Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 1 402 fois
  • 60 J'aime
  • 49 Commentaires

La vérité sur (le divorce de) Lioubov

Chapitre 1

Divers

Je donne suite aux suggestions d’Amy10 et de neopassager en donnant mon point de vue en qualité de protagoniste du texte de StormX, « Divorce à la Xstory ».



***********


AVERTISSEMENT


J’ai longtemps hésité à écrire ce que j’ai vécu – et que je vis encore – car vous, simples mortels, êtes-vous prêts à entendre l’abominable vérité, aussi incroyable soit-elle ?


Si vous lisez les lignes qui suivent, vous allez me prendre pour un dément. Mais cela n’est rien. Si vous persistez, le regard que vous jetez sur le monde ne sera plus le même : vous serez envahis à tout jamais par une horreur abyssale, dépassant de manière incommensurable les pires épouvantes que vous auriez pu imaginer dans vos cauchemars les plus effroyables.


Alors, croyez-moi : cessez immédiatement la lecture de ce récit et contentez-vous de gentilles histoires de fantasmes incestueux, sinon vous partagerez pour toujours avec moi les affres insoutenables de ceux qui ont été admis à entrevoir certains univers proches, tout juste séparés du nôtre par une dimension supplémentaire, et qui auraient dû rester à jamais hors de portée des pauvres mortels que vous êtes.


Je décline toute responsabilité de ce qui pourrait vous arriver si vous vous risquez à lire la suite. Ce sera donc à vos entiers risques et périls : vous voici prévenus !



***********


Tout a commencé en 2012 lorsque j’ai noué des liens avec une auteure du site, que je nommerai « J » ; nous avons rapidement éprouvé du désir l’un pour l’autre, et le fait d’être tous deux admirateurs de ce magnifique animal qu’est le loup nous rapprochait encore plus.


Un jour, elle m’a écrit : « J’ai rêvé que je tombais amoureuse d’un homme qui avait la possibilité de prendre l’apparence d’un loup. Étrange, non ? »


Je lui ai répondu : « Ma Louve effrontée et lubrique, je vais faire des recherches dans mes grimoires au sujet de la lycanthropie. Même si je dois donner mon âme au Diable pour devenir le loup-garou de tes rêves, je suis prêt à le faire. Ainsi, je pourrai te faire l’amour à la fois sous une forme humaine et sous celle d’un loup. Ah, ma Louve, imagine-nous, moi sous forme de loup, allongé sur le flanc pour te donner à voir l’extrémité pointue de mon pénis qui commence tout juste à pointer hors de son fourreau, et toi, sous ta forme actuelle, agenouillée à côté de ce fauve puissant qui te couve d’un regard de braise en haletant déjà, sachant ce qui va inévitablement se produire…Tes yeux ne peuvent se détacher de ce membre veiné de rouge qui prend de l’ampleur en se dégageant progressivement de sa gaine duveteuse. Une goutte translucide perle à son extrémité. Tu t’en approches, fascinée, pour la recueillir précieusement sur le bout de ta langue… Tu la gardes en bouche longtemps pour en savourer son onctueuse saveur sauvage, subtil équilibre alchimique entre le musc et des relents fauves de ton mâle dominant. Cette saveur est tellement grisante que tu ne peux résister à l’appel qui te force à t’approcher de la source de ce fluide aphrodisiaque pour t’en gorger. Et ce n’est qu’une fois repue de ce nectar, dont des coulures maculent tes lèvres et s’égarent le long de ton cou gracile, que tu présentes ta croupe et ta vulve liquéfiée au mâle, à ce loup sauvage et magnifique qui est devenu ton Maître. Il te pénètre enfin, enfilant son long membre au plus profond de tes entrailles ; il te saillit avec une ardeur sauvage, et vous hurlez tous deux à la lune le plaisir insoutenable qui vous emporte pendant des heures bien au-delà de ce que les simples humains sont capables de ressentir. Ton Alpha. »


Je compulsai longuement des ouvrages de ma bibliothèque tels que « Les dossiers secrets de la sorcellerie et de la magie noire » et « Le grand et le petit Albert ». Toutefois, même s’ils relataient des cas de lycanthropie, ils ne donnaient pas les recettes pour y parvenir. Je commençais à désespérer lorsque – allongé dans mon lit et ne trouvant pas le sommeil – je ressentis une impression étrange que je m’empressai de relater à J :


« Je me relève pour te faire part de ce que je viens de vivre alors que j’étais déjà couché et que je pensais à toi ; j’imaginais ce que peut ressentir un loup et, en me concentrant (j’ai une très forte capacité de concentration), j’ai senti une étrange chaleur envahir mes membres qui se tendaient. Ma mâchoire était crispée, et je la sentais s’allonger ; mes lèvres s’étaient retroussées en un rictus qui découvrait mes dents. Tous mes sens étaient en éveil, exacerbés, et j’ai grogné sourdement, comme un loup. Je me sentais loup. Le plus curieux, c’est que j’ai répété cette expérience à quatre ou cinq reprises ; il me suffisait de penser « Je suis un loup » pour que ces sensations reviennent immédiatement et que je me mette à grogner. Maintenant, j’ai la mâchoire crispée depuis une demi-heure. C’est impressionnant, et cela m’inquiète un peu. Suis-je en train de devenir fou ? Il fallait que je t’en parle. Si j’acquiers la capacité de me transformer, je ne veux pas que ça n’arrive qu’à moi seul. Nous sommes deux, et tu es ma Louve. Ton (presque) Loup. »


C’est à ce moment-là que j’ai remplacé mon avatar représentant un loup solitaire par le dessin d’un couple de loups. Les plus anciens d’entre vous doivent s’en souvenir.



***********


Dans les jours qui suivirent, je réitérai cette expérience à plusieurs reprises ; malheureusement, mes efforts pour dépasser ce stade furent vains. Je décidai de passer à la vitesse supérieure. Comme tout occultiste digne de ce nom, je décidai de me tourner vers le Panthéon Noir afin de parvenir à mes fins en invoquant les terribles entités qui rôdent aux confins de l’univers. Un nom me vint immédiatement à l’esprit : Yog-Sothoth !


Qui donc n’a jamais mieux évoqué qu’Howard Phillips Lovecraft le terrible Yog-Sothoth, le « Tout en Un et Un en Tout », « Le Gardien » qui demeure dans les interstices séparant les plans de l’existence, celui qui est la clef de La Porte entre le monde des humains et celui des Grands Anciens ? Les invocations permettant d’appeler la monstrueuse entité sont inscrites dans le Necronomicon, l’antique traité ésotérico-démoniaque rédigé à Damas en l’an 730 par Abdul al-Hazred, un poète arabe devenu fou après l’avoir écrit.


Il me fallait ce grimoire !


Tous ceux qui s’intéressent à la littérature fantastique savent que Lovecraft n’a pratiquement jamais quitté sa petite ville de Providence, dans l’État de Rhode Island, à environ 250 km au nord-est de New-York, et non loin de Boston. C’est donc là que j’allais devoir effectuer mes recherches.


***********


Après un vol d’un peu plus de 7 heures sur un Boeing 747-400 de la compagnie KLM, je me retrouvai au Logan Airport de Boston. De là, un petit commuter CRJ-1000 de Delta Airlines me fit parcourir en quelques minutes les 70 km qui me séparaient de Providence. Arrivé au Theodore Francis Airport de Warwick, je dus prendre un taxi pour m’amener à Providence, à une dizaine de kilomètres de là.


Je demandai au chauffeur, un jeune hispanique d’une trentaine d’années qui portait un anneau d’or à l’oreille droite, de m’amener à la maison de Lovecraft.


— Alors je vous emmène au 10 Barnes Street, parce que celle du 598 Angell Street a été détruite en 1961, bien avant que je sois né. Vous êtes un de ces dingues amateurs d’histoires surnaturelles, vous aussi ; pas vrai ?

— Pas vraiment ; je suis en train d’écrire un bouquin sur H.P. et j’ai besoin de renseignements supplémentaires.

— Ah bon, j’aime mieux ça !


Quelques minutes plus tard, il m’avertit :


— Voilà le H.P. Lovecraft Memorial Square; nous ne sommes plus bien loin.


Nous étions à présent sur Prospect Street. Il vira à gauche et s’arrêta devant la quatrième maison, un immeuble moyen de deux étages à la façade de bois peinte en beige clair. Rien ne le distinguait des autres.


— Voilà, c’est là ; mais je préfère vous prévenir : l’appartement est occupé par une vieille acariâtre qui n’aime pas être dérangée. Tous ceux que j’amène ici se font jeter avec perte et fracas !


Moi qui pensais tomber sur un genre de musée, j’étais bien avancé… Je consultai rapidement mon smartphone avant de lui demander :


— Vous pourriez me conduire au 2115 Broad Street ?

— Ah, ça c’est à Cranston. Pas de problème, on y va.


Encore quelques minutes et le taxi s’arrêtait non loin de la Providence River, devant un grand bâtiment moderne d’une soixantaine de mètres de longueur. Après avoir réglé la course au chauffeur et lui avoir laissé un pourboire confortable, je jetai un coup d’œil sur le grand parking d’environ 150 places. Quelques voitures y étaient garées ; il y avait donc du monde pour me renseigner. Je lançai un regard sur la façade qui arborait une équerre et un compas entrelacés surmontant l’inscription « Scottish Rite – Masonic Lodge ». Je retins un rire furtif en pensant « Beaucoup moins discrets qu’en France, les frangins… » et je pénétrai dans l’immeuble.


Le sol du hall était pavé de carrelage noir et blanc, et les murs arboraient des emblèmes maçonniques ; tout au fond, j’avisai un groupe d’hommes qui devisaient, accoudés à un bar. M’étant approché de l’un d’eux, je le pris à part et me fis reconnaître au moyen d’un signe approprié et me présentai.


— Alors comme ça, tu viens de France, mon Frère ?


Le tutoiement était de rigueur entre nous.


— Oui, j’ai besoin de tes lumières – ou de vos lumières – répondis-je en désignant les autres membres du groupe.

— Nous allons essayer de t’aider ; approche-toi.


Je donnai à chacun d’eux une accolade fraternelle accompagnée des trois baisers de rigueur.


— So what, que désires-tu savoir ?

— Eh bien, mes Frères, j’écris un livre sur votre célébrité locale : Howard Phillips Lovecraft, et j’aurais besoin de certaines informations. Avez-vous entendu parler des Manuscrits Pnakotiques auxquels Lovecraft se référait souvent pour étayer ses écrits sur Cthulhu ? On dit qu’ils se trouveraient à l’Université Miskatonique d’Arkham.

— Arkham ? Mais cette ville n’a jamais existé, mon Frère ! Elle sort tout droit de l’imagination fertile de cet auteur.

— Alors, rétorquai-je, il se pourrait que ces Manuscrits se trouvent à la John Hay Library, à la Brown University, puisque c’est là qu’a été déposé la plus grande partie de son œuvre.


Un homme plus âgé que les autres s’approcha de moi pour me dire à voix basse :


— Ce n’est pas la peine d’aller jusqu’à Prospect Street, même si ce n’est pas bien loin d’ici. Il faut que je te dise que Lovecraft était l’un des nôtres. La John Hay Library ne contient que des écrits sans grande valeur ; les plus intéressants sont conservés ici même, dans les archives de ce Temple. Désires-tu que je t’y conduise, mon Frère ?

— Ce serait mon désir le plus cher.

— Alors suis-moi.


Nous parcourûmes quelques couloirs, puis il s’arrêta devant une porte monumentale qui s’ouvrit en coulissant lorsqu’il eut posé l’extrémité de son index sur un lecteur d’empreintes digitales.


— Bon, je te laisse ; fais comme chez toi. La porte s’ouvre de l’intérieur.


Il tourna le dos et s’éloigna ; la lourde porte coulissa, m’enfermant seul dans cette pièce qui s’illumina automatiquement, dévoilant de longues travées de rayonnages croulant sous des tonnes de documents. Je m’avançai jusqu’au repère « L ». Loewe, Longhorn, Losting… Lovecraft ! Là, ce n’était pas de simples rayonnages, mais un magnifique meuble qui renfermait la documentation. Je l’ouvris avec précaution.


De nombreux classeurs renfermaient des milliers de lettres : sa correspondance privée avec les membres du Lovecraft Circle ; mais cela ne m’intéressait pas, car j’étais venu dans un but précis : trouver le Necronomicon. Des dizaines d’ouvrages reliés s’étalaient là, sous mes yeux, dont la plupart n’étaient pas répertoriés dans la bibliographie de l’auteur ; très certainement des trésors pour les amateurs, mais rien qui ressemblât à ce que je recherchais avec fébrilité.


C’est avec une immense déception que j’atteignis le dernier ouvrage : le Necronomicon n’était pas là. Dépité, je m’assis sur le fauteuil et me pris la tête entre les mains, complètement abattu. Finalement, ce livre ne serait qu’un mythe ? Sous le poids de l’accablement, mes coudes glissèrent sur l’abattant ; ma joue brûlante fut rafraîchie lorsqu’elle entra en contact avec le bois ciré. C’est alors que j’entendis un cliquetis ; je relevai la tête pour voir de quoi il retournait, et je faillis me cogner contre un plateau qui venait de glisser : un de mes coudes avait actionné un dispositif secret. Et là, sous mes yeux hallucinés, l’objet de toutes mes convoitises !


Dès le premier regard, je compris qu’il s’agissait du Necronomicon. Sur sa couverture de cuir racorni aux angles renforcés par des pièces de métal bruni s’étalait un pentagramme. Le Pentalpha. Mais pas l’emblème des Pythagoriciens, bénéfique, avec une pointe au sommet de l’Étoile à Cinq Branches : non, ce Pentalpha était inversé, présentant une seule branche de l’Étoile dirigée vers le bas. Maléfique, donc. Tout tremblant d’émotion, je l’ouvris : il s’agissait d’un manuscrit rédigé en latin. Une traduction, donc. Tant mieux, car je ne comprends pas l’arabe.


D’une main fébrile, je le dissimulai dans la poche dorsale que j’avais fait coudre à l’intérieur de mon manteau et repris le chemin de la sortie. La porte s’ouvrit dès ma première sollicitation, et je me retrouvai dans le long couloir avec le produit de mon larcin bien dissimulé contre moi. Que ne ferait-on pas, pour l’amour d’une femme… Même devenir le pire des voleurs en trahissant la confiance de ses Frères. Oui, mais J n’est pas n’importe quelle femme !


Je tentai de dissimuler mon enthousiasme lorsque je retournai auprès de ceux qui m’avaient accueilli et pris une mine déconfite lorsque mon mentor me demanda :


— Alors, tu as trouvé ce que tu recherchais ?

— Hélas non, mon très cher Frère : pas la moindre trace des Manuscrits Pnakotiques.

— Tu as donc effectué tout ce voyage pour rien ?

— Non, pas vraiment : il me reste d’autres pistes à explorer en Amérique Centrale. Je vais donc continuer ma quête. Encore merci pour tout ce que vous avez fait pour moi.

— Nos vœux t’accompagnent, mon Frère.


Je les quittai après de nouvelles accolades accompagnées des trois bises réglementaires.

L’air frais de l’extérieur me fit du bien ; je m’empressai de héler un taxi.



[à suivre]

Diffuse en direct !
Regarder son live