avant de venir la poser sur ma main, posée sur le levier de vitesse, et reprendre ses douces caresses, en silence, jusqu’à la maison.


Je me gare devant la maison et Manon cesse sa caresse. En détachant sa ceinture, elle me dit :


— Merci Max d’être là. Je sais que je pourrais toujours compter sur toi et ça compte beaucoup pour moi… Je t’aime, tu sais ?!

— Moi aussi, je t’aime ma belle !

— Arrête de dire ça, dit-elle en me tapant le bras. Je suis moche et grosse !

— Tu es enceinte, tu n’es pas grosse ! Et en plus, je te trouve particulièrement jolie en ce moment.

— C’est vrai ? Tu ne dis pas ça juste pour me remonter le moral ?

— Non, je t’assure, tu es magnifique !! Allez, viens, va annoncer la nouvelle à maman et Morgane !

Diffuse en direct !
Regarder son live