Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 5 402 fois
  • 59 J'aime
  • 59 Commentaires
  • Concours Votre réveillon du jour de l'an

Les douze coups de minuit

Chapitre 1

Voyeur / Exhibition

En cette fin d’après-midi du 31 décembre alors que la nuit commence à tomber, abrité sous sa casquette et enveloppé d’un grand manteau qui lui descend presque jusqu’aux pieds, l’homme avance, voûté, dans la lande bretonne. Avisant une petite maison couverte de chaume devant laquelle une jeune fille nourrit des poules et des canards, il s’arrête pour l’observer ; vêtue d’une large robe verte et d’un tablier blanc, son visage rond semble inexpressif. « Gniark-gniark ! ricane-t-il en bavant de stupre et de luxure, encore une que je vais ajouter à mon tableau de chasse… » Il s’approche d’elle, les mains dans les poches, prêt à écarter les pans de son long manteau pour exhiber sa vieille verge noueuse ; mais arrivé devant elle, Pervers Pépère – car c’est bien lui – remarque l’air niais qui s’affiche sur la face blafarde de la fille. Subodorant la naïveté de la jeune Bretonne, il renonce à son idée première pour y substituer un plan encore plus pervers.


— Bonjour, jeune fille !

— Euh… bonjour Monsieur, répond-elle en se dandinant d’un pied sur l’autre.

— Vous savez que c’est votre jour de chance ?

— Ah bon ? Pourquoi ?

— Eh bien, tout simplement parce que… au fait, comment vous appelez-vous ?

— Euh… Bécassine.

— Alors Bécassine, comme je vous le disais, c’est votre jour de chance parce que je suis l’Homme des Vœux !

— Ah ouais ? Et alors ?

— Alors ? Vous avez quand même la TSF, dans votre cambrousse, non ? Et le dimanche matin, vous écoutez bien l’émission « L’Homme des Vœux » sur Radio Luxembourg ? Eh bien, c’est moi, l’Homme des Vœux. Avez-vous des capsules Bartissol à me présenter ? Je vous rappelle que chaque capsule vous rapportera cent nouveaux francs, c’est-à-dire dix mille francs ! Eh bien ?

— Ah ouais, je la connais, cette émission. Alors c’est vous ? C’est bien vous qui avez un micro caché ?

— Oui, Bécassine, c’est bien moi.

— Ben, je voudrais le voir, pour être sûre que c’est vous.


Le vieux pervers sent que l’affaire tourne à son avantage. Il écarte un pan de son manteau et dévoile sa bite en érection. La jeune fille y porte un regard intéressé.


— Alors c’est ça, un micro ? Ben, je pensais pas que c’était si gros…

— Dis-moi, Bécassine, tu as envie de faire de la radio ? Tu veux parler dans le micro ?

— Ça, j’aimerais bien essayer… Quand je vais dire à mes copines que j’ai fait de la radio, elles vont être vertes de jalousie !

— Alors mets-toi bien en face, et penche-toi pour parler juste devant mon micro. Voilà… Prends-le en main, et approche-toi encore un peu ; il faut que tes lèvres le touchent.


La jeune bécasse prend la position demandée.


— Allô, allô…

— Attends, il faut enlever le coupe-vent sinon ça ne va pas marcher. Alors tu le tires en arrière pour bien dégager la grosse pastille rouge. Oui, comme ça, c’est bien… râle l’obscène personnage tandis que d’un œil torve il observe la gourde tirer sur son prépuce pour décalotter un gland luisant et violacé.

— Allô, allô…

— Je n’entends rien, Bécassine. Essaie de mettre la pastille dans ta bouche.

— A-ô, a-ô…


C’est tout ce qu’elle peut dire : un violent jet de sperme vient de lui remplir la bouche. Elle se redresse, perplexe.


— Ne t’inquiète pas, Bécassine, ça arrive parfois avec ce matériel très sensible : c’est ce qu’on appelle « prendre un coup de jus » ; avec l’électricité, il faut faire attention aux courts-circuits.

— Ah ben ça, alors… C’est compliqué, la radio !

— Et alors, ces capsules Bartissol ?

— Ben, j’en ai pas.

— Oh, comme c’est dommage… Pense à tous ces beaux billets que tu aurais pu gagner !


Une idée encore plus lubrique vient de germer dans l’esprit du vieux pervers au regard torve.


— C’est dommage, Bécassine, mais tu n’as pas tout perdu ; il te reste encore une chance.

— Ah ouais ?

— Tu connais cette autre émission de Radio Luxembourg, « Reine d’un jour » ?

— Ben oui, je la connais.

— Eh bien, c’est vraiment ton jour de chance, Bécassine, puisque mon collègue qui la présente est également dans la région en ce moment. Tu sais que pendant une journée entière, la gagnante obtient tout ce qu’elle veut ; mais là, je vais faire quelque chose d’exceptionnel pour toi : tu pourras bénéficier d’une potion magique qui te transformera en Barbarella pour toute ta vie. Ça te plairait ? Regarde comme elle est belle !


Il ouvre un album de BD et lui montre un dessin d’une magnifique blonde hyper sexy. La bécasse s’extasie :


— Ah ben ça, c’est pas d’refus ! Faudrait vraiment être bête pour dire non.

— Dans ce cas, j’ai juste un coup de téléphone à passer à mon collègue. Il y en a un dans la maison ?

— Oui.

— Alors allons-y !


Une fois à l’intérieur, Bécassine désigne à Pervers Pépère un vieil appareil à manivelle. Il s’en saisit et demande un numéro à l’opératrice.


— Tu peux me laisser seul, Bécassine ? Ce que j’ai à dire est strictement confidentiel.


Elle se retire dans une autre pièce, et après une minute d’attente, il obtient son interlocuteur.


— Allô, c’est toi, Lioubov ? Dis, j’ai un super plan avec une petite gourde. Voilà ce qu’on va faire…


Quelques minutes plus tard, il prévient la jeune niaise :


— C’est bon, Bécassine, j’ai terminé. Ce soir, aux douze coups de minuit, tu deviendras la reine…


Il se retient de préciser « des connes » et poursuit :


— … Barbarella. Dans quelques heures, mon collègue sera là avec toute son équipe. En attendant, tu peux me servir un petit remontant ?

— J’ai une bouteille de calvados…

— Eh bien, qu’attends-tu pour la sortir ?


Vers 23 heures, on frappe à la porte alors que Pervers Pépère, bien éméché, a terminé la bouteille de calva. La jeune gourde s’empresse d’ouvrir et, sous son regard ébahi, elle voit entrer un grand loup au pelage argenté suivi de toute une ribambelle de personnages de BD et de cartoons : Gaston Lagaffe, le druide Panoramix, les Dupond-Dupont, le Schtroumpf grognon, Picsou, le Marsupilami, Homer Simpson, Robert Bidochon, Lucky Luke, et même quelques Shadoks qui transportent une pompe !

Bécassine ouvre de grands yeux, émerveillée.


Le loup prend la parole (eh oui, c’est un loup qui parle) :


— Mes amis, nous sommes là pour réaliser le rêve de Bécassine : devenir la belle, la magnifique, la fabuleuse Barbarella !


La naïve jeune fille bat des mains, excitée comme une puce. Le loup poursuit :


— Maintenant, il nous faut préparer la potion magique. Mais pour préserver le secret de Panoramix, va t’enfermer dans ta chambre, Bécassine ; nous t’appellerons lorsqu’elle sera prête.


Après son départ, le druide sort une grande coupe de sa besace et la dispose sur la table. Tous les personnages, à l’exception de Pervers Pépère et des Shadoks, viennent se placer autour du récipient, se dénudent et commencent à se masturber. Robert Bidochon, concentré, enfonce son béret jusqu’aux oreilles, cale sa baguette de pain sous un bras et commence à astiquer son saucisson à l’ail qu’il confond avec sa bite. Si le Marsupilami a une queue démesurée, l’autre est tellement petite qu’il ne peut la prendre qu’entre deux doigts tandis que Gaston Lagaffe, indolent, se branle d’un air distrait en protestant mollement « M’enfin… »


Lioubov en rappelle un à l’ordre :


— Hé, le Schtroumpf, fais comme les autres : branle-toi.

— J’aime pas me branler…

— Je m’en fous : c’est un ordre !


Tout en grognant, il s’exécute. C’est Lucky Luke qui, tirant plus vite que son ombre, envoie la première salve de sperme. Homer Simpson le suit de près, accompagnant son éjaculation d’un « P’tou ! » sonore ; quant au Marsupilami, il décharge en criant « Houba, houba, hop ! » Avec classe, Dupond participe au remplissage de la coupe en affirmant :


— Je jouis !


Son acolyte fait de même et renchérit :


— Je dirais même plus : je jouis !

— Moi, j’aime pas jouir, proteste le Schtroumpf grognon.


Le grand loup gris, remarquant que Picsou simule une masturbation, l’apostrophe :


— Alors, le radin ?

— Je ne donne jamais rien, moi, répond le canard à haut-de-forme.

— Comme les autres, sinon ce sera la trempette !*

— Non, pas la trempette, pas la trempette…


Et il y va de son obole liquide. Panoramix examine la coupe ; elle n’est qu’à moitié remplie.


— C’est un peu juste : il en faut une deuxième tournée. Un peu de courage !


Les zigounettes sont en berne, mais le druide n’est pas démuni de ressources :


— Allez, les Shadoks, venez nous pomper.


Les volatiles se précipitent à la rescousse.


— Aïe ! Pas avec vos becs, bande de tarés : avec la pompe.


Dans un piaillement de « ga, bu, zo, meu », les Shadoks déploient des tuyaux, y insèrent les verges défaillantes et se mettent à actionner les leviers de leur pompe biscornue pour extraire les dernières gouttes de sperme. Petit à petit, la coupe se remplit. Panoramix s’en approche pour y ajouter sa touche personnelle, mais sa faucille en or lui échappe des mains et il s’en faut de peu pour que le druide se reconvertisse en rabbin.


Le récipient est enfin plein ; les participants se rhabillent et Lioubov appelle Bécassine. Lorsqu’elle apparaît, Panoramix lui tend la coupe avec déférence. Elle s’en saisit et la porte à sa bouche. Le grand loup l’arrête :


— Non, pas tout de suite : il faut attendre la fin de l’année et le début de l’autre, sinon le charme n’opérera pas ; il vous faudra la boire entièrement pendant que résonneront les douze coups de minuit.


Quelques minutes plus tard, le carillon de la vieille horloge commence à égrener les douze coups ; la petite bécasse porte la coupe à ses lèvres pendant que Pervers Pépère, ayant écarté largement les pans de son manteau, exulte, la bave aux lèvres en exhibant sa grosse bite violacée et s’étrangle presque en bafouillant « Ha, hampf, chlika, chlika » tandis que toute l’assistance reprend en chœur « Et glou et glou et glou… »


Le son arrive à mes oreilles, de plus en plus puissant au fur et à mesure que je reprends conscience :


— … et glou et glou et GLOU ET GLOU !

— Hé, Papy Sergueï, tu dors ? Tu ne viens pas boire avec nous ?


C’est Akira, mon petit-fils, qui me secoue. Je tourne la tête et lance un regard vaseux vers la table autour de laquelle toute la famille est debout, en train de vider consciencieusement des flûtes de champagne tout en s’embrassant et en échangeant des vœux.


« Putain, me dis-je, j’aurais dû y aller mollo avec les apéritifs ; et puis ce Petrus était vraiment exceptionnel ! Faudra que je fasse gaffe, l’année prochaine : l’alcool me joue des tours… »



* Allusion au film « Qui veut la peau de Roger Rabbit ? »

Diffuse en direct !
Regarder son live