Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 4 023 fois
  • 144 J'aime
  • 2 Commentaires

Naomi

Chapitre 7

Hétéro

La découverte

 

Nous faisons nos courses tranquillement, Patrice fait les siennes de son côté, nous avons trouvé un beau saumon d’un peu plus d’un kilo, idéal pour nous deux. Nous allons faire un tour au marché Cristal à côté pour les légumes, il y a plus de choix et c’est beaucoup moins cher. Nous revenons à l’appartement vers onze heures. Les tomates sont vites prêtes, Jules fait cuire le saumon au court bouillon avec des aromates dans une poissonnière. Il prépare des sauces pour le saumon, je suis scotchée de voir qu’il sait faire beaucoup de chose en cuisine. 

 

–Tu as appris à faire tout ça où ?

–En regardant ma grand-mère et ma tante.

–Pas ta mère ?

–Elle ne sait même pas faire cuire un œuf à la coque, et surtout, ça ne l’intéresse pas du tout, c’est une intellectuelle.

–Je vois.

 

Jules avait acheté deux bouteilles de champagne, il va chercher la seconde au frigo.

 

–Il faut fêter une nouvelle femme.

–Ta femme si j’ai bien compris.

–J’espère que je pourrai le dire un jour en parlant de toi.

–Qui sait, mais pour l’instant, buvons un coup à la perte d’une de mes virginités.

–Ça veut dire quoi ça ?

–Que je suis toujours vierge du cul.

–Et alors ?

–Et bien, il faudra bien s’en occuper non ?

–Tu veux te faire sodomiser ?

–Oui, tu ne veux pas, tu n’aimes pas ? 

–Si, mais je trouve que tu es bien pressée alors qu’il n’était pas question qu’un homme t’approche il y a à peine deux jours.

–On peut changer dans la vie tu sais.

–Oui, et j’en suis particulièrement heureux.

–Alors, c’est oui pour mon cul ?

–Bien sûr mais plus tard, d’abord, buvons un coup.

 

Il sert le champagne, nous le dégustons tranquillement, je me blotti contre lui, je suis bien. Nous nous embrassons sans arrêt, nous avons besoin de ce contact. Nous finissons par manger, le saumon est délicieux bien accompagné des sauces de Jules. Une fois tout rangé, nous allons dans ma chambre, c’est une nouvelle occasion de faire l’amour. Je sens une petite gêne, mais vite compensée par le bonheur que j’éprouve à me donner à Jules. Nous jouissons tous les deux, je me blotti contre lui en l’enlaçant, il s’endors dans mes bras, je l’imite assez vite.

 

Nous sommes réveillés par le bruit de la porte d’entrée. J’ai à peine le temps d’émerger que je vois Emma s’encadrer dans la porte.

 

–Oh lala, je vois qu’il y a eu une certaine évolution dans vos relations ce week-end.

–Comme tu peux le voir.

 

Elle vient à côté de moi pour poser un rapide baiser sur mes lèvres.

 

–C’est super ma chérie, j’ai bien fait d’aller chez Béatrice pendant ces trois jours. 

–La peinture est finie ?

–Il n’y a pas eu de peinture.

–Que veux-tu dire ?

–Simplement que le coup de main que je lui avais promis pour l’aider à peindre, c’était bidon.

–Bidon ?

–Oui, je lui avais demandé de me téléphoner pour te faire croire que je devais partir et vous laisser tous les deux seuls. 

–La vache, tu nous as bien eu.

–Tu regrette mon départ ?

–Pas du tout ma chérie, je suis amoureuse de ton frère, je l’ai découvert lentement, mais c’est un fait et j’en suis très heureuse. 

–Moi aussi j’en suis heureuse, vous êtes, tous les deux, les êtres que je chéri le plus, bravo ma chérie, soit heureuse avec mon adorable frère.

–Oui, mais toi ?

–Moi, je suis bien dans ma peau, j’ai une vie que j’aime, et qui sait, peut-être qu’on aura encore de bons moments ?

–Ecoute sœurette, tu sais très bien que je ne suis pas possessif, tu auras ta chance, mais laisse nous nous connaître un peu mieux.

–Bien sûr chéri, tu sais très bien qu’il n’est pas question que je marche sur tes plates-bandes, je te l’ai déjà prouvé.

–Je sais, avec Juliette, tu t’es effacée bien qu’elle te plaisait beaucoup.

–Ne t’en fais pas, je me suis rattrapé après votre rupture.

–Je m’en souviens, elle faisait exprès de t’embrasser devant moi.

–C’était une belle salope.

–Une magnifique salope qui aimait le sexe.

–Ça, on peut le dire. Allez les tourtereaux, debout, il faudrait penser à autre chose qu’à faire l’amour.

–Plus tard.

 

Je saute sur Jules, je le renverse sur le dos et me colle sur lui. Mais, c’est sans compter sur Emma, je sens une de ses mains me caresser les fesses.

 

–Ecoute Naomi, si tu veux que je reste tranquille, ne me mets pas tes magnifiques fesses de black sous la main. 

–Dehors sœurette, nous arrivons.

 

Elle sort de la chambre, je sens le sexe de Jules dur sous mon ventre, je bouge de manière à l’amener entre mes cuisses et m’empaler dessus. Je ressens un énorme bonheur à le sentir s’enfoncer dans mon sexe, je me serre contre Jules, je veux qu’il sente ma joie de faire l’amour avec lui. Je suis dans une nouvelle partie de ma vie, une partie qui me plait de plus en plus, mais je sais que je ne renoncerai pas à mon côté lesbien. J’aime trop la douceur des rapports entre femmes pour y renoncer définitivement, il va falloir que Jules l’accepte, mais je crois qu’il le sait déjà. Il m’embrasse passionnément, ses mains glissent sur mon corps, je donne des coups de rein pour m’empaler encore plus sur son sexe. Il m’écarte un peu les fesses, un de ses doigt vient effleurer mon anus et le titiller, j’en ressens un immense frisson, ça me plait, maintenant, je suis sûre que je vais aimer être sodomisée. Mais Jules a raison, attendons encore un peu, je ne suis pas pressée, je veux le faire en harmonie avec l’homme que j’aime. Je sens son corps se tendre, je me laisse aller pour jouir en même temps que lui, j’accélère mes coups de rein. Nous exultons ensemble, nous sommes tous les deux secoués par des spasmes de plaisir. Une fois redevenus calmes, nous allons prendre une douche rapide. Nous rejoignons Emma qui nous attend dans le salon. Elle a préparé l’apéritif, tout est prêt, un verre à pastis devant elle, deux verres à whisky en face d’elle, les bouteilles, les amuse-gueules.

 

–Alors les amoureux je dois faire mon deuil de ma copine ?

–Oui, pour l’instant, je veux me consacrer à Jules à plein temps, je veux savoir ce qui est possible entre nous. 

–Fais le vite ma chérie, tu me manque déjà.

–Ecoute, je sais que je ne suis pas la seule avec qui tu t’envoies en l’air, alors ne me mets pas la pression, ça ne va pas le faire !!

–Ok chérie, ok, j’abdique, et en plus c’est mon frère qui m’a piqué ma copine, je ne peux que l’accepter.

–Et puis, « une de perdue, dix de retrouvées ».

–Des comme toi, ça va être dur.

–N’exagérons rien.

–Tu sais très bien que tu es une folle du cul, et cette catégorie de fille est en voie de disparition, je ne sais pas trop pourquoi d’ailleurs.

–Sida ma chérie, sida !!

–Oui, peut-être.

 

Je m’assoie en face d’Emma, elle a ses cuisses ouvertes comme d’habitude, Jules s’assoie à côté de moi et me prend par les épaules, il me serre contre lui. Je vois le sexe d’Emma briller, elle nous regarde d’un air bizarre, tel que je la connais, elle doit penser à quelque chose en rapport avec le cul.

 

–A quoi penses-tu chérie ?

–J’aimerais vous voir faire l’amour, je suis très déçu de ne pas avoir assisté à ton dépucelage, j’aurais bien aimé voir le sexe de mon frère entrer dans le tien pour te faire exploser l’hymen.

–Il va y avoir une session de rattrapage très bientôt.

–A bon ?

–Oui, je suis toujours vierge du cul. 

–Et tu veux le perdre celui-là aussi ?

–Oui, j’ai envie de sentir un gros braquemard dans le cul, je sais que ça va être génial, je sais que je suis sensible là aussi.

–Comment tu l’as su ?

–Jules m’a titillé l’anus avec sa langue, j’en ai eu un énorme frisson de plaisir.

–Hey les filles, j’ai droit à la parole ?

–Oui frérot mais seulement pour dire oui ou non, première question, tu veux dépuceler Naomi du cul ?

–Oui.

–Ça te gênerais que je participe ?

–Je ne sais pas.

–Mauvaise réponse, oui ou non ?

 

Il me regarde un peu désemparé, je lui souris en lui faisant non de la tête.

 

–Non.

–Voilà ce que je voulais entendre, j’aimerais bien voir ça de près.

–C’est-à-dire ?

–Être sous toi, la tête entre tes jambes, voir son sexe s’enfoncer doucement dans ton fondement, mais il faudrait que tu te mettes à quatre pattes pour que ce soit possible. 

–Je ne vois pas l’impossibilité, et toi Jules ?

–Moi non plus, je te prendrais en levrette comme on dit.

–Alors, c’est d’accord, on fait ça maintenant ?

–Il faudrait que tu te fasses un lavement, c’est plus sympa. Mais ne t’en fais pas, je dois avoir ce qu’il faut quelque part.

–Qu’en dis-tu Jules ?

–Que c’est peut-être un peu prématuré, j’aimerais attendre encore quelque temps avant de te prendre par derrière, pour l’instant, j’ai envie de te faire l’amour simplement, je veux te connaître mieux avant de te sodomiser.

–Ok mon chéri, de toute manière ça se fera ici et Emma sera avec nous, ok ?

–Ok mon amour.

 

Nous buvons l’apéritif en discutant, je vois que le sexe d’Emma brille de plus en plus, jules aussi. 

 

–Alors sœurette, on mouille grave !!

–Oui, j’imagine Naomi se faire dépuceler par toi, j’aurais bien aimé être là, je regrette d’être partie trois jours.

–Mais si tu n’étais pas partie, il ne se serait certainement rien passé.

–Peut-être.

–C’est sûr, je n’aurais fait l’amour qu’avec toi.

–Je peux venir vous regarder faire l’amour ce soir ?

Diffuse en direct !
Regarder son live