Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Publié le
  • Lue 105 831 fois
  • 196 J'aime
  • 1 Commentaire

Fin de vacances

Chapitre 1

Hétéro
196
5

Les vacances allaient finir, nous en étions à la fin aout et je n’avais toujours pas réussit à conclure avec Justine. Déjà huit semaines étaient passées et c’était ma dernière soirée avec elle avant de repartir faire mes études. Tous mes amis venaient de partir et je trainais pour rester seule avec elle afin d’essayer ma dernière chance. Je me suis assis dans le sofa en attendant que Justine dise au revoir à mes amis, mon coeur battait car c’est vrai, j’aivais peur de sa réaction. La voilà qui revient, je me lève et elle me dit ’Peux-tu m’aider à ranger un peu avant de partir ?’. Alors j’ai pris quelques verres et je les ai amenés dans la cuisine. Justine est passée devant moi, qu’elle était sexy dans son chemisier satin et sa mini jupe. Aussitôt je me suis dit ’Vas-y John, c’est le moment et tant pis si la réaction est mauvaise, une giffle te remettra les idées en place’. Alors j’ai mis ma main sur ses fesses puis je l’ai retournée pour lui donner un baiser fougueux. Sa réaction ne se fit pas attendre, elle m’enlassa et ce fut une chaude étreinte en réponse.

Alors elle me dit ’très bien jeune homme, mais ca fait huit semaines que j’attends ce moment tous les jours et c’est aujourd’hui le dernier jour. Il fallait être plus rapide, maintenant je vais te faire payer ce retard à ma facon. Je te donne une heure de pénalité par semaine de retard et cela à partir de maintenant’. Comment dire quoi que ce soit, elle avait raison et je n’avais plus qu’a accepter, mais un rapide calcul: 8 semaines donc 8 heures... J’allais donc passer le reste de la nuit à faire tous ces désirs. ’Tu vas te déshabiller entièrement et aller dans la salle de bain. Je te ramène tes habits et je t’explique mon amour’ me dit-elle avec un large sourire qui en disait beaucoup. Après quelques minutes d’attente dans la salle de bain, Justine revint habillée de soie et de dentelles avec dans les mains 8 boîtes numérotées. Elle me regarda de haut en bas puis dit ’Je pense que tu as à peu près la même taille que moi. Alors voici ce tu vas faire: dans chaque boîte tu trouveras tes affaires pour une heure, tu te changera toutes les heures et tu viendras dans ma chambre’. Commenca alors pour moi une nuit torride!!!

La première boîte contenait des vêtements de bonne avec en plus un porte jartelle, des bas et une petite culotte très sexy. Je décidais de n’ouvrir les boîtes suivantes que lorsque je devrai les utiliser. Tout en m’habillant, je m’apercu que les affaires de Justine me convenaient, sauf la culotte qui était trop petite, et pour cause mon pénis toujours en érection prenait de la place. Je partis donc dans la chambre nu sous la mini jupe et le tablier. Justine m’attendait et elle se fit servir du champagne et plein de bonne choses. Chaque fois que je la servais, elle soulevait la jupe pour vérifier dans quel état je me trouvait. Après une demi-heure elle consentit enfin a me faire venir près d’elle. Elle me dit ’carresses moi les jambes en partant des pieds et en montant de plus en plus haut’. Ces jambes étaient douces et longues, quand je suis arrivé en haut je fut surpris de voir qu’elle était nue sous sa tunique et que son minou était abbondamment mouillé. Alors nous fîmes l’amour une première fois et dans la chaleur de nos deux corps enfin réunis, ce fut merveilleux jusque la fin de la première heure. Le réveil se mit à sonner et elle me chuchota ’ Fin du premier round, il faut que tu te change!!!

De retour dans la salle de bain, je fis une petite toilette ainsi que Justine. Quelques petites minutes après je me retrouvais seul face à la deuxème boîte. Que pouvait-il y avoir ? Le coeur battant, la découverte était de la taille de la première : une blouse d’infirmière avec des collants. Une fois habillé, je repartis dans la chambre où Justine cette fois était nue allongée sur le lit. D’un coup d’oeil discret elle vit que je jouais parfaitement le jeu. Je dus prendre soin d’elle tout comme elle était. D’abords elle eut mal aux seins et je dus lui masser pendant ce temps chaque fois que je les touchais, elle poussait de petits cris de satisfaction simplement pour m’exiter d’avantage. Puis elle eut une envie pressante de se masturber mais elle était tellement malade qu’elle ne pouvait pas le faire elle-même. Alors je me suis employé a satisfaire son désir. Plus le temps passait et plus je trouvais que la douceur de son corps me donnait des envies folles de la pénétrer, mais voilà, j’étais sous ses ordres et j’attendais que Justine me fit signe. Elle était dans un état de trans et elle finit par jouir. Puis elle me dit tendrement ’A ton tour maintenant, et comme tu n’es pas malade tu vas le faire tout seul. Allez vas-y’. Depuis que ma queue était redevenue dure, il n’a pa fallut longtemps pour que je jouisse à mon tour.

J’allais de surprise en surprise, la troisième boîte contenait une robe de soirée avec un beau décolleté et était fendue très haut sur les jambes. Quand je revins dans la chambre, Justine n’était pas là. Elle m’attendait au salon et elle s’était vêtue d’une robe très moullante et très courte. Elle me prit par la main, mit de la musique douce et nous nous mîmes à danser. Après quelques slows langoureux, elle me fit ce que j’aurai pu lui faire si nous étions sortis en boîte pendant les vacances. Elle me passa la main dans les cheuveux, me dit pleins de choses tendres et enfin glissa ses mains dans les fentes de la robe. Mon sexe fut reprit d’une étrange sensation, il se remit à grossir et vu les yeux brillant de justine c’était ce qu’elle attendait. Elle le pris à deux mains et le massa très très tendrement, puis après avoir relever la robe elle s’agenouilla et le pris dans sa bouche pour finir le massage. Cette sensation était forte mais je ne pouvais pas encore terminer comme cela alors elle se releva pris ma main à nouveau et la mis sur ses fesses puis la fit passer devant. Elle n’avais rien sous sa robe et elle mouillait énormement. Avec sa deuxième main, elle me fit comprendre que je lui devait la pareille. Je me mis à genoux et lui lècha sa toison toute chaude. Elle gémissa, glissa sur un fauteuil et enfin je la pénetrais à nouveau, ce fut une explosion de jouissance, l’un dans l’autre nos corps se sont embrasés pour la troisième fois.

Dans la quatrième se trouvait un joli déshabillé orné de rubants et de lacets de toutes les couleurs. Je mis du temps pour le mettre, mais parvenant quand même à mes fins je fus pret pour affronter la suite. Pendant ce temps Justine était retournée dans la chambre et se préparait à me faire une surprise. La chambre était maitenant éclairée par des bougies et au milieu du lit, il y avait un petit plateau avec un jeu de carte. ’Assis-toi en face de moi’ me dit-elle, ’nous allons jouer au poker mais seulement toi tu dois gagner. Chaque fois que tu gagnes, je retire un passant du lacet, et chaque fois que je gagne j’en remet un. Si tu n’es pas tout nu à la fin de l’heure, tu devras rester avec le déshabillé toute la nuit et nous continuerons les boîtes qu’au lever du jour. En route jeune homme’ rajouta-t-elle. Justine jouait fort bien, au début elle faisait tout pour perdre à chaque fois, sachant très bien que de mon coté je faisait le maximum pour ganger, mais quand je me suis rapproché du dernier passant ce fut autre chose, et pour gagner il fallait être fort !!! Tout à la fin de l’heure, je me retouvais enfin nu comme un vers et Justine encore très très langoureuse me fît un énorme calin sans m’en demander d’avantage afin de me permettre de reprendre des ardeurs.

La boîte suivante un petit pull-over et un short tricoté lui aussi mais tout les deux en un seul tenant. Après les avoir enfilés, Justine me fit assoir au milieu du lit et expliqua la suite pour l’heure en cours. Elle les avait tricotés elle-même pour que je puisse les défaire en tirant sur un seul bout de laine. J’adimais son exploit, mais pour l’heure c’était moi qui était dedans. Pourquoi n’avais-je pas agît plus tôt que de moments sublimes j’aurais passé avec elle pendant ces vacances. Elle commenca à tirer sur le bout qui venait du col et petit à petit la laine venait. Elle en faisait une boule qui grossissait au fur et à mesure que le pull rétrécissait. Elle en était à ma poitrine quand elle arrèta un instant et se blottie contre mon torse elle me carressa tendrement le torse et puis frotta ses seins sur mes lèvres pendant une minute ou deux. Là elle était toute engourdie de tendresse et d’amour et ce fut dur pour elle de reprendre son travail. Enfin elle finit le pull et commenca le short par les jambes. Quand il ne resta plus qu’un fourrot, elle prit son temps et chaque fois qu’elle passait devant mon sexe elle l’embrassait juste de quoi reveiller mes ardeurs. L’effet attendu ne se fit pas attendre et ma queue durcie à nouveau et à la fin du short, j’étais au septième ciel quand elle me proposa de la reprendre dans mes bras et de la contenter.

Qand j’ai ouvert la sixième boîte, j’ai trouvé un chemisier, une mini jupe et des collants résilles. A quoi cette fois-ci cela allait servir, je savais que c’était encore une idée de Justine mais pourquoi. Dans la chambre, elle m’attendait habillée courtement mais sans dessous. Dès que je fut entré, elle dit ’Bonjour madame, je voudrai acheter quelques dessous très coquins, c’est pour faire une petite fantaisie et m’offrir en cadeau à mon petit ami’.En regardant sur le lit je compris où elle voulait en venir, il y avait pleins de petits dessous coquins, soutient georges et petites culottes en dentelles, strings, des séries de bas et collant et plusieurs déshabillés. Ainsi je devais jouer à la marchande et lui faire essayer tous ces petites choses qui devaient lui aller à ravir. Pendant l’heure qui suivit à chaque essayage elle trouvait quelque chose qui n’allait pas, mais quand elle se changeait, elle me frollait et jouait de ses charmes comme savent le faire toutes les femmes pour nous attirer. Enfin arrivée au dernier essayage elle trouva ce qui n’allait pas, c’était tout simplement que la marchande ne savait pas présenter sa marchandise. Alors elle me déshabilla tout doucement comme elle aurai voulu que je le fasse. Puis elle m’allongea sur le lit, s’asseya sur mon tendre petit bout et se mis à se caresser. A force de temps elle commenca à sentir une bouffée de chaleur et prenant mon sexe, elle le glissa dans son fourrot tout lubrifié par le désir. Que voulez-vous que je dise, nous avons fait l’amour une fois de plus...

De plus en plus déroutant fut l’avant dernière boîte, un appareil photo c’est tout ce qu’elle contenait. J’en déduis que je devais rester nu. Justine vint me chercher dans la salle de bain ’ Tu es bien long, tu te reposes ou quoi ?’. Elle m’emmena dans son nid d’amour et me demanda de la prendre en photo sur toutes les positions. Ce fut encore un agréable moment, elle prit quelques positions coquines sur le lit, ce qui me permit de faire une première pellicule. Elle se mettait debout les jambes écartées, ouvrait ces lèvres, envoyait des bisous et meme se masturbait quelques instants. Puis elle mis en place une autre pellicule, positionat l’appareil en fonction automatique sur une photo par minute, éteignit la lumière. Elle m’enlaca et m’embrassa très langoureusement. A chaque flash elle nous changeait de position et attendait le suivant pour bouger. Nous fîmes ainsi une trentaine de positions toutes plus ou moins cocasses. Cela allait de l’étreinte à la pénétration, en passant par les caresses les plus tendres. Au dernier flash. Elle se mit sur moi et dans un mouvement de va et vient nous avons terminer cette heure en jouissant dans un frisson de bonheur.

Que dire de la dernière boîte, son contenu une petite bouteille d’huile !! Je retournais dans la chambre voir Justine pour avoir quelques explications complémentaires. Elle me dit ’Voici les règles du jeu, il faut enduire des parties du corps de l’autre avec cette huile, mais c’est chacun son tour. Par exemple, je te mets de l’huile sur le sein gauche, tu me mets de l’huile sur le sein gauche puis tu choisis la partie de mon corps que tu désires. Je commencerais par cette partie sur ton corps et ainsi de suite. Elle commenca par me mettre de l’huile sur le sein gauche. Je pris de l’huile et lui mis sur le sein gauche en massant doucement, puis je lui fis le sein droit. A son tour elle mit l’huile sur moi et choisi de m’en mettre sur le ventre. Cela glissait et la sensation était très exitante. Je fis de meme et pour continuer je lui mis l’huile sur la cuisse gauche, elle en fit autant et pris la cuisse droite comme option suivante. Voyant que l’envie de jouir devenait de plus en plus pressante, mon choix suivant fut son sexe. Elle prit le mien et le massa délicatement pendant quelques instants tout comme je venais de lui faire. Alors je fut surpris car elle enduit sa main d’huile pour continuer et me penetra le cul avec son doigt qui entra sans effort et me fit sentir une nouvelle sensation qui allait me faire venir au septième ciel. Elle me dit avec une voix tremblottante de plaisir ’ Pénétres moi et fais-en autant pour moi, nous allons jouir ensemble , pénétrés de partout’. Dès que je fis cette pénétration, nous avons jouis ensemble dans un formidable feu d’artifice de plaisir.

Cette nuit la, certe je n’ai pas dormi beaucoup, mais cela m’a énormement appris sur toutes les sensations, que l’on peut avoir en amour. Depuis ce jour Justine et moi vivons dans le plus parfait bonheur et nous avons souvent refait des jeux mes ceux-la je les garde bien secret pour nous deux.

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder