Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 34 490 fois
  • 643 J'aime
  • 31 Commentaires

Ma mère et ma soeur, salopes et soumises

Chapitre 1

Je défonce ma mère par tous les trous

Inceste

J’ai écrit cette histoire il y a quelques années, alors elle ne correspond plus vraiment à mon style d’aujourd’hui : c’était un coup d’essai purement pornographique. Je la publie quand même plutôt que la laisser sur une clé USB, j’espère qu’elle saura malgré tout trouver son public.


  Je vais vous raconter l’histoire qui m’est arrivée quand j’ai commencé à baiser ma mère, puis ma sœur. Pour me présenter rapidement, je m’appelle Manu, j’avais 20 ans à l’époque, je faisais 68 kilos pour 1m76. Je suis brun aux yeux bleus, et surtout je suis assez fier de ma bite et de ses 22 cm. Ma mère Isabelle est une bonne MILF de quarante ans encore très bien conservée, elle a des seins énormes et un cul magnifique.

  Quant à ma sœur Alice, elle a 18 ans et un très joli petit cul, mais avec des seins un peu plus petits que ma mère (même s’ils restent très satisfaisants). Mais je vous la présenterais plus tard si vous aimez cette histoire.


  Tout commence un samedi soir, ma mère a passé une soirée avec des amies et je vois tout de suite qu’elle a bu. Elle glousse un peu et marche de travers, les signes ne trompent pas !

  Elle vient s’asseoir vers moi alors que je suis sur le canapé en train de regarder un épisode de Game of Thrones. Sur le moment ça me gêne un peu, puisqu’elle tombe en plein milieu d’une scène de cul un peu chaude : Khal Drogo baise Daenerys à l’écran en la chevauchant en levrette.


— C’est pas mal ce que tu regardes, me lance-t-elle en gloussant. J’aimerais bien me faire démonter comme ça, moi !


  Je suis un peu choqué par ce que j’entends. C’est quand même ma mère !


— Tu fais bien l’amour avec papa… lui dis-je pour essayer de dissiper le malaise.

— Oui mais avec le temps c’est plus pareil, et je préférerais un jeunot qui y mette un peu d’entrain.


  Elle se penche vers moi comme une conspiratrice.


— Et aussi qui soit bien monté !


  Elle rit de nouveau, l’alcool lui fait dire n’importe quoi. Il n’empêche qu’entre la scène à la télé et les remarques de ma mère, popol commence à être très à l’étroit dans mon caleçon. Et bien sûr ma mère le remarque.


— Ça te fait de l’effet on dirait ! rigole-t-elle en montrant la bosse qui déforme mon short.


  Je rougis jusqu’aux oreilles.


En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

— C’est que…


  Je ne sais pas quoi dire pour finir ma phrase.


— On dirait que toi aussi tu as envie de te décharger un peu ? me demande-t-elle avec un sourire complice.

— Oui… enfin non… euh, je sais pas trop maman…

— Allons, ne sois pas timide. Je suis ta mère quand même !


  Elle me pose carrément une main sur la cuisse ! Autant vous dire que ma bite prend des proportions que je ne lui ai encore jamais vues.


— Tu as une copine en ce moment ? continue-t-elle à me questionner.


  Plus gêné que jamais, je me contente de faire « non » de la tête.


— Alors ce serait peut-être dommage de rester tous les deux frustrés dans notre coin, tu ne crois pas ? me demanda-t-elle.


  Sa main remonte le long de ma cuisse et se pose cette fois sur ma bite, qui est à deux doigts d’exploser !


— Hmmm… ça m’a l’air très appétissant tout ça ! lance-t-elle avec un sourire gourmand.

— Maman qu’est-ce que tu fais ?

— Tu ne veux pas que je t’aide à décharger un peu ? Tu veux une bonne chienne à démonter, et moi je veux une grosse bite pour me ramoner. On pourrait se rendre service !


  Elle retire alors son haut, sous lequel elle ne porte même pas de soutien-gorge ! Sa grosse poitrine s’offre à mon regard, ses tétons dressés à quelques centimètres de mon visage. Je ne dis toujours pas un mot.


— Ils te plaisent les gros seins de maman ? Tu veux les goûter un peu ?


  Cette fois je ne peux plus lutter, je me jette sur ses énormes mamelles pour les lécher. Je lui attrape à pleines mains et prends ses tétons entre mes lèvres. C’est merveilleux !


— Hmmm oui mon chéri, lèche bien les gros seins de maman… soupire-t-elle en continuant de me caresser la queue à travers mon short. Tu as l’air très bien monté mon fils, j’ai hâte de voir la bête !


  Elle fait descendre mon short, me laissant en caleçon devant elle, avec une énorme bosse qui le déforme. Elle se lèche les babines et se penche pour lécher ma bite à travers le tissu. La sensation est déjà super agréable, surtout que c’est ma mère qui est penchée sur ma queue, avec sa grosse poitrine de MILF qui pend sur mes cuisses !

  Je n’en peux plus, je sors ma bite qui se sentait trop à l’étroit et je lui colle directement dans la bouche, comme une chienne. Le pire c’est qu’elle gémit encore, trop contente de sucer son fils bien monté !


— Ah putain maman c’est trop bon, j’adore quand tu me bouffes la queue !


  Elle ne dit rien, puisque mon chibre lui remplit la bouche, mais elle s’active de plus en plus vite sur ma tige. Elle n’oublie pas de me caresser les couilles en bavant bien sur ma queue. Ma mère est vraiment chaude et super douée !


— T’es une vraie salope maman, je savais pas que t’aimais autant la bite !


  Les bruits de succion sont sa seule réponse, mais ça me suffit. Je l’attrape par les cheveux et lui tire la tête en arrière. Ça lui fait sûrement un peu mal, mais c’est pas grave : je la considère déjà comme ma chienne personnelle.


— Je veux me branler entre tes nichons !


  Elle obéit sans dire un mot : elle prend ma bite et se la met elle-même entre ses deux énormes seins. Elle me branle avec en reprenant mon gland dans sa bouche. Putain ce qu’elle est bandante !


— Tu aimes quand maman te branle avec ses gros nichons, mon chéri ?

— Oh oui maman, c’est trop bon ! Continue, astique-moi bien la queue avec tes grosses loches de salope !


  Elle accélère, ma bite compressée entre ses deux énormes mamelles ne peut plus tenir : j’éjacule de gros jets de sperme collants qui viennent lui recouvrir le visage et les seins. Elle ouvre même la bouche pour en avaler une partie.


— T’aime ça, bouffer la sauce de ton fils, grosse salope ?!

— Oui mon bébé, j’adore ça ! Tu es tellement mieux monté que ton père et tu jutes énormément. C’est vraiment trop bon de sucer la bite d’un jeune étalon aussi vigoureux.

— Et t’as rien vu maman, je veux te défoncer comme la grosse chienne que tu es !

— Mais mon chéri, on ne devrait peut-être pas…


  Elle prononce cette phrase en léchant les dernières traces de sperme sur ma bite, ce qui ne la rend pas très crédible.


— Maman tu viens de me sucer, on n’est plus obligé de s’en cacher maintenant : on aime le cul tous les deux, pourquoi s’en priver ?


  Elle hésite.


— Tu veux pas sentir ma grosse bite dans ta chatte de MILF ? Avoue que t’es juste une salope qui rêve de se taper son propre fils !


  Un sourire apparaît sur son visage, elle cède enfin.


— Oh si mon chéri tu as raison, défonce-moi ! Je veux que tu me démolisses la chatte comme ton père ne sait pas le faire. Je suis sûre que je vais prendre mon pied avec ton énorme queue !


  Je fais se retourner ma mère en admirant au passage son joli cul de femme de quarante ans bien conservée. Je guide ma bite qui a déjà bien rebandé vers sa chatte dégoulinante. Cette grosse traînée mouille comme une fontaine alors que je l’ai même pas encore touchée !

  Je m’insère dans l’intimité chaude et humide de ma mère, ma bite est bien compressée dans sa chatte étroite. C’est vrai que mon père ne doit pas beaucoup lui élargir ! Mais tant mieux pour moi, je trace la voie pour ma queue en écartant bien son doux vagin. Quand je suis au bout, je ressors mon chibre pour lui réinsérer d’un coup sec ! Ma mère est surprise et ça la fait jouir direct, elle hurle comme une truie qu’on égorge.


— Ah oui salaud c’est trop bon ! Défonce-moi, défonce ta grosse salope de mère !


  Je lui obéis, je la déglingue en la baisant à toute allure. Je prends ses gros nichons dans mes mains et je les presse jusqu’à ce qu’ils soient tout rouges. Ma mère joui tellement que sa mouille gicle en me recouvrant les cuisses.


— Oh maman t’es une femme fontaine, c’est trop bien !

— Ça m’était jamais arrivé, avoue-t-elle. Je pense qu’il me fallait une bonne grosse bite comme la tienne pour ça !


  Savoir que je suis le premier à faire jouir ma mère aussi fort m’excite encore plus, je continue à la baiser comme une bête. Je la tiens par les fesses et je lui mets des claques en l’insultant.


— Prends ça grosse cochonne ! Ah tu la voulais, la grosse bite de ton fils, t’as pas honte ?! Maintenant je vais te massacrer la chatte, sale pute !

— Oh oui pardon mon chéri, j’ai honte d’être une telle salope ! Punis-moi mon fils, je le mérite.


  J’en peux plus, je jouis encore une fois d’immenses jets de sperme qui viennent lui remplir l’estomac. J’avais jamais éjaculé autant, même si c’est la deuxième fois de la soirée. Le pire c’est que ma mère jouit en même temps que moi, et elle recommence à m’inonder de sa mouille !


— Regarde ce que tu me fais faire maman, grosse salope ! Je suis en train de te féconder la chatte, moi, ton propre fils ! Je suis sûr que t’aime ça en plus, tu voudrais que je te foute en cloque, hein ?

— Oui mon amour, remplis-moi bien, fais-moi un môme !


  Je continue à gicler en elle en ralentissant progressivement le rythme de mes coups de bite, mais je n’arrête pas de l’insulter.


— T’es vraiment qu’une grosse pute en manque de bites ! Je vais te baiser tous les jours, te défoncer dans le lit de papa ! Je vais te faire jouir comme il ne sait pas le faire !


  Mon orgasme s’arrête enfin, je sors de ma mère et je m’affale sur le canapé. Ma mère s’assoit à côté de moi et me prend dans ses bras.


— Merci mon poussin, personne ne m’avait jamais baisée comme ça.

— C’est pas fini maman, on va continuer tous les jours.

— J’espère bien ! me dit-elle. Mais pour le moment je vais aller prendre une douche.


  Elle se lève, mais la vue de son gros cul de MILF me fait déjà bander à nouveau. Je la rattrape avant qu’elle quitte la pièce et je lui mets une claque sur les fesses. Surprise, elle se retourne et sursaute en voyant que j’ai déjà repris toute ma vigueur.


— Petit salaud, tu bandes encore ?! Tu n’en as donc jamais assez ?

— Nan m’man, et cette fois je voudrais t’enculer.

— M’enculer ? C’est pas possible mon chéri, personne n’est jamais passé par-là et avec ta grosse bite tu vas me déchirer !


  Je prends un air boudeur.


— S’te plaît m’man, tu refuserais pas d’apprendre l’amour à ton fils quand même ?


  Elle hésite, mais la vue de ma grosse bite déjà prête à la faire jouir de nouveau la fait céder.


— D’accord, mais vas-y doucement.

— Bien sûr !


  Elle commence à se diriger vers le canapé, mais je la fais se mettre à quatre pattes dans le couloir.


— Qu’est-ce que tu fais, mon chéri ? me demande-t-elle.

— Une bonne salope baise partout maman. Je veux te défoncer là, dans le couloir, comme une grosse pute !


  Elle obéit encore, trop chaude pour refuser de recevoir ma bite là où j’ai envie de lui mettre. Elle se positionne donc comme je lui demande, puis je crache dans ma paume avant d’étaler ma salive dans son petit trou.


— Tu es prête ?

— Oui, mais vas-y doucement, me rappelle-t-elle.

— Évidemment !


  Je commence à insérer lentement ma bite dans son petit trou du cul bien serré, les sensations sont déjà incroyables. Ma mère gémit un peu de douleur, mais je sais qu’une salope comme elle finira par apprécier. Je donne déjà de petits coups de bassin, de plus en plus profonds, pour faire pénétrer progressivement ma queue en elle.


— Vas-y doucement, répète-t-elle en gémissant.

— Ta gueule, t’es ma chienne !


  Je force un grand coup et lui rentre jusqu’au fond ! Ma mère hurle de douleur et tombe sur le carrelage, mais je continue à la fourrer sans pitié. Je suis maintenant couché sur elle pendant qu’elle pleure en me suppliant de ralentir, mais plus elle m’implore et plus je la défonce. Je lui donne de grands coups de bite en lui tenant la tête contre le sol.


— Prends bien la grosse bite de ton fils dans ton cul, salope ! Tu la voulais, tu l’as eu ! Maintenant t’es ma chienne, je vais te baiser comme je veux, quand je veux, où je veux !

— Manu s’il te plaît, tu me fais mal… supplie-t-elle d’une voix étouffée par les larmes.


  Je la cartonne de plus en plus vite, mes coups de bassin deviennent bestiaux. J’explose le cul de ma mère contre le sol sans aucune pitié. Avec mes mains je lui presse les seins comme on trairait une vache. Même les actrices de cul se font rarement baiser aussi sauvagement !


— Je suis sûr que t’aime ça, te faire prendre par derrière comme une pute ! hurlé-je en la ramonant. Vas-y pleure, ça m’excite encore plus !


  Elle sanglote toujours et je finis encore une fois par hurler de plaisir en giclant des litres de sperme dans le cul de ma mère. Je lui claque les fesses en me déchargeant, sans aucun respect pour elle. C’est si bon !

  Quand je me retire, elle se lève en séchant ses larmes, puis elle m’adresse un petit sourire.


— Tu jouais la comédie ?

— Non, tu m’as vraiment défoncée à me faire mal, mais j’ai adoré ça ! J’ai toujours rêvé d’un vrai mec à grosse queue qui saurait me baiser comme la chienne que je suis. Si j’avais su que je l’avais sous mon propre toit…


  Je lui roule une bonne pelle en lui donnant encore une claque sur les fesses, pour bien montrer que c’est maintenant ma pute personnelle, puis je l’autorise à aller se doucher.


  Ce que je n’avais pas vu, c’est que ma petite sœur Alice nous avait regardés faire depuis le début, cachée dans la cuisine. De là où elle était, elle n’en a pas raté une miette. Pendant que nous allons nous doucher avec maman, elle se lèche les babines en s’imaginant à la place de sa mère. Elle a beau être une jeune fille timide et vierge, elle aussi veut goûter à la grosse bite de son frère...

  Si vous avez aimé cette première partie et que vous voulez la suite, likez ;)

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder