Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 7 002 fois
  • 160 J'aime
  • 39 Commentaires

Amarante, femme libre

Chapitre 1

Génèse d'une courtisane

Erotique

Chères lectrices, chers lecteurs,


Ces quelques mots pour remercier ce membre de l’ombre dont l’imaginaire érotique a inspiré mes derniers textes.

Merci à lui de sa très étroite collaboration,


Au plaisir de vous retrouver en commentaire, bonne lecture à toutes et à tous,


Duchesse


Au matin des vingt-et-un ans d’Amarante, le domaine était animé d’une atmosphère particulière. Valets, femmes de chambre, laquais et autres gens de maison avaient été embauchés pour renforcer les rangs des domestiques domaniaux à l’occasion du bal donné en l’honneur de la maîtresse de maison.

Dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne

Victor Hugo, Les contemplations
, la maison vrombit telle une ruche alors que sa reine, peu encline à se plier à l’horaire auroral, prolongeait sa nuit jusque tard dans la matinée. Celle-ci n’entendait pas orchestrer elle-même les préparatifs de la soirée, alors elle en avait délégué toute la responsabilité à son majordome, M. Hugues, qu’elle tenait en haute estime et en qui elle avait toute confiance.


***


A la naissance de sa jeune maîtresse, M. Hugues était déjà au service de feu ses parents. Ainsi donc il la connaissait depuis sa plus tendre enfance, l’avait vue grandir et avait partagé son deuil lorsque ses maîtres avaient disparu dans un tragique accident de fiacre.


Amarante avait vu le jour après que les regrettés eurent perdu leur premier né : de constitution fragile dès la naissance, il n’avait survécu que quelques jours. Bien qu’en ces temps-là il était chose commune que les nourrissons n’atteignent pas leur premier anniversaire, le couple parental n’en avait pas moins été profondément affecté. Leur union n’avait pas été de raison. Ils avaient eu la chance de faire un mariage d’amour et cet enfant en avait été le fruit chéri avant de pousser ses premiers cris et trop rapidement ses derniers.


Malgré l’amour que son époux lui portait et tous les soins dont les gens de maison l’avaient entourée, la jeune mère avait été frappée de la maladie mélancolique et des mois durant rien n’avait su lui redonner goût à la vie.


Le médecin lui avait prescrit sudations et refroidissements afin qu’elle évacuât le mal qui la rongeait et dans l’espoir d’offrir à son corps le choc qui la sortirait de sa léthargie, mais cela n’avait eu d’autres effets que la laisser épuisée plus encore. Il avait également ordonné qu’elle consommât, matin et soir, un verre d’absinthe sucrée, diluée à l’eau fraiche pour purifier ses humeurs. Durant les semaines qui avaient suivi, Adélaïde, sa femme de chambre, les lui avait portés au lit avec la régularité d’un métronome, mais la Fée Verte n’avait eu pour seul pouvoir que celui de la laisser guillerette les heures suivantes.


En désespoir de cause, la famille avait pris un second avis en la personne d’un médecin de ville. Celui-ci avait déclaré qu’il fallait lui changer le sang et pour se faire, qu’elle fût à nouveau grosse. Lasse de l’errance diagnostique dont elle faisait les frais, la malade avait accepté de reprendre son devoir conjugal et son époux s’était appliqué à la rendre de nouveau mère. Personne jamais ne saurait si la grossesse lui avait effectivement renouvelé le sang, toujours était-il que dès l’annonce de l’heureux évènement en perspective, la future maman avait repris des couleurs et retrouvé l’énergie qui avait toujours été la sienne.


Le jour de la naissance d’Amarante, c’était M. Hugues en personne qui avait été envoyé querir le curé pour qu’elle reçût le baptême de l’eau et l’onction dans les plus brefs délais. En cela le majordome s’était toujours senti la mission d’un parrain.


De nature superstitieuse, la jeune mère avait craint que le mauvais œil s’abattît de nouveau sur sa progéniture. Alors, pour contrer le sort, elle avait fait baptiser sa fille : Amarante. L’amarante est une plante vivace dont le nom signifie : qui ne fane jamais. Pour les uns c’était le symbole de l’immortalité de l’enfant, mais pour les autres, très vite, cela avait été le prénom adéquat à la mauvaise herbe qu’elle était devenue : unique enfant prodige d’un riche couple de propriétaires terriens, Amarante n’avait non pas grandi avec une petite cuillère en argent dans la bouche mais deux.


Le prodige était inné en cela que la simple annonce de naissance à venir avait été salvatrice pour la génitrice, mais le miracle ne s’était pas arrêté là. Dès sa prime en enfance, la petite avait montré des aptitudes remarquables en chaque chose. L’acquisition de la marche, de la parole ou de la continence n’avaient été que des formalités dont elle s’était acquittée avec brio et précocité. Plus tard, lorsque ses parents lui avaient adjugé un précepteur, ce dernier n’avait eu de cesse de féliciter les capacités exceptionnelles de sa jeune élève qui non contente d’être dotée de facilités avait de surcroit une féroce appétence pour les apprentissages.


Cette érudition, combinée aux grandes capacités d’Amarante, avait eu pour conséquence d’en faire une jeune femme à l’esprit libre et hautement critique vis-à-vis des mœurs puritaines de l’époque, dictées par une église qu’elle jugeait liberticide, en parfaite opposition avec son épanouissement personnel et plus particulièrement sexuel.


Pour parfaire le tout, la nouvelle-née, déjà fort jolie en son premier jour de vie, était devenue une fillette d’une incroyable beauté dont les yeux vairons inspiraient autant la crainte que la fascination. Avec de telles cartes dans sa manche, Amarante avait résolument su séduire la belle part des adultes sous la responsabilité desquels elle était placée. Quant aux rares habitants de la maisonnée qui n’avaient pas succombé aux charmes de leur jeune maîtresse, cette dernière s’en était presque aussi rapidement fait obéir à force de tyrannie domestique et de zizanie organisée avec maestria, à peine haute comme trois pommes.


Il n’y avait guère qu’Adélaïde qui ne s’en laissait pas conter et n’avait pas rendu son tablier face à la tâche ingrate dont elle s’était elle-même mandatée au trépas de sa patronne. Il s’était toujours agi pour l’intendante d’en faire une jeune fille accomplie capable de pousser l’aiguille, peindre ou encore de monter en amazone. Mais depuis le décès des figures parentales, Adélaïde s’était mise martèle en tête de faire de sa jeune protégée une femme du monde. Elle tentait donc de lui inculquer la bienséance nécessaire afin que le nom de famille de ses employeurs qu’elle avait aimés comme des pères et mères ne fût pas éclaboussé par le scandale et n’alimentât pas le qu’en-dira-t-on local.


Il ne fallait pourtant pas voir en cette autoritarisme de façade de quelconques viles intentions à l’encontre de la jeune femme. Tout au contraire, elle se faisait un sang d’encre quant à ce que l’avenir réserverait à cette tempêtueuse qui bien plus souvent qu’à son tour lui avait donné, et lui donnait encore, du fil à retordre.


Malgré ses manières qu’Adélaïde qualifiait d’indignes du rang de la jeune fille de bonne famille qu’elle était, il n’en restait pas moins qu’Amarante avait de telles aptitudes sociales que chacun semblait faire contre mauvaise fortune bon cœur et s’accommodait de ses facéties : les hommes auxquels elle consentait bien trop souvent ses faveurs au goût de son intendante en tout cas. Peu leur importaient qu’elle fît dire plus souvent que de raison être souffrante, se passer de carnet de bal ou chevaucher à califourchon ; les uns convoitaient ses charmes et sa beauté, les autres sa dot.


***


Dans la grande salle à manger de la maison de maître, tout le monde était à pied d’œuvre depuis l’aurore qui avait point fort tôt en cette journée estivale. Les grandes nappes des belles occasions avaient été amidonnées et recouvraient la table où le dîner serait servi à la fin des festivités dansantes. Si Amarante n’avait que faire de la préséance qui régissait les relations sociales de son époque, il n’en était pas de même pour Monsieur Hugues et Madame Adélaïde selon lesquels leur réputation personnelle et celle de la famille étaient en jeu. Un dîner allait donc être offert aux invités qui, éreintés après des heures de quadrilles et de valses, allaient avoir l’estomac dans les talons.


Quelques valets de pieds étaient affairés à dresser le couvert au cordeau dans la pièce qui embaumait la naphtaline. Les assiettes en porcelaine, parées de paires de couverts en argent, s’alignaient déjà comme autant de soldats à la parade sous le regard attentif du majordome qui, scrupuleusement, prenait la mesure avec la satisfaction de voir son mètre se refléter dans les armoiries de la famille gravées à même l’argent fraîchement poli. Un flot incessant de gens de maison allait et venait, les uns portant des candélabres, les autres d’imposantes compositions florales. Malgré l’animation, un silence professionnel régnait dans la pièce lorsqu’une femme de chambre recrutée pour l’occasion fit irruption dans tous ses états, trottinant plus qu’elle ne marchait :


— Monsieur Hugues, monsieur Hugues, haleta-t-elle.

— Diable ?! sursauta-t-il.

— Monsieur Hugues, c’est Mademoiselle Amarante, parvint-elle à articuler.

— Eh bien ! Ressaisissez-vous ma fille. Quoi Mademoiselle Amarante ?

— Elle est souffrante. Lorsque je suis allée lui porter sa collation matinale au lit, elle n’a rien voulu goûter. Elle m’a dit souffrir de congestion et qu’elle ne se lèverait pas avant d’avoir vu le médecin, dit-elle la bouche enfarinée.


A ces mots le majordome fronça les sourcils et resta la chique coupée. Il n’entendait rien aux affaires des femmes et se trouva déstabilisé que l’on se fût adressé à lui. Il ne reprit tout à fait ses esprits que lorsqu’il entendit le cliquetis de la châtelaine

Une châtelaine est une sorte de couteau-suisse féminin. C’est un ensemble de petits objets utiles au quotidien reliés par une chainette.
au long des jupes de Madame Adélaïde, cette dernière était dans les parages et venait au secours de son collègue. Elle remercia l’employée de maison soucieuse et lui confia l’ouverture des derniers volets restés clos afin de ne plus l’avoir dans son giron. Les yeux levés vers le ciel, elle mandata un des valets de pied afin qu’il fît sceller un cheval et qu’on allât chercher le docteur particulier de la demoiselle dans les délais les plus brefs.


Elle saisit la montre frappée de ses initiales qui bringuebalait parmi les breloques de la châtelaine que sa feue maîtresse lui avait offerte en gage de reconnaissance pour ses trente années de service et y consulta l’heure. De toute évidence, la patience de l’intendante était mise à rude épreuve par la farce qui était en train de se jouer sans qu’elle ne pût rien trouver à y redire.


***


Lorsque l’on frappa à la porte d’Amarante toujours alitée, celle-ci eut tôt fait de remiser par devers elle un ouvrage dont Madame Adélaïde n’aurait pas découvert la nature sans risquer la syncope. Non pas qu’Amarante était soucieuse des états d’âme de celle qui l’avait pourtant vu grandir, mais en pareil cas le médecin aurait prodigué ses bons soins à la plus souffrante des deux. Or elle entendait bien que le praticien la soulageât, elle, de ses vapeurs, séance tenante.


— Le médecin Mademoiselle, annonça l’intendante au travers de la lourde porte en chêne aux moulures finement ciselées.

— Ah, enfin… J’ai cru mourir cent fois ! Faites-le entrer.


L’intendante ouvrit la porte et s’effaça afin de laisser le praticien rejoindre la beauté qui se disait souffrante. Cette dernière arborait pourtant une mine chatoyante et sous une moue faussement réprobatrice : un air des plus réjouis. La folie hygiéniste qui régnait en ces temps-là voulait qu’on aérât régulièrement tout ce qui pouvait l’être. Ainsi donc l’air de la pièce avait été renouvelé à la faveur de la fraîcheur matinale et les pommettes de la malade s’en trouvaient teintées d’une nuance de rose qui aurait inspiré Monsieur de Ronsard en personne. Bien qu’elle fût au lit, elle soutenait une posture élégante. Les édredons qui empesantissaient son lit dessinaient la courbe de ses jambes au travers des épaisseurs de tissu depuis lesquelles le haut de son corps semblait vouloir s’échapper.


— Mademoiselle, votre médecin coutumier vous fait dire qu’il était retenu auprès…

— Laissez-nous Adélaïde, coupa-t-elle sur un ton désincarné.


Adélaïde obtempéra et referma la porte sur le nouveau jeune associé du médecin originellement attendu. Il fut interloqué par la manière dont la femme de chambre avait été congédiée par sa patiente, mais plus encore par la magnificence de la pièce et l’allure de sa ravissante occupante.


La jolie trônait littéralement au cœur de son lit à baldaquin dont les rideaux de velours avaient été ouverts. Le buste droit adossé à un rempart de coussins en plumes d’eider revêtus du même noble tissu, une nudité à peine cachée d’une simple chemise de nuit en coton blanc sur laquelle retombaient des cheveux aux quatre vents ; la blonde qui rivalisait avec les blés aurait tout eu d’une apparition angélique si son vêtement de nuit n’avait pas été ostensiblement défait jusqu’à son nombril et ses lèvres peintes aux couleurs des tanins de Bordeaux.


L’homme en resta dans ses petits souliers à manipuler nerveusement l’anse de sa sacoche en cuir sur le seuil de la porte jusqu’à ce qu’elle rompit le silence.


— Bonjour Docteur, entrez, je vous en prie.

— Mademoiselle, répondit-il d’un aimable signe de tête avant de s’avancer à son chevet. Je suis le docteur Dubreuil. Mon confrère n’était pas en mesure de vous visiter lui-même, des obligations l’ayant retenu. Il me charge de vous transmettre ses meilleurs souvenirs et vous assure qu’une prochaine fois il ne manquera pas de venir veiller sur votre santé.

Pouvez-vous me dire quel est le mal qui vous ronge Mademoiselle ?

— Oh Docteur si vous saviez ! Depuis la matinée je souffre de telles bouffées de chaleur qu’il m’est tout à fait impossible de quitter le lit. Mon ventre me brûle tant que je ne peux chasser les pensées interdites de mon esprit, explique-t-elle massant sa poitrine menue de toute la force de ses mains.


Le médecin sidéré était hypnotisé par les mains de l’hystérique dont il ne parvenait pas à endurer le regard provocant. Il tenta de conserver une attitude digne de sa qualité et poursuivit son entretien.


— Je vois. Avez-vous d’autres symptômes et manifestations de l’épisode ?

— C’est qu’ils sont nombreux Docteur, le provoqua-t-elle griffant sa lèvre inférieure fardée de rouge à l’aide de ses dents carnassières blanches lait. Ma matrice coule mieux que coule la Seine dans son lit et mon sang bout dans mes veines, à tel point que je n’ai pu résister à la tentation et qu’en votre attente j’ai dû feuilleter Monsieur le Marquis dont la lecture est prohibée par notre sainte mère l’église, se complut-elle à répondre séductrice.

Si vous saviez comme il parle, s’excita-t-elle une main partant en reconnaissance sous les draps tandis que l’autre se mettait à pincer son téton dardé avec une violence inouïe.

— Arrêtez-vous, arrêtez-vous Mademoiselle ! Vous êtes prise d’une crise d’hystérie, je vais vous ausculter. Où puis-je me laver les mains ?


***

Diffuse en direct !
Regarder son live